A Nous Paris n°791 13 nov 2017
A Nous Paris n°791 13 nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°791 de 13 nov 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : jeux vidéo, c'est qui le best ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
jeux vidéo D3 titres à se procurer absolument Deux stars de fin d’année méritent un statut de VIP. D’abord, après l’un des tout meilleurs Zelda ever, Super Mario Odyssey est le deuxième chef-d’œuvre de la pourtant jeune console Switch de Nintendo. Il table sur la liberté, et donc le fun, d’un Mario à monde ouvert (le premier depuis Super Mario Sunshine, en 2002) et y ajoute la A NOUS PARIS LESS IS MORE Texte  : James Martin Courtesy les éditeurs Nintendo, Ubisoft, Activision, Warner Bros, Sony & EA. Plus de 40% des sorties vidéoludiques ont lieu en fin d’année… Mais en 2017, la qualité d’une poignée de titres prime sur la quantité des sorties festives. Voici notre sélection. possibilité, façon Kirby, de prendre la forme d’autres objets ou créatures, grâce à un chapeau magique. On peut ainsi détruire des murs en devenant une grosse boule métallique, sauter très haut en incarnant une grenouille ou même tout dévaster sur son chemin en se transformant en tyrannosaure. Et à chaque fois avec les moustaches de Mario, petite touche kawaï obligatoire. Inutile Super Mario Odyssey Courtesy Nintendo 08 dans l’air de dire que les possibilités de jeu sont presque illimitées et les génies de Nintendo exploitent joyeusement le filon, sans pour autant tomber dans l’exploitation à répétition de vieilles recettes. Même si des phases de jeu rétro, en 2D, interviennent un poil trop souvent, c’est le charme loufoque de ce monde haut en couleur qui finit par nous combler à chaque niveau. Sourires béats garantis ! Autre monde ouvert, mais réaliste cette foisci, Assassin’s Creed Origins prend une franchise vieille de dix ans et lui donne une cure de jouvence plus que nécessaire. La reproduction historique des Assassin’s Creed nous a toujours bluffés, et nous a même appris des choses sur la Renaissance italienne ou la Révolution française. Mais son propre système de monde ouvert s’est tellement alourdi avec le temps que dans les derniers épisodes, on ne savait plus par où commencer face à des centaines de missions possibles. Origins taille donc drastiquement dans le gras, pour aller directement à l’essentiel. Résultat  : une haletante aventure dans l’Égypte antique, où l’intrigue principale avance à un rythme soutenu, tout en nous laissant l’opportunité d’explorer librement cet énorme monde virtuel, si on le souhaite. Des trouvailles ingénieuses – comme un aigle, qui permet de repérer ses cibles rapidement et astucieusement, ou des dromadaires, qui nous amènent automatiquement à notre mission d’assassin – et le système de combat repensé et redynamisé y sont pour beaucoup. On se demande juste pourquoi Origins entretient la légende de Cléopâtre en nymphomane tueuse (il est peu probable qu’elle ait proposé, comme ici, de coucher avec n’importe homme à une fête, à condition de pouvoir le tuer après) ou pourquoi tout le monde parle avec un accent proche du patois jamaïcain. Mais pas de quoi gâcher néanmoins notre énorme plaisir de perdre des heures dans ce fabuleux monde si fidèlement reproduit. Et parce que du sublime au ridicule il n’y a qu’un pas, chez le même éditeur qu’Assassin’s Creed nous trouvons le dernier jeu South Park  : l’annale du destin. Extension pure et fidèle de la série télévisée – des dessins ultra-simplistes à l’humour scato, tout y est – L’Annale du
destin y ajoute des combats façon jeu de rôle tactique. Sauf que les attaques ultimes sont, forcément, des pets. D’où l’invention, pour le jeu, du Nosulus Rift, un casque de réalité olfactive, qui reproduit une odeur nauséabonde lors de chaque attaque de flatulences ! Mais dans l’ensemble, ce nouveau South Park est beaucoup plus satirique que visuellement choquant, et on retiendra surtout son commentaire politique. L’identité sexuelle, le populisme et le racisme sont en effet des thématiques particulièrement présentes au cours de l’aventure. 5 productions à essayer éventuellement Vous en aviez assez des jeux vidéo de Seconde Guerre mondiale ? Pas de chance, le dernier Call of Duty (WWII) s’y situe. Mais le résultat est plus que convaincant, notamment en ce qui concerne sa difficulté  : le nombre de fois où l’on meurt en débarquant sur une plage de Normandie semble tout à fait normal, compte tenu de l’inestimable ardeur de la tâche. De plus, exit la barre de santé qui se remplit toute seule  : si on ne trouve pas de kits de premier secours, c’est la fin de l’aventure. On peut également retourner dans le monde du Seigneur des Anneaux avec L’Ombre de la Guerre, suite de L’Ombre du Mordor, des mêmes développeurs. On reprend le personnage principal, les ennemis intelligents, et on recommence, à une différence près… Désormais, le système de rivalités du jeu est si poussé que vos adversaires les plus coriaces vous poursuivront durant toute l’aventure, et parfois après la mort. Seul bémol, L’Ombre de la Guerre est certes une megaproduction impressionnante, mais ses violentes vengeances à outrance finissent par devenir barbantes. Pour chercher un peu de légèreté – surtout en famille – on pourra se déhancher sur le dernier Just Dance, désormais disponible sur Switch, et avec une chanson exclusive de la YouTubeuse Andy (wouah, trop bien !) Ou sinon s’éclater au volant de bêtes de course dans Gran Turismo Sport. Si l’extrême rigueur de cette simulation automobile continue de nous laisser de marbre, la possibilité de piloter tous ces bolides en réalité virtuelle avec le casque PlayStation VR apporte une dose de piquant plus que bienvenue. Enfin, sans avoir pu le tester à temps, on garde l’espoir que Star Wars Battlefront 2, dont la nouvelle Assassin’s Creed Origins Courtesy Ubisoft 09 dans l’air campagne solo permet d’incarner une espionne de l’Empire, rattrapera la vacuité de son prédécesseur, uniquement multijoueur. Eh oui, on est d’éternels optimistes… 3 autres jeux à redécouvrir impérativement Il n’est pas non plus trop tard pour essayer Persona 5, le meilleur jeu de tous les temps d’après le magazine bible Jeux vidéo japonais, et l’un des jeux de rôle les plus originaux et attachants jamais créés selon nous. Saluons également l’arrivée du génialissime jeu indépendant Oxenfree sur la nouvelle console Switch de Nintendo ; sans oublier non plus le retour de LA Noire. L’un des meilleurs titres sortis ces dernières années – une enquête policière dans la Californie des années 40 – est de retour en version ultra-haute définition (sur PS4 et Xbox One), sur Switch mais aussi, à terme, en réalité virtuelle via le casque HTC Vive. Nostalgie, quand tu nous tiens…Jeux sur Switch et PC  : environ 50  € . Jeux sur PS4 et Xbox One  : environ 70  € . Certains jeux sont déconseillés aux moins de 18 ans. les CONSOLES Laquelle choisir ? Parlons d’emblée d’ultra-haute définition, avec l’arrivée de la nouvelle Xbox One X (500  € ). La console de Microsoft est désormais capable d’afficher des jeux nativement en 4K, ou Ultra HD. Tout comme la PS4 Pro (400  € ), son plus ou moins équivalent chez Sony. Mais dans les deux cas, inutile d’investir une bonne partie de son salaire sans avoir au préalable lâché au moins autant pour un téléviseur 4K. Condition sine qua non pour pouvoir voir pleinement les améliorations visuelles apportées par ces deux consoles surpuissantes. Parions plutôt que ce sera surtout le Noël de la Switch. La console de Nintendo s’est déjà vendue à un million d’unités par mois depuis sa sortie en mars, et sa ludothèque, quoiqu’encore petite, contient tout de même deux des meilleurs jeux de l’année (Zelda et Mario, pour rappel) Sans parler du fait que les jeux Switch sont totalement mobiles… Quant aux consoles de salon pures et dures, la PS4 reste celle à battre, d’autant que sa version de base, la PS4 Slim 500 Go, ne vaut que 300  € . Ajoutez à cela des centaines de jeux compatibles et une facilité d’utilisation hors pair, et le choix est vite fait._



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :