à Paris n°13 jan/fév/mar 2005
à Paris n°13 jan/fév/mar 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de jan/fév/mar 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : Des jeux pour tous, tous pour les Jeux

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 àParis Paris se rapproche de sa Pour construire une métropole dynamique, solidaire et plus agréable à vivre, Paris et les communes limitrophes inventent une nouvelle manière de travailler ensemble. Chaque jour, près d’un million de personnes viennent travailler à Paris. Phénomène moins connu, quelque 300 000 Parisiens font le chemin inverse. Pour raison professionnelle, pour faire leurs courses ou profiter de leur temps libre, les habitants des autres communes franciliennes partagent, de fait, avec les Parisiens, les transports collectifs et certaines infrastructures comme le boulevard périphérique. La vie quotidienne des Franciliens n’est donc pas limitée par les frontières administratives des communes ou des départements. Depuis 2001, « Paris réinvente ses relations avec les collectivités voisines et, à travers de multiples accords, cherche à dessiner une métropole à la fois plus équilibrée, plus solidaire et plus agréable à vivre pour tous », indique Pierre Mansat, adjoint au Maire chargé des relations avec les collectivités territoriales. Des protocoles de coopération… Cette façon inédite d’envisager l’avenir en commun passe notamment par la signature de protocoles de coopération entre Paris et ses voisins. Pour l’heure, 9 communes et 2 départements sont engagés dans cette démarche. Ces accords servent de canevas pour tisser de nouveaux liens. Ils fixent des objectifs communs aux collectivités partenaires, concernant aussi bien des points très précis – comme l’amélioration de la propreté sur les espaces limitrophes, par exemple –, que sur des enjeux plus larges, comme la valorisation de la Seine avec le département du Val-de-Marne. Le transport régulier de passagers sur le fleuve est d’ailleurs à l’étude. Dernier protocole en date, celui signé le 8 novembre 2004 avec la ville de Pantin (voir encadré paris.fr). àParis janvier-février-mars 2005
banlieue Cette coopération bénéficie d’un puissant levier via la vente de parcelles appartenant à la capitale, bien que situées extra-muros. Une particularité héritée de l’ancien département de la Seine. Paris détient ainsi 18% du sol de Pantin. En octobre 2004, certaines parcelles de la rive gauche du canal de l’Ourcq ont été cédées afin que la Ville de Pantin puisse y installer des entreprises, une école d’enseignement supérieur et créer des logements. Ces coopérations, que le maire de Paris a souhaité « pragmatiques », ont aussi permis à Pantin de récupérer la partie parisienne de l’ensemble immobilier des Courtillières. Les questions foncières sont un enjeu important puisque Paris possède 10 000 emprises foncières en banlieue ; des terrains de quelques mètres carrés aux stations d’épuration en passant par des milliers d’hectares de terres agricoles, mais aussi pas moins de 20000 logements sociaux. La Ville de Paris, propriétaire des canaux de l’Ourcq et Saint-Denis, y compris en banlieue, a décidé d’associer les 47 collectivités qui les bordent à un projet commun de développement. … pour un avenir en commun Les villes voisines de Paris sont également associées de près au travail sur les sites inscrits au Grand Projet de Renouvellement àParis janvier-février-mars 2005 Les Parisiens au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil Urbain. C’est notamment le cas pour la porte Pouchet avec Saint-Ouen et Clichy. Le réaménagement de certaines portes de Paris, qui sont autant de points d’entrée dans les communes voisines, a d’ailleurs constitué un premier test. Toujours au nord de Paris, la valorisation du potentiel économique et touristique des Puces de Clignancourt est examinée avec la Ville de Saint-Ouen. De même, le projet de couverture de la porte des Lilas a été élaboré dans un dialogue permanent avec les communes des Lilas, du Pré-St-Gervais et de Bagnolet. ENSEMBLE POUR SAUVER LES BOIS Véritables poumons verts parisiens, les bois de Vincennes et de Boulogne font l’objet de deux chartes signées en 2003 par Paris et 21 communes riveraines. Ces espaces de loisirs et de promenade constituent un patrimoine écologique de valeur, mis à mal pendant la tempête de l’hiver 1999. Les collectivités locales impliquées travaillent à leur reboisement. Des études sont en cours pour raccorder ces espaces verts à des itinéraires de circulation douce et augmenter l’offre de transports collectifs. Par ailleurs, le renouvellement des différentes concessions tiendra compte de la volonté d’offrir une palette d’activités sportives, culturelles et de loisirs accessibles au plus grand nombre. Dans le bois de Vincennes, les études pour la remise en état du jardin tropical sont d’ailleurs déjà en cours. le point sur… 13 Créé en 1984 par le conseil général de Seine-Saint-Denis, le Salon du livre et de la presse jeunesse est un bon exemple de la coopération engagée par Paris, avec des initiatives qui attirent de nombreux Parisiens au-delà du Périphérique. Chaque année, sont accueillis gratuitement sur ce Salon plus de 6000 élèves des écoles parisiennes, des enfants hospitalisés dans les établissements de l’AP/HP ou suivis par les centres socio-éducatifs, les services d’aide sociale à l’enfance ou les caisses d’allocations familiales. Depuis 2002, la Ville de Paris est en outre co-productrice de l’exposition vedette de chaque édition du Salon, présentée ensuite dans les bibliothèques ou centres d’animations parisiens. Au sud, le projet de couverture du Périphérique et l’évolution du Parc des Expositions associe Malakoff et Vanves. Des défis à grande échelle A l’ouest, plusieurs collectivités des Hauts-de-Seine, le ministère de l’Intérieur et la Ville de Paris ont signé un Contrat local de sécurité afin de limiter les nuisances générées par le Parc des Princes les soirs de matches. La mise en commun d’équipements sportifs ou culturels est également un objectif présent dans la quasi-totalité des protocoles de coopération signés. Par ailleurs, un travail est engagé avec les départements du Val-de-Marne et de l’Essonne pour mettre en œuvre un projet de pôle de développement économique autour des biotechnologies au sud de Paris. C’est donc bien à une échelle dépassant les seules limites de Paris que doivent être relevés certains défis. Sur 4% du territoire de l’Ile-de-France (soit 75 communes autour de Paris) sont notamment concentrés 47% de la population, 90% des déplacements en transport en commun et 60% des emplois.• Et sur paris.fr Retrouvez les actions mises en œuvre, les dispositifs et les 10protocoles de coopération entre Paris et sa banlieue sur www.paris.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :