A Nous Paris n°828 15 oct 2018
A Nous Paris n°828 15 oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°828 de 15 oct 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 21 Mo

  • Dans ce numéro : Fiac, c'est arty pour un tour !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
fiac SSi professionnels et collectionneurs s’y retrouvent en nombre chaque année, et si le milieu marchand de l’art peut parfois sembler inhospitalier à l’amateur venu en dilettante, l’événement est loin d’être réservé à une élite de spécialistes. Et comme chaque année les espaces du Grand Palais ne sauraient contenir à eux seuls la bouillante frénésie d’art, la fiévreuse exaltation esthétique et marchande induite par la Fiac, elle a choisi de déborder de ce cadre originel et d’investir le patrimoine parisien avec trois volets plus libres d’accès estampillés Fiac. Entre Fiac Galeries, Fiac Projects (dès mercredi 17), Fiac Hors les murs et Fiac Programmes, le néophyte aura vite fait de se sentir un peu désorienté. Voici donc un rapide tour d’horizon de la manifestation et de ses multiples ramifications. A NOUS PARIS Phénomène de foires Du 18 au 21 octobre prochains se tiendra la 45 e édition de la Foire internationale d’art contemporain. Salon mythique, rendez-vous parisien incontournable, la Fiac rassemblera quelque 193 galeries d’art et de design issues de 27 pays. Texte  : Jeanne Gaudin Fiac Galeries C’est au sein des espaces prestigieux du Grand Palais, lieu emblématique de la Fiac, qu’exposent quelque 200 galeries, sélectionnées parmi les plus en vue de la scène internationale  : David Zwirner (New York, Londres, Hong Kong), Templon (Paris, Bruxelles), Neu (Berlin), Perrotin (Paris, New York, Hong Kong, Seoul, Tokyo, Shanghai)… On déambule d’un nom prestigieux à un autre, de l’œuvre engagée d’Andrea Bowers (Galerie Capitain Petzel) aux rayons de lumière solide d’Anthony McCall (Galerie Thomas Zander). Et si, au milieu des Joan Miró (Galerie Lelong), John M. Armleder (Galerie Catherine Issert) et autre Louise Bourgeois (Galerie Xavier Hufkens), on se prenait à rêver et on enfilait, pour quelques heures d’une échappée fugueuse Visuel officiel de la 45 e édition de la Fiac. M/M West’s Dorit, sculpture de Franz West, 2002, à voir à la Fiac Hors les murs. Courtesy Venus Over Manhattan, New York 26 affaires culturelles et savoureuse, le confortable habit fictif d’un collectionneur, nos pas nous conduiraientils vers quelque valeur sûre, artistes à la renommée assise comme ceux précités, si estimables que leurs œuvres en sont devenues inestimables ? Ou bien notre bourse irait-elle soutenir quelque nouvelle galerie émergente, quelque jeune artiste inspiré, inspirant ? Grand Palais, avenue Winston-Churchill, 8e. Jeudi 18 octobre  : 14 h-20h, vendredi 19  : 12 h-20h, samedi 20 et dimanche 21  : 12 h-19h. Entrée  : 38 € . Fiac Projects Au sortir du Grand Palais, c’est dans le cadre non moins prestigieux du Petit Palais et en extérieur, sur l’avenue Winston-Churchill, que se déploie Fiac Projects. Tel un arc-en-ciel entre les deux palais, le réjouissant Street Painting #10 (2018) du duo d’artistes Lang & Baumanntraverse l’avenue piétonnisée à grand renfort de rayures colorées. Sculptures et installations in situ se côtoient et se succèdent dans une riche effervescence. L’immuable colonne sans fin de Gregor Hildebrandt (Saüle, 2018) fait écho à la solennelle ziggurat laquée de noir de Wolfgang Laib (Zikkurat, 2005). Et, tandis que les lettres de néon de l’artiste italienne Rosa Barba s’entremêlent et semblent flotter dans l’obscurité, les trois adorables Totems hybrides du Belge Éric Croes, aux allures de bestiaire fantastique, entretiennent un mystérieux et riant conciliabule (Threesome, 2018). Au Petit Palais et sur l’avenue Winston-Churchill piétonnisée, 8e. Mercredi 17 octobre  : 11 h-21h, jeudi 18  : 10 h-20h, vendredi 19  : 10 h-21h, samedi 20 et dimanche 21  : 10 h-19h. Entrée libre. Fiac Hors les murs Dans le cadre de la Fiac Hors les murs, c’est une vingtaine d’œuvres qui investissent le Jardin des Tuileries et dialoguent ainsi avec le patrimoine environnant. Au détour d’un bosquet ou d’une allée, sur une pelouse ou dans l’un des bassins, le parcours proposé, accessible à tous, ne cesse de surprendre. Aux ouvre-boîtes requins de Gilles Barbier (L’œuvre boîte, 2018) répond l’espiègle Très Grand Ours (1994) de François-Xavier Lalanne. Quant aux Sphères de ciel (2004-2018) de Vladimir Skoda, elles scintillent sous le soleil parisien et imitent en cela les rutilantes Harley Davidson customisées par Olivier Mosset (Untitled (3 bikes), 2018), objets sculpturaux à la qualité esthétique indubitable. On est saisi par la simplicité efficace du langage quasi-architectural de Robert Indiana (Art, 1972-2001) et, à la vue des voiles de bateau aux motifs africains de l’Espagnole
Brokeback Mountain, de Dorothy Iannone, 2010, gouache et acrylique sur papier et bois, 53 x 54 x 18 cm, à voir à Parades for Fiac dans le cadre de Fiac Programmes. Photo Hans-Georg Gaul, Courtesy Air de Paris, Paris and Peres Project, Berlin Los Angeles DOROTHEA LANGE POLITIQUES DU VISIBLE 16.10.2018-27.01.2019 Ecposition organiefe per l'Oakland Museum of California. Eh a Hi rendue possible space à la contribution de la Terra La présentaion europieme MS produite en collaboration avec Foundation fer American Are. le Jeu de Paume, Parie et la Barblean Are Gallery, Londres. L'exposition *en partie soutenue par POoldand Museum Woman's &amui, la Henry Luce Fournier., k Susie% teins Buell Fund, Mn Hatch et Paul Mme. Le langue NeallIze OBC, mécène historique du Jeu de Paume, et ! MAL ont choisi d'apporter leur soutien à cone exposition. TERRAL.J.u de Paume est subventionne par le nilelefère de la Culture. Il biniSicie du soutien de la Banque Neagh » 011C et de la Manufacture Jaeger-LeCeuhre, midnos priviliggs. En partenariat aimem.:cm « ELLE I= Slate telllosie.5 JEU DE PAUME 1, PLACE DE LA CONCORDE PARIS EP MIL',1,12"" F I DAL WWWJEUDEPAUME.ORG Tere Recarens (Faire l’Aventure, 2009-2018), on se surprend à rêver d’une subite échappée maritime… La Seine ne mène-t-elle pas qui veut jusqu’à la mer ? Mais le point fort de cette Fiac Hors les murs se révèle être sans conteste la performance déambulatoire du Brésilien Paulo Nazareth (Moinho de Vento/Windmill, 2018), qui met en scène treize immigrés marchant dans les rues de Paris. Actionnant machinalement des moulins à café, ils sèment derrière eux la poussière brunâtre des grains et répandent dans l’air leur arôme brut, qui persiste un temps dans le paysage urbain… Moment suspendu, qui vient fugitivement réveiller la mémoire du travail immigré et de l’esclavage. Pour la première fois, la Fiac Hors les Murs déborde du Jardin des Tuileries et investit une partie de la Place de la Concorde, avec un parcours aux allures de village éphémère. L’occasion de découvrir l’art-habitat visionnaire, oblique et utopique de Claude Parent (Les Îlots, 2010) et de savourer une pause dans la si, mignonne maison Bulle de Jean Maneval (1968). On rejoint ensuite l’écrin minéral et symétrique de la Place Vendôme, qui accueille une installation du duo d’artistes scandinave Elmgreen & Dragset  : To Whom It 27 affaires culturelles May Concern (2018). Il y a là, échouées sur cette plage de béton, une centaine d’étoiles de mer abandonnées, menacées par la pollution environnementale. Référence manifeste à l’Accord de Paris sur le climat, l’œuvre vient dire l’ampleur et l’urgence du défi à relever. C’est enfin au musée Eugène-Delacroix, dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, que s’achève la programmation de la Fiac Hors les murs, avec les sculptures abstraites de l’artiste Rebecca Warren. Au Jardin des Tuileries, Place de la Concorde et Place Vendôme, 1 er, accès libres. Au musée national Eugène-Delacroix, 6, rue de Fürstenberg, 6e. Jusqu’au 29 octobre, tous les jours sauf mardi de 9 h 30 à 17 h 30. Entrée  : 7 € ou sur présentation d’un billet Fiac. Fiac Programmes Sous l’appellation FIAC Programmes se cache un calendrier extrêmement riche  : performances (festival Parades for Fiac), cycle de conférences (Conversation Room), et projections de films d’artistes dans un cinéma-container de 14 places, le Cinéphémère. Pour Parades for Fiac, une vingtaine de performances se déploient au Palais de la Découverte, au Petit et Grand Palais, ou encore au Centre Pompidou. C’est au cœur I 1 jO I 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :