A Nous Paris n°569 11 jun 2012
A Nous Paris n°569 11 jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°569 de 11 jun 2012

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (260 x 360) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : Tous fous de foot !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
34• informations pratiquesL’Etoffe de la modernité, costumes du XX e siècle à l’Opéra de Paris,. exposition au palais Garnier du 19 juin au 30 septembre. Entrée à l’angle des rues Scribe et Aubert, 9e. Ouvert tous les jours de 10 h à 17h. Entrée : 9 ¤, tarif réduit : 6 ¤. 11/06/12 A NOUS AFFAIRES CULTURELLES ÉVÉNEMENT Le bal des costumes TEXTE: MURIELLE BACHELIER Les plus beaux costumes de l’Opéra de Paris, imaginés par de grands artistes comme Marc Chagall ou Yves Saint Laurent, entrent en scène au palais Garnier le temps d’une exposition fantasmagorique retraçant leur histoire. cela faisait bientôt une vingtaine d’années que tous ces chefsd’œuvre de l’étoffe n’avaient pas été exposés au regard du public, il était donc grand temps de les sortir à nouveau au grand jour. C’est aussi et surtout l’occasion de rendre un bel hommage au travail extraordinaire des ateliers qui créent les costumes et les décors des spectacles à partir des souhaits et des dessins des artistes choisis par les metteurs en scène. Un vrai travail d’équipe qui montre également l’importance des costumes dans la production d’un ballet ou d’un opéra. Cette passion pour l’étoffe ne date pas d’hier. A partir du XIX e siècle, elle fait l’objet de toutes les attentions et l’Exposition universelle de 1878 y consacre l’un de ses espaces. « Les ateliers de l’Opéra de Paris ont déjà grande réputation, le Palais Garnier est le producteur des spectacles les plus fortunés en France dès le XIX e siècle et est connu pour son faste qui le distingue », explique Christophe Ghristi, commissaire de l’exposition. Les artisans les plus doués y travaillent et déploient tout leur savoir-faire pour créer des costumes d’une beauté incroyable, sortis de l’imaginaire des plus grands artistes de chaque époque. Cette exposition est donc l’occasion d’une plongée artistique dans le XX e siècle dont le début se distingue déjà par l’arrivée des peintres dans les ateliers. Jacques Rouché est le nouveau directeur de l’Opéra de Paris en 1914, c’est lui qui va opérer cette révolution artistique et mener une véritable politique d’avant-garde. Des peintres à l’opéra Jacques Rouché commence par faire venir les Ballets russes, avec Alexandre Benoit, qui baignent déjà dans cette tradition artistique pluridisciplinaire. Après les Russes, c’est au tour de talentueux Français de déployer leur génie dans les ateliers : Jean Cocteau, Fernand Léger, Giorgio De Chirico, Paul Colin, Pablo Picasso... Le costume s’insère dans une vision scénique globale car l’artiste imagine également les décors que les ateliers doivent exécuter comme il l’entend. Après la Seconde Guerre mondiale, les regards se portent vers l’Ecole de Paris. Signe des temps, on fait appel à ses représentants pour proposer un nouveau regard moins conceptuel, où l’on retrouve aussi un certain goût pour le faste. « La vision est plus classique que celle des années 20, moins abstraite que celle dun Fernand Léger. On va davantage vers une vision théâtrale du costume, avec Jean Carzou par exemple », commente Christophe Ghristi. On assiste à un retour de l’amour du décoratif qui avait disparu. C’est aussi l’époque de Roger Chapelain-Midy, Georges Wakhevitch et Jean-Denis Malclès. Finalement, les costumes se révèlent être le reflet des courants artistiques de chaque décennie du XX e siècle. Ce n’est donc pas une surprise quand l’Opéra de Paris fait appel aux grands couturiers dès les années 60 : la peinture se faisant de plus en plus abstraite, il devient difficile de proposer aux peintres contemporains de signer des costumes. Cela survient aussi à une période bénie
© Julien Benhamou OnP/coll. BnF/BmO/ADAGP, Paris 2012 12© Julien Benhamou OnP/coll. BnF/BmO 3pour la haute couture française, où l’extravagance est reine. Le génie de ses maîtres comme Yves Saint Laurent est alors à son apogée. Et c’est Roland Petit qui demande à ce dernier de créer les costumes de Notre-Dame de Paris (1965). Plus tard, le metteur en scène Robert Wilson confiera ceux de La Flûte enchantée (1999) à Kenzo. Quant à Christian Lacroix, il devient dès les années 1980 un habitué des lieux et a fait du costume de scène une part essentielle de son travail. Aujourd’hui dirigés par Christine Neumeister, les ateliers de l’Opéra de Paris sont toujours synonymes de faste et d’exigence, même si on revient à un certain minimalisme dans les choix artistiques.• ÉVÉNEMENT• 35 © Julien Benhamou OnP/coll. BnF/BmO © Julien Benhamou OnP/coll. BnF/BmO 41Paul Colin : maquette de costume pour le cor dans L’Orchestre en liberté (ballet de Serge Lifar), 1931. 2Kenzo Takada : maquette de costume de la Reine de la nuit dans La Flûte enchantée (opéra de W. A. Mozart), 1999. 3Christian Lacroix : maquette de costume pour une danseuse dans Les Anges ternis (ballet de Karole Armitage), 1987. 4Jacques Dupont : maquette de costume du mandarin dans Turandot (opéra de Giacomo Puccini), 1968.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 1A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 2-3A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 4-5A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 6-7A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 8-9A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 10-11A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 12-13A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 14-15A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 16-17A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 18-19A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 20-21A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 22-23A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 24-25A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 26-27A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 28-29A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 30-31A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 32-33A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 34-35A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 36-37A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 38-39A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 40-41A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 42-43A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 44-45A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 46-47A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 48-49A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 50-51A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 52-53A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 54-55A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 56-57A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 58-59A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 60-61A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 62-63A Nous Paris numéro 569 11 jun 2012 Page 64