A Nous Paris n°569 11 jun 2012
A Nous Paris n°569 11 jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°569 de 11 jun 2012

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (260 x 360) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : Tous fous de foot !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42• AFFAIRES CULTURELLES SCÈNES théâtre « Les Quatre Jumelles » GGGGG Vous trouvez que le théâtre ronronne ? Ce trip hallucinant en compagnie des sœurs Smith et Goldwashing est pour vous. Ces inénarrables clownesses mal embouchées s’entretuent avec rage, ressuscitent aussi sec, se shootent à tout ce qui est possible et même au camphre toutes les dix secondes, ne sont intéressées que par le dollar, le tout dans une contrée improbable, l’Alaska, qui… n’est pas l’Alaska ! Il n’y est question que de crimes, d’insultes, de chiens, de couteaux, de flingues, de pognon, d’élans brusques et d’éclats désespérés. Ça fait beaucoup ? Oui, mais ça marche. Affectionnant le hors-jeu, Jean-Michel Rabeux nous balade dans une aventure sulfureuse peuplée de situations incongrues avec toute la poésie idoine. Kirven James Boyd - Photo : Andrew Eccles A la base, un texte impossible de Copi écrit en 1973 : un « mix » de western trash et de Feydeau, entre cabaret transformiste et barnum funèbre, dépeçant d’âpres histoires de fratrie, éviscérant les zones d’ombre de la psyché humaine. A partir des thèmes obsessionnels du dramaturge argentin (foutoir, question du genre…), Rabeux réussit à créer une situation tordue et à la mener à terme selon une logique implacable d’exacerbation du pire. L’autre enjeu de ce huis clos trash et sidérant ? C’est la confrontation d’acteurs hors norme tordant le burlesque jusqu’au malaise, mais sans effet tonitruant. Trois des jumelles sont interprétées par des hommes tout en mousseline blanche, bottes en caoutchouc (Marc Mérigot, Christophe Sauger Théâtre du Châtelet du 25 juin au 21 juillet 2012 Robert Battle, Directeur Artistique - Masazumi Chaya, Directeur Artistique Associé Théâtre du Châtelet 01 40 28 28 40 www.chatelet-theatre.com Fnac, Carrefour et points de vente habituels (0,34 € ht/min) 0 892 683 622 www.fnac.com www.lesetesdeladanse.com Une pièce qui confronte des acteurs hors norme, tordant le burlesque jusqu’au malaise. et Georges Edmont), la quatrième par la scotchante Claude Degliame. Leurs visages grimés et leurs corps déséquilibrés se font capteurs sensibles de la violence d’une humanité paumée bonne à donner aux chiens. Métaphore déjantée de notre effroi face à la solitude et à la mort, cet opus hors des clous trouve ici un élan viscéral qui tient à la fois de l’exercice de cas psychiatrique et du guignol sado-maso existentiel provoquant des déflagrations de rire Photo Benoît Linder TEXTES : MYRIEM HAJOUI (ah, le défilé final de majorettes !). Nimbé d’une cruauté cocasse, cet ovni théâtral vibre comme une fière déclaration d’indépendance, un insolent et joyeux coup de gueule face à la normalité bon teint, à tout ce qui vitrifie la vie sous le vernis cosy de boudoirs lambrissés : pas de sujet ni de sentiments en demi-teinte, mais de l’absurde bien secoué dopé par une scénographie épurée (scène surélevée en arène noire, montgolfière blanche…) signée Pierre-André Weitz. On aime ou on n’aime pas, mais croyez-nous, c’est de la très bonne came.• Jusqu’au 23 juin, du lun. au sam. à 21 h au Théâtre de la Bastille, 76, rue de la Roquette, 11e. M°Bastille. Tél. : 01 43 57 42 14 ou www.theatre-bastille.com. Places : 14 à 24 €. Théâtre National de Chaillot du 19 au 28 juin 2012 PAUL TAYLOR DANCE COMPANY Directeur Artistique Paul Taylor Théâtre National de Chaillot 01 53 65 30 00 www.theatre-chaillot.fr Fnac, Carrefour et points de vente habituels (0,34 € ht/min) 0 892 683 622 www.fnac.com www.lesetesdeladanse.com Francisco Graciano in COMPANY B - Photo : Tom Caravaglia
répertoire « L’Avare » GGGGG Chouette, Michel Mourtérot reprend son bâton de pèlerin ! L’idée : s’atteler tel un ogre gourmand à cette célèbre comédie en cinq actes et en prose. Cela ne surprend guère : le directeur de la troupe du Théâtre des Loges fait partie de ces artistes qui affichent depuis toujours un amour inaugural pour le maître et qui ont Molière sous la langue mais aussi dans les tendons, la tête et les reins ! L’argument est connu : pingre de compétition, tyran et parano, Harpagon veille sur sa cassette comme une maman éléphant sur ses petits, quitte à sacrifier ses enfants : Elise qu’il destine à son voisin Anselme sur l’argument irréfutable que ce dernier la prend « sans dot », et son fils Cléante qu’il fait vivre dans le dénuement. Par ailleurs, le vieux grigou négocie sans passion un mariage avec Marianne, un tendron dont Cléante est épris. Voilà pour la trame de base. Si le spectacle aurait gagné à être un peu ramassé, il reste toujours dans l’expression d’une vérité immédiate et nous gratifie cependant de 2 h 30 d’une pâte formelle, humaine et expressive captivante. Sa force vive repose sur une idée singulière : en plongeant à corps perdu dans la matière moliéresque, Mourtérot (qui s’est donné le rôle-titre) en profite pour payer sa dîme au « bouffon génial » que fut Sieur Poquelin, son guide bienveillant. Résultat : la toux bilieuse d’Harpagon résonne avec celle de l’auteur que l’on imagine se consumer peu à peu sur scène. L’humanité blessée affleure alors derrière la bêtise universelle, attisée AFFAIRES CULTURELLES SCÈNES• 43F Du théâtre populaire, physique et festif : Michel Mourtérot rend un bel hommage à Molière. par la lumière collective des acteurs (Charlène Feres, Romain Dubos, Jean-Baptiste Forest, Romain Francini, Ludovic Gréco, André Lamorthe, Irène Ranson, avec une mention spéciale pour Scarlett Wilson et Nadir Brahmi) et une scénographie futée. On est vite ferré par une mise en scène qui monte en neige au fur et à mesure de l’arrivée de nouveaux personnages et heureux de retrouver la troupe dans sa meilleure « vis », celle d’un théâtre physique et festif. Pour qui aime le théâtre populaire au sens noble du terme, et cette façon de donner de la chair à des spectres, cette pièce est une passionnante invitation à cheminer aux côtés d’un comédienmetteur en scène qui n’oublie jamais qu’au commencement était l’amour du jeu et du public. Il faut aussi découvrir ce lavoir, exgarage abandonné transformé il y a près de quinze ans en superbe écrin par la compagnie alors itinérante. Ne figurant pas dans le Top 10 des théâtres les plus branchés de ooooooooooooooooo l’Ile-de-France (mais assurément dans notre hit personnel), le lieu ne bénéficie d’aucune aide publique. Soyez là, on compte sur votre bon goût de spectateur, et pas sur une réaction pavlovienne devant le matraquage publicitaire.• Jusqu’au 23 juin, jeu., ven., sam. à 20 h 30, dim. à 16 h 30 au Théâtre des Loges, 49, rue des Sept-Arpents, Pantin (93). M°Hoche. Tél. : 01 48 46 46 54 73. www.theatre-desloges.fr. Places : de 6 à 17 €. de l’underground à la Genèse 13 avril 19 août 2012 Musée d’Art moderne de la Ville de Paris 11, avenue du Président-Wilson. Paris 16e. www.mam.paris.fr © R. Crumb, L’amazone aux tresses, 2007-2011. Photo Julien Rouhaud



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 1A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 2-3A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 4-5A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 6-7A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 8-9A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 10-11A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 12-13A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 14-15A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 16-17A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 18-19A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 20-21A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 22-23A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 24-25A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 26-27A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 28-29A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 30-31A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 32-33A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 34-35A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 36-37A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 38-39A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 40-41A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 42-43A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 44-45A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 46-47A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 48-49A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 50-51A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 52-53A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 54-55A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 56-57A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 58-59A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 60-61A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 62-63A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 64