A Nous Paris n°623 28 oct 2013
A Nous Paris n°623 28 oct 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°623 de 28 oct 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (235 x 285) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 12,2 Mo

  • Dans ce numéro : conversation avec Natalie Portman... à Thor ou à raison.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
à boire et à manger 22 style de ville beau livre Photos Michel et Domitille Langot Le Grand Véfour, un monument parisien Le plus ancien restaurant gastronomique de la capitale se raconte dans un très beau livre splendidement illustré, où l’histoire de l’institution côtoie les recettes du maître des lieux, Guy Martin. L’épopée de ce monument de la cuisine française est intimement liée à celle du Palais-Royal, qui dans les années 1780 devient l’épicentre de la vie parisienne, le quartier où l’on se donne rendez-vous. Car désormais, on déjeune et on dîne dehors, et les restaurants ne cessent de fleurir, à l’instar du Café de Chartres en 1784 (à l’origine une humble maison en bois), qui sera déplacé sous les arcades trois ans plus tard. Vite devenu à la mode, il changera rapidement d’allure pour se muer en un décor splendide, celui du Grand Véfour que l’on connaît aujourd’hui. « Des siècles d’histoire où rien n’a bougé, même s’il a fallu rénover en douceur les lambris, les dorures, les plafonds à caissons, les fixés sous verre… », confirme Guy Martin, qui a repris les cuisines de l’établissement en 1991, à la suite du grand Raymond Oliver, puis l’a définitivement acquis vingt ans plus tard. Dans cette institution où ont dîné Hugo, Lamartine, Colette, Foujita ou Jean Cocteau, anonymes mais aussi nombre de personnalités se pressent toujours. Ils y dégustent les recettes culte de l’endroit et les nouvelles créations du chef qui, pour sublimer les plus beaux des produits, avoue être inspiré par l’âme du lieu et de ses visiteurs illustres : « Toutes ces grandes âmes qui aident à grandir, à être meilleur, toujours dans la recherche… » Et ce bel ouvrage d’histoire et de gastronomie (dont sont tirées les photos ci-dessus) le prouve encore : dans l’air, sur les murs et dans l’assiette, l’art est partout au Grand Véfour._C.C. Le Grand Véfour par Guy Martin, éditions du Chêne, 256 pages dont 200 pages de recettes, 270 x 355 cm, tranche dorée, présenté dans un coffret, 75 €. 28/10/13 A NOUS table d’hôtel livres• Le Vraymonde Rougui Dia n’est pas la femme chef la plus médiatique, mais elle a pour elle un parcours qui la place aujourd’hui, sur le papier, parmi les plus brillantes de sa génération. Commis aux Persiennes (8 e), elle entre chez Petrossian (7 e) où elle gravit tous les échelons de la brigade avant de devenir chef. Onze ans après ses débuts dans ce temple du caviar, elle rejoint Le Vraymonde, le restaurant du tout nouveau Buddha Bar Hotel. Si les intitulés de la carte confirment la créativité de la jeune femme, le menu du déjeuner fait beaucoup moins rêver avec cet incongru gigot d’agneau avec purée de courgettes, présenté comme chez tata Denise, dimanche dernier juste après la messe. Deux tranches de gigot, deux quenelles de purée, le tout un peu perdu au centre d’une grande assiette. Dans cette enfilade de salles chics aux tons rouge, jaune et orangé, il y a une opposition de style totalement déroutante entre le plat servi et le luxe discret qui s’affiche. Le velouté de topinambours recouvrant des dés de saumon est acceptable mais il ne brille pas par sa créativité, pas plus que la tarte aux champignons, salade et tuile de parmesan. Seule la remarquable pomme confite à la citronnelle donne envie de revenir… mais plutôt pour prendre le thé. A 39 € le menu du déjeuner et compte tenu du parcours du chef et de sa créativité reconnue, on s’attendait à mieux, beaucoup mieux._Ph.T. Au Buddha Bar Hotel, 4, rue d’Anjou, 8e. M o Concorde. Tél. : 01 83 96 88 88. Ouvert tous les jours. Formule : 29 € (au déjeuner). Menu : 39 € (au déjeuner) et 68 € (au dîner). Qui l’eût cru ? Stéphane Jégo, chef emblématique du restaurant l’Ami Jean (7 e), dévoile enfin son talent dans un livre de cuisine. À peine cru est un condensé de recettes, ou plutôt de méthodes pour préparer et présenter des mets à peine crus comme la langoustine, la bonite, le veau, le pigeon et même la cervelle de veau. De son côté, Henrik Andersson, le chef peu médiatique du Fumoir (1 er), dévoile sa passion pour les plats en bocaux en nous apprenant à préparer des citrons au sel ou une compote de butternut et vanille._Ph.T. Bocaux et À peine cru, aux éd. Keribus, 19,90 €.
Textes : Jérôme Berger, Carine Chenaux, Philippe Toinard grec moderne CARNET D’ADRESSES DJAKARTA BALI Le meilleur de la cuisine indonésienne est ici ! Très variée, riche en saveurs et en épices comme les milliers d’îles qui forment cet archipel. Goûtez les rouleaux aux crevettes et légumes, les brochettes de poulet sauce cacahuètes, le poisson cuit dans une feuille de bananier... Menus dégustation de 25 à 55 €. Longtemps fermé le midi, le restaurant propose depuis peu une formule « Déjeuner à Bali » à 18,50 €. Le vendredi soir, danses balinaises (menu à partir de 30 €). 9, rue Vauvilliers. Paris 1er 01.45.08.83.11.M° Louvre ou Châtelet www.djakarta-bali.com LA MAISON DU KASHMIR Découvrez les grands classiques de la cuisine indienne à des prix très doux. Unique à Paris, tous les plats sont accompagnés de 2 légumes. Goûtez les gambas massala et leur sauce coriandre et menthe fraîche accompagnées d’un caviar d’aubergine et d’un naan au fromage. Sans oublier l’accueil très souriant. Menu à 11,50 € le midi. Le soir, carte environ 25 €. Livraison à domicile. Ouvert TLJ 8, rue Sainte Beuve. Paris 6 ème 01.45.48.66.06.www.tandoori30.fr M° Vavin ou N. Dame des Champs• L’Olivier Le boulevard du Temple s’avale. Pas le temps de distinguer ses façades, de repérer une nouvelle enseigne. Prenez cette table : elle a fait peau neuve, et personne ne s’en est aperçu. Elle mérite, pourtant. Pas tant pour la déco néo-campagne que pour son propos : la cuisine de terroir… grecque et moderne. Plutôt rare, non ? Au programme de ce unepièce épicerie-comptoirfourneaux-restaurant, mur de pierres sèches, chaises de bois d’aujourd’hui et un Assyrtiko Santorini 2012 du domaine Hatzidakis (36 €) – frais et vif. Puis un filet de chinchard mariné, réduction de betterave, feuille d’huître et de câpre (12 €) – délicats et équilibrés –, une joue de bœuf de 72 heures, gratin de macaroni au gruyère de Crète et olives de Kalamata (23 €) – plus bistrot, mais ciselés –, et des potirons à la vanille, crème d’orange et ganache au chocolat (10 €) – plaisants. Le registre change parfois, mais la précision et la joliesse demeurent. Alors, si vous passez par là, stop : marquez la pause._J.B. 15, bd du Temple, 3e. M o Filles du Calvaire ou Oberkampf. Tél. : 01 42 77 12 51. Ouvert du mardi au samedi de 12 h à 14 h 30 et de 19 h à 22 h 30. Fermé dimanche et lundi. Menus : 15 et 17 € (déjeuner en semaine), 45 €. Carte : environ 40 €. EL PICADOR Précipitez-vous chez El Picador pour vous régaler d’une authentique Paëlla Valenciana de qualité ou de spécialités espagnoles finement préparées : zarzuela, calamars, gambas... Depuis 1958, trois générations de cette même famille se sont succédées pour faire de ce restaurant une adresse incontournable de la capitale. Dans un nouveau décor, voyage garanti au coeur de l’Espagne traditionnelle. Olé ! Formules à 22,50 et 34 €, menus à 25 et 37,5 €, carte de "Tapas". Accueil jusqu’à 22h30. Fermé dimanche soir, lundi et mardi midi. 80, bd des Batignolles. Paris 17 ème 01.43.87.28.87. Métro Villiers www.elpicador.fr monomaniaque 23 style de ville Éclair et chocolat Octobre se termine en beauté à l’Éclair de génie, avec Chococtober, un événement exclusivement dédié à l’éclair au chocolat. Derrière des vitrines monochromes, on pourra ainsi découvrir les spécialités cacaotées de la maison, mais aussi les créations originales de six chefs pâtissiers de renom, comme Pierre Marcolini et Christophe Michalak. Pour chaque éclair au chocolat acheté, 1 € sera reversé à l’association Rétinostop (contre le rétinoblastome). Une très bonne initiative._C.C. Du 30 octobre au 3 novembre à l’Éclair de génie, 14, rue Pavée, 4 e, et à la galerie Passy Plaza, 53, rue de Passy, 16e. www.leclairdegenie.com. 01.77.51.58.84. PUBLI INFO LA CHARETTE CREOLE Dépaysement assuré et ambiance soleil de l’Océan Indien dans ce très sympathique restaurant exotique aux spécialités des îles de la Réunion, Maurice et Madagascar. Marmite d’or 2008-2009 des restaurants afro-antillais. Goutez en entrée l'assortiment d’entrées : samoussas, bouchons, achards, boudin accompagné de sauce pistache, rougail tomate et sauce piment. En plat, rougail saucisses, cabri massalé, ou rougail de poulpe ou gambas coco. En dessert, les sorbets ou glaces, les gâteaux réunionnais ou les fruits de saison. Formule le midi à 17 €. Le soir, carte environ 30 € à 35 €. Dîner aux chandelles mais aussi piste de danse et soirées à thème. 15, rue Jules Chaplain. Paris 6 ème 01.43.26.03.10. Métro Vavin ou N.D. des Champs www.lacharettecreole.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :