à Paris n°13 jan/fév/mar 2005
à Paris n°13 jan/fév/mar 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de jan/fév/mar 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : Des jeux pour tous, tous pour les Jeux

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
42 àParis des derniers moulins de Tolbiac ; le métro, le RER, la voie express Georges- Pompidou, le « périph’ » dessinent le réseau, et l’on voit pousser comme des champignons le quartier Beaubourg, le Front-de-Seine ou encore le parc de la Villette. L’ambiance des chantiers, l’émotion des Parisiens, des nostalgiques du vieux Paris ou des adeptes de la modernité urbaine, s’expriment à travers les extraits radiophoniques et les micro-trottoirs. L’histoire de Paris, c’est aussi celle de quelques adresses emblématiques (à repérer sur un plan grâce à des « puces lumineuses ») qui ont accueilli les grandes étapes de l’histoire de l’audiovisuel, comme la rue Cognac-Jay, haut lieu de la télévision française, mis en service au cours de la Seconde Guerre mondiale, les rue Bayard et François-1 er, sièges respectifs de RTL et d’Europe 1, mais aussi les studios des Buttes-Chaumont ou la Maison de la Radio. Devenez spectateur, devenez présentateur Le deuxième espace de l’exposition permet d’entrevoir les coulisses de la production audiovisuelle. Le visiteurspectateur s’installe sur un plateau d’émission de variétés comme s’il assistait 12 mai 1953 : tournage de Jeanne d’Arc servante, par le réalisateur Stellio Lorenzi. 8 novembre 1954, rue Cognac-Jay : Georges de Caunes et Jacques Perrot sont les présentateurs du premier journal télévisé en plateau. à l’enregistrement de « Champs-Elysées ». Il peut écouter une sélection de succès de la chanson française évoquant Paris : Jacques Dutronc chante Il est cinq heures, Léo Ferré, Paname, Juliette Greco, Sous le ciel de Paris, les Négresses Vertes, I love Paris... Pendant que sur le plateau voisin, on tourne. Les différents corps de métiers œuvrent : maquilleurs, perruquiers, costumiers, habilleurs, décorateurs, peintres, tapissiers, opérateurs lumière, preneurs de son, machinistes... Enfin, la rédaction : le visiteur devient présentateur en plongeant dans l’univers d’un plateau de journal télévisé. Un fond « bleu incrust », des câbles au sol, les logos des chaînes... L’actualité ne s’arrête jamais, mais l’histoire est toujours là. On peut retrouver les pionniers de la découverte l’information télévisée : Georges de Caunes et Jacques Perrot à Cognac-Jay, le 8 novembre 1954, pour le premier JT en plateau. La radio est, elle aussi, présente. Cinq journées de programmes égrènent tous les genres radiophoniques à quatre époques différentes : des origines aux années 1940, puis les années 1960, les années 1980 et 2000. Et, toujours, Paris omniprésent, tant dans les « réclames », les flashs infos, les feuilletons ou les reportages. Suit, dans le dernier espace, un regard sur l’univers de l’Ina (lire l’encadré, page 41) : les archives, le travail de sauvegarde, de numérisation, de restauration et de restitution. Cette immersion dans la mémoire de l’audiovisuel vient conclure l’exposition.• > Exposition « Paris sur les ondes », au salon d’accueil de l’Hôtel de Ville, accès rue de Rivoli du 9 novembre 2004 au 12 février 2005.Du lundi au samedi, de 10 h à 19h, fermeture le dimanche et les jours fériés. Entrée gratuite. Tél. 39 75 (coût d’un appel local depuis un poste fixe) et www.paris.fr
LECTURES Des bibliothèques pour tous Le réseau parisien de bibliothèques comporte 70 établissements, dont 57 de prêts de livres, 3,5 millions de documents, 12millions de prêts annuels, 330 000 inscrits et une fréquentation estimée à 8,5 millions d’entrées par an. Toutes ces ressources sont accessibles grâce à une carte unique et gratuite, utilisable dans toutes les bibliothèques de prêts. Afin de redynamiser le réseau, la Mairie de Paris a commandé à l’institut de sondage SCP Communication, en juin 2003, une enquête sur la fréquentation des bibliothèques, afin de mieuxcomprendre les attentes des Parisiens en matière de lecture publique. Travailler sur place Cette « photographie » a révélé les caractéristiques du public parisien. Les usagers sont plutôt jeunes (leur âge moyen est de 37,8 ans, contre 43,3 pour l’ensemble des Parisiens). C’est un public majoritairement féminin (56% des usagers sont des femmes, pour 54% dans la population), et relativement aisé (30% sont des cadres supérieurs, pour 21% parmi la population parisienne). Les ouvriers et les commerçants sont les catégories sociales qui fréquentent le moins ces établissements. Mais la présence réduite des professions intermédiaires, seulement 9% des usagers, pour 14% de la population, est une caractéristique parisienne. De même, les plus de 60 ans ne sont que 13% à fréquenter les bibliothèques, pour 21% de la population parisienne. Les personnes interrogées ont exprimé deux principales attentes quant à ce réseau de bibliothèques : la recherche informatique et la possibilité de travailler sur place. La Mairie de Paris a donc lancé un plan de modernisation. L’informatisation des ressources des bibliothèques spécialisées est un des chantiers en cours. Il permettra, dès l’an prochain, de relier le réseau parisien au réseau international de recherche. Des outils pour mieux lire Des actions sont également développées en direction de nouveaux lecteurs, comme le portage des livres à domicile ou les bibliothèques hors les murs (BHLM) dans les quartiers. Parallèlement, la Ville concentre ses efforts sur l’accueil des handicapés et la mise en place de collections et de services spécifiques, en particulier pour les déficients visuels. Depuis l’an dernier, dix bibliothèques disposent ainsi de machines à lire et de vidéo-agrandisseurs. Pour financer toutes ses actions, les crédits inscrits au budget de la Ville sont passés de découvrir Pour améliorer son réseau de bibliothèques, la Mairie de Paris a fait réaliser une enquête auprès des Parisiens. Ses résultats vont permettre d’affiner les actions de la municipalité. 43 En haut à gauche, la salle de lecture de Forney, bibliothèque située dans l’hôtel de Sens (4 e) ; ci-contre, le patio de la bibliothèque Mouffetard (5 e) ; ci-dessus, un vidéo-agrandisseur permet à des déficients visuels de goûter aux joies de la lecture. 2 millions d’euros en 2002 à 16,5 millions cette année. Un effort destiné à se poursuivre. Ainsi, deux nouveaux grands établissements sont en cours de construction : la médiathèque Marguerite-Yourcenar, rue d’Alleray, dans le 15e, offrira 150000 documents sur ses 4 000 m 2, à partir de 2006. L’année suivante, une bibliothèque équivalente ouvrira ses portes rue de Bagnolet (20 e). Deux autres établissements, destinés aux enfants et aux adolescents, rue des Haies (20 e) et rue Chaptal (9 e) , sont également prévus. Par ailleurs, les bibliothèques Trocadéro (16 e) , Italie (13 e) , Vivienne (2 e) , Temple (3 e) et Picpus (12 e) vont bénéficier d’un plan de rénovation ou d’extension.• > Rens.: Paris Bibliothèques, au 01 44 78 80 50 ou www.paris-bibliothèques.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :