à Paris n°13 jan/fév/mar 2005
à Paris n°13 jan/fév/mar 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de jan/fév/mar 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : Des jeux pour tous, tous pour les Jeux

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32 àParis Passages secrets Flânerie en clair-obscur sous les verrières et les coupoles des passages couverts parisiens, entre la Bourse et le Palais-Royal. De style Empire, la galerie Vivienne est l’une des plus lumineuses. La coupole de la galerie Colbert. Salons mondains sous la Restauration, raccourcis décrépis à l’époque d’Haussmann, refuges romantiques ou couloirs commerçants que la Ville de Paris a récemment décidé de valoriser, les passages couverts parisiens ont vécu plusieurs vies. Sous leurs verrières lustrées ou décaties, le flâneur découvre une autre ville, dérobée et charmeuse. En sortant du métro Bourse, prenez la rue Vivienne puis, à droite, la rue Saint-Marc. Au n°10, le passage des Panoramas, l’un des plus anciens de Paris, étire ses trois galeries percées en 1799 et décrites par Zola dans Nana. Sous une verrière un brin défraîchie et une clarté un peu voilée, les enseignes des philatélistes se mêlent aux présentoirs de cartes postales anciennes et aux vitrines de vieilles monnaies. Un paradis pour les collectionneurs ou les touristes avides de clichés sur le Paris éternel. De l’autre côté du boulevard Montmartre, le passage Jouffroy abrite le fameux musée Grévin et ses 300 créatures de cire. Ouvert en 1847, ce passage conserve sa belle verrière en arc brisé et son carrelage à damiers. Investi par des boutiques de décoration plutôt chics ou des bazars aux objets insolites, il a préservé dans sa deuxième partie des librairies anciennes et spécialisées qui font le régal des habitués. Dans le même axe, le passage Verdeau oppose un calme poétique à l’effervescence àParis janvier-février-mars 2005
Le passage Jouffroy abrite le musée Grévin. de l’hôtel Drouot tout proche. Ses boutiques d’appareils-photo anciens, de journaux d’époque ou ses merceries ont parfois du mal à retenir les antiquaires et les collectionneurs qui guettent les ventes aux enchères de la salle Drouot. Entre luxe et fantaisie En sortant, rejoignez à gauche la rue Drouot avant de tourner dans la rue Gramont et le boulevard des Italiens. A droite de la rue Saint-Augustin s’ouvre le long passage Choiseul dont l’ambiance populaire séduit un public aussi hétéroclite que ses vitrines bigarrées, qui vont des boutiques de bijoux fantaisie aux cybercafés. Le passage des Princes est le temple du jouet. àParis janvier-février-mars 2005 Le passage Verdeau, à deux pas de l’hôtel Drouot. A gauche de la rue des Petits-Champs, changement de décor dans la luxueuse et pompéienne galerie Colbert, récemment rénovée. Voisine de cette dépendance de la Bibliothèque nationale, la galerie Vivienne, inaugurée en 1826, est sans nul doute l’une des plus élégantes de Paris. Pavée de mosaïques, baignée dans une vive lumière et jalonnée de boutiques de créateurs de mode, cette galerie à la décoration Empire retient bien des passants le Les élégantes mosaïques de la galerie Vivienne. la balade Pratique• Durée de la balade: environ 2 heures. 33• A savoir : A l’issue d’une étude menée en 2002 sur douze passages couverts, la Mairie de Paris a lancé un dispositif de sauvegarde et de mise en valeur qu’elle va tester prioritairement sur six passages : du Caire, du Ponceau, Choiseul, Vendôme, Brady et Prado. En contrepartie d’un allongement des horaires d’ouverture, la Ville s’engage à participer au financement des travaux de rénovation des passages, à améliorer leur signalisation et à contribuer à leur entretien. > Pour plus d’informations: www.paris.fr temps d’un thé en terrasse. Prenez le petit passage des Pavillons pour accéder aux jardins du Palais-Royal. Sous les arcades où les courtisanes d’antan aimaient à musarder, les soldats de plombet les livres anciens distillent gentiment aujourd’hui leur parfum nostalgique. Devant le Palais-Royal et la Comédie- Française, quittez le ciel de verre des passages pour celui de faïence du métro parisien à la station Palais-Royal.•



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :