A Nous Paris n°825 24 sep 2018
A Nous Paris n°825 24 sep 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°825 de 24 sep 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : Koché, le style...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
LLUSTRATION 0 SANGHON KIM I GRAPHISME 0 TRAFI PARIS MOODYMANN ONEOHTRIX POINT NEVER TERRY RILEY CHASSOL HARRY FRAUD DINOS OKLOU FLAVIEN BERGER YUZO KOSHIRO & MOTOHIRO KAWASHIMA AURORA HALAL … SEPT. 24–30 CONCERTS, DJ SETS, CONFÉRENCE, CRÉATIONS INÉDITES … INFOS & BILLETTERIE REDBULLMUSIC.COM/PARIS
édito 03 4r...e.,:tee A NOUS PARIS Selon son idée J’aime que les talons hauts, mais quand je les porte sans chaussettes, ça peut me tuer les pieds, que je rafistole avec des pansements qui coûtent un pognon de dingue (maouais, on a adopté l’expression) et qui m’obligent du coup à planquer toute cette misère pas très claire dans des baskets grosses et un peu moches posées sur des coussins d’air, qui heureusement ont été repêchées d’on ne sait où pour faire une tendance de la rentrée. Pensant que ceux qui savent… savent, je n’ai jamais aimé arborer les logos des quelques trucs griffés que j’avais, mais on dit que c’est élégant, bizarrement. Quant à arborer sur un pull ou un tee-shirt, ses idées… Les couleurs d’un groupe oublié ou ignoré (pas les Ramones et pas Blondie, donc) me paraissent plus odieusement décalées. Le rouge ne me va pas au teint que j’ai pâle, voire blafard quand je sors un peu trop. Les couleurs automnales en revanche, malgré leur côté a priori peu engageant, me donnent une et-e. ; 47:411-. 1-e. énergie de dingue, et je ne sais pas quoi penser des manteaux oversize quand on a des épaules minables. Autant jouer sur ses particularités, paraît, alors il me semble juste d’oublier. Le layering, cette façon d’empiler des trucs pour se créer un look fait partie des trucs pour lesquels j’ai toujours préféré l’hiver à l’été. Quoique pas végane du tout, l’idée de porter la peau d’un animal mort sur mon dos ne m’a jamais fait rêver, tandis qu’un sweat en fausse fourrure rose pourrait me téléporter joyeusement à ma période CM1, l’un des rares moments de presque insouciance de toute mon existence. Mais dans le genre, le sous-pull et la cagoule, on n’y pensera même pas en rêve, et les fleurs autant que le patchwork comme mémé, pas mieux. Étonnamment pourtant, pour le léopard « parce que ça dépend de qui le porte » et l’écossais qui ne me rendra jamais complètement sage, je foncerai les yeux fermés. Alors comme à chaque saison, j’intègre et je soupèse tout ça, attendu qu’à ed terbegro deo 4 l’arrivée, avec ce qu’on me donnera, je n’en ferai qu’à ma tête et je créerai mon style, qui ne ressemblera qu’à moi. Parce que finalement, quoiqu’on nous dise, on le sait tous, que la vraie bonne idée, c’est tout simplement ça.Carine Chenaux Rédactrice en chef @CarineChenaux Kindred de HUSH, une peinture exposée à la foire internationale d’art urbain de l’hôtel Drouot. DR Le restaurant Froufrou, nouvellement niché dans le Théâtre Édouard-VII. Francis Amiand



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :