A Nous Paris n°619 30 sep 2013
A Nous Paris n°619 30 sep 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°619 de 30 sep 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (235 x 285) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 21,7 Mo

  • Dans ce numéro : Woody Allen comme on l'aime.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
nuit blanche 28 affaires culturelles LA TRAVERSÉE DE LA NUIT Texte : Thomas Séron L 30/09/13 A NOUS De 19 heures à 7 heures du matin, du pont des Invalides à la place Stalingrad, des artistes du monde entier prennent position dans une centaine de lieux – en plein air ou en catimini – pour une multitude de propositions : performances, feux d’artifice, installation pour enfants, concerts, projections… Samedi, la 12 e édition de Nuit Blanche investit les berges de Seine, passe par République, le Marais, et suit le canal Saint-Martin : quatre parcours où, le temps d’une nuit, Paris cède à la fantaisie. L’édition précédente faisait de la Seine la ligne qui reliait les points remarquables. Accès était autorisé dans des lieux inattendus, insolites, d’ordinaire réservés : Nuit Blanche avait un air de Journées du patrimoine, en nocturne. Pour la douzième édition, Chiara Parisi et Julie Pellegrin, directrices artistiques désignées, voient les choses d’un autre œil. La première est directrice des programmes culturels de la Monnaie de Paris, la seconde dirige le centre d’art contemporain La Ferme du Buisson (à Noisiel, 77). « Considérant Paris comme un laboratoire plus que comme un simple décor, les artistes de cette Nuit Blanche proposent des happenings esthétiques, politiques et sensationnels, où le son, le mouvement, l’action et la relation à l’autre exaltent l’expérience de l’instant », écriventelles dans un texte cosigné, en guise de préambule. À la différence de 2012, cette Nuit Blanche est orientée vers le plein air et l’espace public. Les vedettes de la nuit sont moins le patrimoine architectural parisien qu’une somme d’installations éphémères conçues par « des artistes invités de générations et d’horizons très divers ». Pour autant, avec ses quatre parcours – berges de Seine, canal Saint-Martin, Marais-République et Belleville-Ménilmontant –, suivre les cours d’eau, Seine et canal Saint-Martin, des Invalides à Stalingrad avec crochets par le Marais et les hauts de Ménilmontant, semble la meilleure option pour en voir le plus – programme officiel et projets associés compris. Pour joindre les deux bouts du parcours, et les deux extrémités de la nuit, de 19 h à 7 h du matin, les métros des lignes 1 et 5 qui circuleront jusqu’à 5 h 30 ne seront pas de trop. Cloches et brume À 19 heures pile, samedi, Nuit Blanche 2013 débute par une très bonne idée : l’artiste britan- En haut : Le Quatuor à cordes avec hélicoptères de Stockhausen (1995) sera joué quai Conti (parcours berges de Seine). Helen Maybanks En bas : Plaque tournante de Dector & Dupuy, 2013. Dans divers lieux des 19 e et 20 e arrondissements (parcours Belleville- Ménilmontant). Courtesy des artistes nique Martin Creed donnera le départ des festivités en faisant sonner simultanément pendant près de trois minutes toutes les cloches des églises du parcours. Il a déjà fait le coup en ouverture des J.O. de Londres ; résultat garanti ! Aussi nous propose-t-on, « afin que l’effet soit maximal », de participer à la performance collective en activant sonneries en tout genre, clochettes, sonnettes de vélos, etc. – un appel à participation active est lancé sur le site quefaire.paris.fr. Quai Conti, à proximité du Pont-Neuf, le bruit des hélicoptères va couvrir le son des cloches : on joue Helikopter-Streichquartet de Karlheinz Stockhausen, soit un opéra vertical où les cordes d’un quatuor vibrent de concert avec les pales des hélicos. Penser à revenir vers les berges de Seine vers minuit pour le feu d’artifice flottant orchestré par Cai Guo-Qiang, qui s’est fait la main aux J.O. de Pékin. Avant de se rendre place de la République pour
rentrée En haut : Chantal Akerman, Maniac Shadows, 2013. Au Théâtre du Châtelet, parcours Marais-République. Chantal Akerman En bas : Huang Yong Ping, Théâtre du monde et pont, 1993-1995. Au Carreau du Temple, parcours Marais-République. Courtesy de l’artiste et Kammel Mennour, Paris/ADAGP Ci-contre : Cai Guo-Qiang, projet pour Aventure d’un soir, 2013. Parcours berges de Seine, rive gauche, entre le Pont-Royal et la passerelle Solferino. Courtesy de l’artiste se perdre dans le « Fog Square » de Fujiko Nakaya – une installation faite de nappes et de cascades de brume que le public peut traverser à pied –, faire un crochet par le Théâtre du Châtelet où Chantal Akerman présente une performance de quatre heures suivie d’une projection vidéo, puis au BHV (!), dans les coulisses duquel Neil Beloufa projette le film La Domination du monde. À proximité de République, le Carreau du Temple ouvre pour la première fois au public, et Huang Yong Ping y réactive son Théâtre du monde, une sculpture monumentale au sein de laquelle se meuvent reptiles et insectes. Détournements Nuit Blanche, c’est aussi pour les enfants : Palle Nielsen transforme la place de la Bataille de Stalingrad (19 e) en une aire de jeu monumentale (ouverture aux enfants entre 3 et 12 ans de 10 h 29 affaires culturelles infos PRATIQUES Nuit Blanche, dans la nuit du samedi 5 au dimanche 6 octobre. Site Internet : quefaire.paris.fr/nuitblanche Les réseaux du métro et du tramway parisiens sont ouverts jusqu’à 2 h du matin environ. Entre 2 h 15 et 5 h 30 du matin, des stations des lignes 1 et 5 sont desservies, et en accès gratuit. à ne pas MANQUER 19 h : Martin Creed fait sonner simultanément pendant près de trois minutes les cloches du parcours. De 18 h à 20 h : Quai Conti (6 e), un opéra vertical de Karlheinz Stockhausen composé d’hélicoptères et d’un quatuor à cordes. Vers minuit : Berges de Seine, le feu d’artifice flottant orchestré par Cai Guo-Qiang. 414.4e4 eete'De 19 h à 7 h : Place de la République (10 e), le « Fog Square » de Fujiko Nakaya. Une installation faite de nappes et de cascades de brume. De 10 h à 23 h : Place Stalingrad (19 e), Palle Nielsen transforme le lieu en une aire de jeu monumentale pour les enfants. De 21 h à 6 h : Les visites guidées de Dector & Dupuy. Rendez-vous : Rotonde de Stalingrad (21 h), siège du Parti communiste (22 h et 5 h) Espace Jemmapes (23 h et 4 h), Maison des Métallos (minuit et 3 h), gymnase des Pyrénées (1 h), etc. De 19 h à 7 h : À l’écluse des Récollets (10 e), Rosa Barba a conçu un dispositif sonore placé sous l’eau, diffusant de la musique électronique qui fait vibrer la surface du canal Saint-Martin par des eaux jaillissantes. De 19 h à 7 h : Parc de Belleville (20 e), Hassan Khan – pionnier de la musique électro en Egypte – propose du son et de la lumière. De 19 h à 7 h : Carreau du Temple (3 e), Huang Yong Ping active une sculpture monumentale au sein de laquelle se meuvent reptiles et insectes. ÉLÉPHANTPANAME NTRE D A PTEMBRE - 5 JANVIER HORAIRES Du mardi au dimanche de 11h00 à 19h00. Nocturne le jeudi jusqu'à 21h00. it Magasins Frac- Carrefour 0 892 68 36 22 (0.34e.).NOUS PARIS M'US www.fnacrorn TÊTU CLASSICA SCOPE triezzo WWW.ELEPHANTPANAME.COM ADRESSE 10 rue Volney. 75002 PARIS T. 01 49 27 83 33 MÉTRO OPÉRA - billetterie@elephantpaname.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :