à Paris n°17 déc 05/jan-fév 2006
à Paris n°17 déc 05/jan-fév 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de déc 05/jan-fév 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : conseils de quartier, de la jeunesse, associations... pourquoi il faut participer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Place de la Concorde, déchiffrez les hiéroglyphes de l’Obélisque. Le manège enchanté dans le parc des Tuileries. 26 décembre 2005 - janvier 2006 du Faubourg-Saint-Honoré. Là commence le royaume du luxe et de la haute-couture. Ouvrez l’œil, vous croiserez peut-être, sur le seuil d’une des innombrables boutiques, une star en plein shopping… Architecture second Empire Rue Royale, prenez à gauche vers l’imposante église de la Madeleine. Doté d’une énorme coupole, ce temple néo-grec, commencé en 1764 et achevé 80 ans plus tard, sent l’encens et le faste. Au sommet de son monumental escalier, admirez l’une des plus belles perspectives de Paris qui, au-delà de la place de la Concorde se ferme sur le fronton de l’Assemblée nationale. Continuez sur les boulevards de l’Opéra et des Capucines qui mènent au Palais Garnier. A défaut de fantôme, ce chef-d’œuvre de l’architecture second Empire a d’autres habitués insolites. Comme cet apiculteur amateur dont les ruches sont nichées sur le toit ! Nostalgiques du Monopoly, prenez la rue de la Paix qui donne sur la magnifique place Vendôme. Elle abrite les plus grands joailliers, ainsi que le mythique hôtel Ritz, où descendent princes de la jet-set et stars élégantes. Après cette débauche de luxe, goûtez au calme voluptueux du tout proche jardin des Tuileries. Haut lieu des parades amoureuses, il reste aujourd’hui l’écrin de verdure préféré des « amoureux qui s’bécottent sur les bancs publics », comme le chantait Brassens, et des enfants rêveurs qui, depuis des générations, mènent à la baguette leur voilier sur le grand bassin… Le foyer de l’Opéra Garnier. pratique DURÉE DE LA BALADE 1 h 30 environ, sans compter les visites. VISITES Le marché aux timbres : avenue Matignon, rond-point des Champs-Elysées (8 e) , les jeudis, samedis, dimanches et jours fériés, de 9 h à 19h. Le Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris : av. Winston-Churchill (8 e) , réouverture mi-décembre. Renseignements au 39 75 et sur www.petit-palais.paris.fr L’église de la Madeleine : place de la Madeleine (8 e). Du lundi au samedi, de 9 h à 19h, le dimanche de 9 h 30 à 19h. Le Palais Garnier : place de l’Opéra (9 e) , visite tous les jours de 10h à 16h30. Tél. 01 40 01 22 63. Le jardin des Tuileries (1 er) : tous les jours, de 7 h 30 à 19 h 30. Tél. 01 40 20 90 43.
Mémoires d’un brodeur Maître d’art brodeur ornemaniste (*) de talent, Philippe Cécile a failli, en juin dernier, rester sur le carreau du Marais avec ses employés, ses archives, ses outils de travail… Lorsque Philippe Cécile, 50 ans, rénove un rideau de lit du XVIII e siècle, il lui faut un métier de six mètres de long et un plateau de table où peuvent se côtoyer six brodeuses… On comprend que la boutique de 22 m 2 où il a dû se replier après que le propriétaire de son atelier l’ait expulsé en juin dernier soit à la fois encombrée et peu propice au travail. Pour saisir l’importance d’un atelier pour un artisan tel que lui, un retour en arrière s’impose. Philippe est vosgien d’origine, là où survit la tradition de l’ébénisterie, de la lutherie et de la broderie d’art. « Il obtient son CAP d’ébéniste à Neufchâteau puis monte à Paris et réussit le concours d’entrée à l’Ecole Boulle (Ecole supérieure des arts appliqués à l’ameublement et à l’architecture intérieure), où il obtient son diplôme section sculpture.Il entre aux « ArtszA », Institut des arts appliqués, en tant que professeur de dessin, poste qu’il abandonne après trois mois: « Je n’étais pas dans mon élément », avoue-t-il. Il s’adresse alors à l’association des anciens de Boulle. Une annonce de dessinateur de dentelle pour la maison Brocard,premier fournisseur de broderie d’ameublement en France,le séduit.Le test d’embauche ? Un oreiller d’un lit de Louis XIV. Il y entre comme dessinateur en 1980. Durant ses années chez Brocard, Philippe Cécile devient vite responsable de sept brodeuses. A l’occasion d’un gros chantier de restauration, la chambre de Marie-Antoinette à Fontainebleau, il se met lui-même à la broderie. « Je me suis formé sur le tas », dit-il. Le travail de reconstruction dure sept ans, pour La lumière naturelle est primordiale pour mon métier. une chambre dans laquelle la Reine ne dormit jamais:son lit sera monté sous Napoléon pour Marie-Louise. En 1987, il entre chez Artcurial, en tant que maquettiste. D’après des motifs d’artistes contemporains,Philippe dessine bijoux, arts de la table, tapis, foulards… Après dix ans, il se met à mitemps et cherche à ouvrir son propre atelier.Associé à une gérante, il s’installe dans un grand local clair du 12 e arrondissement : « La lumière naturelle est primordiale pour mon métier ».Au bout d’un » Diplômé de l’Ecole Boulle de Paris, Philippe Cécile est aujourd’hui Maître d’art. an, son atelier devenu exigu, il emménage rue Geoffroy-l’Angevin dans le Marais,300 m 2 avec mezzanine et verrière de 100 m 2 pour la lumière, avec quatre personnes à plein temps et jusqu’à douze selon les chantiers… De quoi rénover les très grandes pièces qu’on lui confie. Mais la verrière recouvrait sans autorisation une cour classée. Philippe Cécile et ses employés sont expulsés en juin dernier par le propriétaire.Replié dans sa petite boutique d’antiquités, il entasse tissus, dessins, métiers, documents anciens… Soucieux de ses brodeurs désœuvrés, Philippe Cécile consulte la Semaest (**) qui lui propose des locaux.Après quelques travaux intérieurs, Philippe Cécile pourra s’installer cour Debille, dans le 11 e en janvier, prochain. 2006 s’annonce meilleure que 2005 ! (*) Brodeur ornemaniste : brodeur spécialisé dans l’ameublement. (**) Semaest : Société d’économie mixte de la Ville de Paris, d’aménagement de l’Est de Paris. Contact : 181, av. Daumesnil (12 e). Tél. 01 43 45 98 98. www.semaest.fr décembre 2005 - janvier 2006 27quartiers 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :