A Nous Paris n°753 12 déc 2016
A Nous Paris n°753 12 déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°753 de 12 déc 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 14,2 Mo

  • Dans ce numéro : Laurent Garnier, l'électro magéntique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
AVEC TGV, L’EUROPE VOUS TEND LES BRAS. PARTEZ EN ITALIE, EN ESPAGNE, EN ALLEMAGNE, EN SUISSE ET EN BELGIQUE. RÉSERVEZ DÈS MAINTENANT VOS BILLETS AU MEILLEUR PRIX POUR VOS VACANCES D’HIVER. RETROUVEZ NOS OFFRES SUR VOYAGES-SNCF.COM, EN GARES ET EN AGENCES DE VOYAGES AGRÉÉES SNCF. Billets en vente à partir du 12 décembre 2016 pour des voyages entre le 03 et le 19 février 2017 sur une sélection de destinations en Europe depuis la France avec TGV Lyria, TGV France - Bruxelles, DB/SNCF en coopération, TGV France – Italie et Renfe/SNCF en coopération. Vente et informations dans les gares, boutiques SNCF, Bornes libre-service, par téléphone au 36 35, auprès des agences de voyages agréées SNCF et sur voyages-sncf.com. Télépaiement obligatoire par téléphone et sur Internet. TGV est une marque déposée de SNCF Mobilités. Tous droits de reproduction réservés. SNCF Mobilités - 9 rue Jean-Philippe Rameau - CS 20012 - 93200 SAINT-DENIS CEDEX - R.C.S BOBIGNY B 552 049 447. rente DB THALYS TGV en cooperacién/en coopération grD TGV Lytiâ In Kooperation/en coopération 3635 Service 0,40E 1 min + prix appel'
édito 03 A NOUS PARIS Au-dessus de moi le ciel Souvent, il nous arrive de consacrer notre une à une pointure – si ce n’est une star –, un artiste dont on sait vraiment qu’il excelle dans son domaine de compétence, mais dont on ne nous gave pas trop pour autant. Laurent Garnier cette semaine, pas aussi souvent interviewé qu’on pourrait le penser, en est ainsi l’exemple parfait. Parfois aussi, pour peu qu’il y ait ce qu’on appelle « de l’humain » sur notre couverture, il nous arrive de capter l’énergie d’un inconnu, avant même de l’identifier et de comprendre combien il sera bientôt amené à briller. C’est comme ça qu’un jour, juste pour qu’on le sache, un garçon nous a signalé qu’on avait beau ne pas le reconnaître vraiment sur la photo qui illustrait un dossier consacré à quelque fête ou festival d’été, c’était bien lui, sur scène. Celui-là se faisait appeler Mat Bastard et devait bientôt connaître avec son groupe, la carrière musicale que l’on sait. Dans un genre un peu différent, quoique pas moins rock, fin mars dernier, nous mettions 1 2 en avant un souffleur de verre tatoué pour annoncer les imminentes Journées européennes des métiers d’art. Pourquoi lui ? Bonne tête-bon style ? Pas faux, mais pas seulement, car il émanait surtout de celui-là une détermination aussi puissante qu’exempte de suffisance, qui faisait qu’on ne pouvait faire autrement que de porter notre choix sur lui. Jeremy Maxwell Wintrebert, disait alors la légende de la photo. Jeremy Maxwell Wintrebert, commencent aujourd’hui à répéter les médias, alors qu’un documentaire, a priori pas du genre à attirer les foules puisqu’il raconte simplement son parcours d’artisan, sort ce mercredi dans les salles. Sauf que ce film, mélange de passion irrépressible, de destin tragique – qui peut-être pourrait être contré à force de croire en la magie des choses –, d’énergies mises en commun et de success story vécue en toute humilité, est du genre à nous faire croire de nouveau que se transcender ne mène pas forcément à rien. D’une vie qui décidément n’avait rien d’un lit de roses, ce Jeremy a puisé une sorte d’énergie folle pour créer des choses a priori inutiles, des sculptures et, surtout, des nuages de verre, qui lui rappellent l’époque où, enfant, il regardait le ciel et que tout semblait possible. Une passion irraisonnée qui, par l’âpreté de sa pratique et le temps qu’il est nécessaire de lui consacrer, l’aura assurément privé de rencontres un temps, jusqu’à ce que le monde – certainement pas encore dans sa totalité, mais qui sait, peutêtre, bientôt – se soit rendu compte qu’il œuvrait à le rendre plus poétique et définitivement plus beau.Heart of Glass, film de Jérôme de Gerlache, avec Jeremy Maxwell Wintrebert. Durée  : 1 h 14. En salles mercredi. Carine Chenaux Rédactrice en chef @CarineChenaux 1Œuvre de Roland Topor. Collection particulière de Jean-Michel Ribes (p. 34) DR 2Les Chevaliers de la Table ronde au théâtre de l’Athénée (p. 34). Guillaume Bonnaud



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :