A Nous Paris n°569 11 jun 2012
A Nous Paris n°569 11 jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°569 de 11 jun 2012

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (260 x 360) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : Tous fous de foot !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
08• 11/06/12 A NOUS DANS L’AIR TENDANCE La culture foot, en pleine lucarne TEXTE: RÉMI MISTRY Rachat du PSG par les Qataris, duel Real/Barça palpitant et, surtout, Euro 2012 qui débute cette semaine... On n’a jamais autant parlé football qu’aujourd’hui. A croire que ce sport, injustement raillé par les élites durant tant d’années, a enfin gagné ses lettres de noblesse. Des talk-shows passionnés aux magazines branchés, on l’envisage désormais aussi bien comme un élément de la culture populaire que comme un miroir de la société. Le 27 avril dernier a eu lieu un véritable tremblement de terre sportif en Espagne, plus particulièrement en Catalogne. Pep Guardiola, entraîneur du FC Barcelone, annonçait qu’il raccrochait les crampons. Considéré par beaucoup de commentateurs comme « le nouveau philosophe du football total », Guardiola aura, quatre saisons durant, remporté une pluie de trophées et transcendé le jeu d’une équipe que beaucoup considèrent désormais comme la meilleure au monde. Si l’on ne s’aventura pas à de telles affirmations, force est de constater que l’événement connut un impressionnant écho chez les téléspectateurs du monde entier, qui savourent à présent les « classicos » opposant Madrid à Barcelone comme on suivrait, avec passion et frisson, chaque épisode d’une série télé fédératrice. Dans le même temps, en France, les yeux sont rivés sur la Ligue 1 et son PSG « new look ». L’arrivée des Qataris et leur gisement inépuisable de pétrodollars a mis en lumière un championnat hexagonal plus attrayant qu’auparavant, si bien que les chaînes de télé bataillent pour obtenir les droits de diffusion d’un spectacle qui ne cesse de prendre de l’importance. A la machine à café, dans la rue, les bars, les salles de cours, les salons, sur i>télé ou RMC, bref partout, on débat et on s’interroge : quels joueurs agiteront le mercato d’été ? Giroud va-t-il confirmer sa bonne saison à Montpellier ? Et Messi, est-il plus génial que Ronaldo ? Sans compter la liste des joueurs sélectionnés par Laurent Blanc pour l’Euro, qui n’en finit plus d’alimenter les conversations. Certes, la chose n’est pas nouvelle. Ce qui l’est plus, en revanche, c’est que depuis quelques années le football est en train d’élargir le cercle de ses aficionados pour conquérir peu à peu chaque pan de la société, y compris les plus récalcitrants qui le considéraient jusqu’alors comme un simple jeu pour les masses, forcément vulgaire et insignifiant. Bref retour en arrière. C’est au XIX e siècle que l’aristocratie anglaise a imaginé le football dans sa forme moderne. Mais, très rapidement, les classes moins favorisées goûtèrent elles aussi aux joies de ce sport dont l’avantage premier était d’être praticable sans grands moyens. De l’Amérique du Sud à l’Afrique en passant par l’Europe, son langage devint universel. Ainsi, au fur et à mesure que les classes populaires s’emparèrent de cette « distraction du pauvre », les élites s’en détournèrent
© Nike Cinq des joueurs qui disputeront l’Euro 2012. De gauche à droite, Robert Lewandowski (Pologne), YannM’Vila (France), Cristiano Ronaldo (Portugal), Wesley Sneijder (Pays-Bas) and Luka Modric (Croatie). en affichant – au mieux – un mépris poli. « Le public qui s’estime cultivé ne sait-il pas, d’avance, que le football est une activité parfaitement futile (vingt-deux individus en short qui courent après un ballon) et qu’il ne doit son regrettable succès qu’à sa fonction évidente de nouvel opium du peuple ? », ironise le philosophe Jean-Claude Michéa dans son essai Les Intellectuels, le Peuple et le Ballon rond. Pour lui, l’intellectuel de base hait le football parce qu’il incarne tout simplement le sport populaire par excellence. Il lui faut donc mener un combat absurde visant à guérir les classes inférieures d’un soi-disant penchant pour l’aliénation. Seulement voilà, la donne semble avoir changé aujourd’hui. Si l’on en trouvera toujours pour regarder avec dédain l’amateur de ballon rond, se passionner pour le foot quand on est rangé dans la case « CSP+ » n’est plus une maladie honteuse, comme en témoignent les déclarations d’amour de François Bégaudeau, Eric Naulleau ou Philippe Delerm. Pour le romancier et philosophe Tristan Garcia, « l’histoire footbalistique dit plus de choses sur l’histoire du XX e siècle que l’histoire politique ». Carrément. Cet engouement salutaire vient DANS L’AIR TENDANCE• 09 peu à peu légitimer et désinhiber cette passion populaire : oui, on peut aimer le foot sans être taxé de « beauf ». C’est dans ce contexte qu’a émergé le manifeste Tatane, emmené par l’ex-joueur (et coréalisateur de Substitute, un film foot un peu arty) Vikash Dhorasoo. Tatane se veut une coopérative d’idées et d’actions pour un football durable et joyeux. « Oui le football est un beau sport/non aimer le foot n’est pas grossier/oui on peut penser avec ses pieds », peut-on lire en clôture du manifeste qui a reçu bon nombre de soutiens prestigieux. Ainsi, ce qui devait arriver arriva. En raison peut-être de la multiplication des talk-shows sportifs, de la spéculation financière cynique autour du marché des transferts engendrés par l’ultralibéral arrêt Bosman ou au contraire de la réévaluation sincère de ce qui peut être un véritable plaisir d’esthète, le football est devenu terriblement chic. A tel point que certains, constatant l’augmentation du prix des places dans les stades, pointent du doigt sa mutation en un « nouveau loisir pour bobos ». A tel point aussi qu’un club privé d’inspiration londonienne baptisé La Loge a ouvert ses portes à Paris, avec pour président d’honagendaEuro 2012 en Pologne et en Ukraine, du 8 juin au 1 er juillet. A suivre sur TF1, M6 et beIN Sport. 1 er Tournoi de foot rétro-vintage le 17 juin au Parc du Tremblay (94). RER A, arrêt Nogent-sur- Marne. Manifestation Art et Football organisée par la coopérative Tatane, au Centquatre, 5, rue Curial, 19e. M°Riquet. Jusqu’au 1 er juillet. Plus d’infos sur www.104.fr.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 1A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 2-3A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 4-5A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 6-7A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 8-9A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 10-11A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 12-13A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 14-15A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 16-17A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 18-19A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 20-21A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 22-23A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 24-25A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 26-27A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 28-29A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 30-31A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 32-33A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 34-35A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 36-37A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 38-39A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 40-41A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 42-43A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 44-45A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 46-47A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 48-49A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 50-51A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 52-53A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 54-55A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 56-57A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 58-59A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 60-61A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 62-63A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 64