A Nous Paris n°828 15 oct 2018
A Nous Paris n°828 15 oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°828 de 15 oct 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 21 Mo

  • Dans ce numéro : Fiac, c'est arty pour un tour !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
immobilier 42 Artursfoto pour Pixabay Travaux  : quand faut-il vraiment se retrousser les manches ? connexions Que l’on soit vendeur, acheteur ou investisseur en immobilier, il n’est pas rare d’avoir à passer par la case travaux. Reste à distinguer les interventions indispensables et souvent onéreuses, qui donnent accès à des aides, de celles sur lesquelles on peut faire l’impasse. Comment s’y retrouver et quels aspects privilégier ? A NOUS PARIS Dans le neuf comme dans l’ancien, un bien s’investit rarement en l’état. Du simple rafraîchissement aux travaux de réfection et de réhabilitation, une étude de cas s’impose… Vendeurs  : misez sur l’esthétisme L’aspect extérieur du bien est le point sur lequel le vendeur doit focaliser son attention... « Il est inutile d’abattre une cloison ou de changer la chaudière. Vous ne savez pas ce que la personne derrière vous désirera comme équipement ou aménagement et cela n’augmentera pas la valeur à la vente du logement », prévient Fabrice Abraham, président du réseau d’agences immobilières Guy Hoquet. « Toutefois, s’occuper du jardin, de la peinture sur les murs, d’une sonnette cassée et de tous les petits défauts visibles ne coûteront pas cher et offriront tout de suite un meilleur cachet au bien. » Mettre en valeur son bien tout en évitant les dépenses excessives doit être la préoccupation du vendeur. Car comme l’affirme Eric Allouche, directeur exécutif du réseau d’agences immobilières Era France, « outre les travaux qui relèvent de l’habitabilité du logement, les réfections évidentes, comme une porte cassée, et ceux qui concernent l’esthétisme du bien en vue de le rendre plus neutre », les travaux coûtent cher et rapportent peu, surtout sur un marché aussi tendu que celui de la région parisienne. Investisseurs  : pensez aides fiscales Les investisseurs doivent délivrer au locataire un logement répondant aux normes de décence et d’habitabilité édictées par la loi. « S’il y a une fuite d’eau, par exemple, il est essentiel de la réparer. Toute l’équation pour l’investisseur est de réaliser des travaux durables, mais pas trop chers », souligne Eric Allouche. Pour ce faire, le propriétaire doit avoir à l’esprit qu’une bonne part, si ce n’est la totalité des travaux qu’il entreprend, est déductible de ses revenus fonciers. Et s’il s’agit de mettre le logement aux normes afin qu’il soit plus performant sur le plan énergétique, il peut s’appuyer sur les nombreuses aides de l’État (éco-PTZ, chèque énergie, crédit d’impôt transition énergétique...) cumulables avec les dispositifs mis en place par certaines villes et régions pour réduire considérablement la facture des travaux. « La durabilité est un facteur essentiel. Si vous utilisez une peinture de mauvaise qualité pour vos murs, nécessairement, lorsque le locataire vous rendra le bien, il faudra tout recommencer », souligne le directeur exécutif d’Era France. Acquéreurs  : mettez de côté pour la déco Enfin, les acquéreurs franciliens doivent se montrer prudents sur ce qu’il leur est possible de négocier. En temps normal, dénicher un bien immobilier qui présente de nombreux défauts permet d’obtenir une décote sur les prix. Mais à Paris et dans bon nombre de communes d’Île-de-France, le rapport de force est inversé  : « Dans la capitale, près d’un bien sur trois que nous vendons n’a pas fait l’objet de travaux depuis 30 ou 40 ans. Bien souvent, les acquéreurs auront à dépenser jusqu’à 20% du montant du bien en rénovation car il peut s’agir de gros travaux comme une installation électrique à mettre aux normes », constate le président de Guy Hoquet. S’il est toujours bon d’essayer de négocier, il faut avoir à l’esprit qu’à Paris, le marché est tendu avec une demande bien supérieure à l’offre. Mieux vaut donc prévoir d’emblée dans son budget la dépense décoration et travaux._L.C.
LES BELLES ADRESSES D’EMERIGE EN ÎLE-DE-FRANCE RUE ÉDOUARD RENARD PANTIN93 Découvrez nos belles adresses sur emerige.com no 7 RUE DE TOLBIAC PARIS Des architectures modernes et élégantes, au confort intérieur bien pensé Un choix de matériaux nobles, pérennes et respectueux de l’environnement Des espaces communs soignés, conçus par des décorateurs et des paysagistes En co-réalisation avec Semip En co-réalisation avec BNP Paribas Immobilier VOGUE SAINT-OUEN 4 BOULEVARD CARNOT ALFORTVILLE 01 78 05 45 07 Emerige, SAS au capital de 3 457 200 € , RCS Paris 350439 543 - Siège social 17-19 rue Michel Le Comte 75003 Paris - BNP Paribas Immobilier Résidentiel - RCS 441052735 Nanterre -Siège social  : 167, Quai de La Bataille de Stalingrad 92867 Issy-les-Moulineaux Cedex – Titulaire de la carte professionnelle France n°CPI 9201 2016 000 014 058, délivrée par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Paris Ile-de-France - Identifiant CE TVA FR 61 429 16 7075 - Illustrations non contractuelles à caractère d’ambiance Document et informations non contractuels. GRENADINES - 10/2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :