A Nous Paris n°710 30 nov 2015
A Nous Paris n°710 30 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°710 de 30 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (235 x 285) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : le fond de l'air effraie...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
VINCENT DEDIENNE S il Ae paioe quelque dffle... -0 (96<-> -0 0- -0-0 0- -0- - - - -0- -0- ((>-07'-0- -0- - (- -0- -0- 0- -4 -0-0- 0- - (>-g -0- -0- -0-) - - - -0- -0'-0- - () - 0- -0'-0')- - `›- - fp » rai) « >-(-(>-7 }CAFE DE LA DANSE -'du 2,31 DECEMBRE 2 015 -èamiii Julitec (ho,gneo e Fr0noi5 Pplhn 1 la I lienehee 0 301683 672'ro,34*.pom xwadreuern et Feigt de etnle6kiKels ilee Fleggrz Tderama r3=1.Q,Deta ‘Ne..4 4111,C Direciren Ealhenne Oerelre'T 5 rue dee vqgne:  : LOC 01.42.88.64.44 +.Y 0elethealie-ranela0h.[Otn scènes 38 affaires culturelles théâtre contemporain Tabou Ce spectacle, on s’apprêtait à le subir  : affronter la spirale tragique du viol et de l’agression sexuelle une heure dix durant ? Non, merci. On a tort  : il est de ceux qui s’implantent dans nos mémoires. Voilà des années que Laurence Février creuse son sillon très personnel, dans la veine d’un théâtre-documentaire engagé  : le 10 décembre, elle sera la première femme récompensée en tant qu’auteur-metteur en scène par le Prix Adami 2015. Juste retour pour celle qui nous convie à une réflexion fondamentale (Le viol est-il un tabou dans notre société ?) et nous réapprend le questionnement et l’écoute face au tragique immémorial du monde. Bâti à partir de faits réels, avec son atelier de recherche, sa création tisse jusqu’au vertige l’engrenage inferet aussi e ambDu 3 au 18 décembre La petite communiste qui ne souriait jamais Lundi, mardi, vendredi à 20 h 30, jeudi et samedi à 19 h 30, sauf le 3 décembre à 20h30. Théâtre de la Cité Internationale, 17, bd Jourdan, 14e. RER B Cité universitaire, T3 Montsouris. Tél.  : 01 43 13 50 50. La petite communiste, c’est Nadia Comaneci, cette jeune gymnaste qui stupéfia le monde aux J.O. de Montréal. En 2014, Lola Lafon publiait chez Actes-Sud 11 les confidences fictives de NadiaC. Ce livre est devenu une lecture musicale prompte à ausculter le corps féminin noté, jugé, contraint, et à désosser la notion de 11 liberté. Entourée de musiciens (Olivier Lambert, Julien Rieu de Pey), de Sonia Bester – Madamelune – (scénographie) et de Nathalie Pubellier (chorégraphie), la narratrice Lola Lafon nous livre ici son dialogue fantasmé avec la jeune idole roumaine. nal du viol, mais aussi celui de l’emprise, du poids délétère de la culpabilité et du « soupçon du consentement ». Sur scène, cinq comédiennes prennent en charge la parole de victimes sommées de prouver leur « innocence », de fouiller sans fin les preuves (de force) réclamées par la justice, la police, la société. Et c’est tout un système retors et inquisitoire qui émerge, générant silence, honte et peur. Alors oui, le viol est un « crime », et pourtant il reste tabou, même dans notre société gavée de liberté. Terrassantes de justesse, Véronique Ataly, Mia Delmaë, Françoise Huguet, Carine Piazzi et Anne-Lise Sabouret mettent à vif chaque réplique, chaque instant, dans une scénographie frontale (Brigitte Dujardin) qui vrille nos nerfs et nos émotions. Et lorsque, seule face au public, Laurence Février reprend la flamboyante plaidoirie prononcée par Gisèle Halimi (à l’origine de la loi de 1980 condamnant irréversiblement le viol) le 3 mai 1978 à la Cour d’Assises d’Aix-en- Provence, on est interpellé, bastonné, admiratif. Chahuté, exigeant, hypnotique et indispensable.Une pièce, cinq comédiennes porte-parole des femmes victimes de viol. Margot Simonney Jusqu’au 5 décembre, du mardi au samedi à 20h30 et le 3 décembre à 14h30 au Lucernaire, 53, rue Notre-Dame-des-Champs, 6e. M° Notre-Dame-des-Champs. Pl.  : de 11 € à 26 € . Tél.  : 01 45 44 57 34. Suite à la Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes (le 25 novembre dernier), Laurence Février et sa compagnie présentent toute une série d’actions autour du spectacle  : débats, conférences… Du 4 au 18 décembre Les glaciers grondants Tous les jours à 20 h 30, le 6 décembre à 15h. Théâtre de la Ville-Les Abbesses, 31, rue des Abbesses, 18e. M° Abbesses. Tél.  : 01 42 74 22 77. À l’aube de la 21 e COP, l’auteur et metteur en scène David Lescot se penche sur la question environnementale. À travers l’histoire d’un écrivain chargé d’écrire sur le dérèglement climatique alors qu’il vit les turbulences d’une séparation, l’artiste associé au Théâtre de la Ville invente un théâtre-enquête, documentaire et intime et sonde notre rapport sensible au climat. Pour exposer sa singulière réflexion mi-poétique mi-scientifique, il sera entouré d’acteurs, danseurs, musiciens, acrobates… capables de déchaîner les éléments. « Écolos-je-m’enfoutistes » assumés s’abstenir !
Textes  : Myriem Hajoui dialogue J’avais un beau ballon rouge Comment raconter la naissance des Brigades Rouges sans tomber dans le piège du didactisme ? Secoué par le texte à la fois sanguin et documentaire d’Angela Dematté, Michel Didym (mise en scèneadaptation) y répond sous un angle intime. Un choix qui lui permet de mêler peinture d’une femme en mouvement et photographie d’un moment particulier de l’histoire italienne. Mais aussi de confronter deux visions du monde – une fille engagée, un père petit bourgeois – et surtout de réunir Richard et Romane Bohringer… auréolés d’un Coup de Cœur du Théâtre Public en 2013 pour leur interprétation. On y suit le destin fulgurant de Margherita Cagol (Mara) qui choisit de voir rouge plutôt que de broyer du noir en aiguisant sa conscience politique à la faculté de sociologie de Trente et en épousant Renato Curcio, fondateur et idéologue des Brigades Rouges. S’ensuivent la ferveur des engagements anars, la lutte armée, les enlèvements et la date fatidique du 6 juin 1975. Extrêmement rigoureuse sur le plan historique, nourrie d’archives, cette pièce (créée au Théâtre de la Manufacture de Nancy en janvier 2013) restitue à merveille cette ambivalence entre rêves de justice sociale et radicalisme. L’essentiel se noue pourtant dans la relation conflictuelle entre le Père et la Fille  : Mara souhaite refaire le monde, lui voudrait qu’elle « fasse des poupards » ! Véritable petit soldat bravache, Romane Bohringer fait pétiller son personnage de pasionaria. Richard, lui, est idéal dans le rôle du bon conservateur chrétien, le regard traversé de nuages. La scénographie conçue par Jacques Gabel est futée et l’ensemble est emballé sans effets de manche. Soulignons enfin la belle traduction du dialecte ladin (du Nord-Est de l’Italie) cosignée par Caroline Michel et Julie Quénehen, prétexte à une gouaille délectable. Un chouette de bath spectacle comme on disait en 1970 ! Jusqu’au 3 janvier, du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15 h au Théâtre de l’Atelier, 18e. M° Anvers. Pl.  : de 10 € à 37 € . Tél.  : 01 46 06 49 24. 30/11/15 A NOUS Eric Didym 39 affaires culturelles à réserver Mieux vaut tôt que jamais ! Du 9 au 23 décembre L’enfant de demain À 20 h 30, dimanche à 15h. Théâtre de la Ville, 2, place du Châtelet, 1 er. M° Châtelet. Tél.  : 01 42 74 22 77. Il vivait heureux au Congo auprès de son oncle lorsque des militaires ont surgi, l’ont embrigadé pour en faire un enfant soldat durant cinq ans. Le ton est donné  : cru et brut, à l’instar de ce récit édifiant livré par Serge Amisi. Pour évoquer cette enfance mutilée et scruter le sort de ces gamins qui n’ont plus pour père et mère que l’armée, Arnaud Churin a confié le rôle de l’enfant-soldat au comédien Mathieu Genet, avec à ses côtés la présence gémellaire d’Amisi. Un théâtre qui traque la folie des hommes, là où plus rien ne compte. Et résonne furieusement en ces temps anxiogènes. Du 10 décembre au 10 janvier Très nombreux, chacun seul À 20h, dimanche à 16h. Relâche lundi et les 14, 21, 24, 25 et 28, 31 décembre, 1er et 4 janvier. Théâtre du Soleil, La Cartoucherie, Route du Champ de Manœuvre, 12e. M° Château de Vincennes + navette. Tél.  : 01 43 74 24 08. www.cartoucherie.fr Jean-Pierre Bodin (auteur-acteur) et Alexandrine Brisson (réalisatrice) passionnés par le monde ouvrier, s’intéressent à la souffrance au travail. Nourri de sources scientifiques, poétiques ou journalistiques, de musique, danse et vidéo (Roland Auzet, Cécile Bon, Jean-Louis Hourdin), ce « Cabaret du Scandale » ausculte la monstruosité des nouveaux managements et rêve d’une communauté réconciliée et fraternelle. Et voilà l’travail ! musique/lecture LOLA LAFON La petite communiste qui ne souriait jamais 3 > 18 décembre 2015 Théâtre de la Cité internationale — de 13 à 30 ans 13 € Réservations 01 43 13 50 50 — www.theatredelacite.com Evgenia Arbugaeva Une héroïne socialiste à l’Est une icône publicitaire à l’Ouest, les vraies-fausses confidences de Nadia Comaneci. MADAME BOVARY DE GUSTAVE FLAUBERT A D A P T A T I O N P A U L E M O N D MISE E N SCÈNE SANDRINE MOLARO ET GILLES-VINCENT KAPPS RÉSERVATIONS 01 45 44 50 21 4/21 déc 2015 emmène-moi à l’espace cirque antony PÔLE NATIONAL DES ARTS DU CIRQUE theatrefirmingemier-lapiscine.fr [



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :