42 n°6 jui/aoû 2009
42 n°6 jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de jui/aoû 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 94

  • Taille du fichier PDF : 23,1 Mo

  • Dans ce numéro : Street Fighter 4.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
PORTNAWAK Groupes de référence : Blind Guardian, Helloween, Stratovarius, Gamma Ray… MIOUSIK GUIDE Metal Industriel : Non, ce n'est pas du metal fait en usine, je vous ai vu venir. Et ce n'est pas de la musique produit à la chaîne. Ce qui se démarque, ce sont les instruments externes au metal qui viennent apporter une touche supplémentaire à la musique, comme des influences techno, ou musique électronique pour être plus général. Ça peut aller à la boîte à rythmes aux simples claviers, plus des samples et autres expérimentations bizarres faites par des no life dans une cave. À cela viennent d'ajouter des voix trafiquées, samplées, et une ambiance glauque. Groupes références : Ministry, Nine Inch Nails, Marilyn Manson, Fear Factory… Metal Progressif : Le plus controversé. Trop compliqué, too much, trop long, trop chiant. Branlette de guitare pour certains, génie musical pour d'autres... Mitigé donc. Une musique plutôt complexe, parfois très technique, le plus souvent articulé autour d'une histoire, ce qu'on appelle les « concept albums », (qui ne sont pas si concept que ça en fait. Remboursez ! !). C'est long, parfois trèèès long, ça peut être chiant. Une musique difficile d'accès mais qui poutre du pangolin quand on savoure. Groupes références : Rush, Queensrÿche, Dream Theater, Opeth, Ayreon, Mastodon Taliban Metal : Prends ça chien d’infidèle ! Doom Metal : Antithèse de la course à la vitesse. Metal (très) lent, voire dépressif. Ambiance lourde et pesante, riff plombés, voix d'outre tombe. La musique tire son influence du côté des premiers albums de Black Sabbath, du doom avant l'heure on aurait pu dire. Du heavy metal pur jus, mais en plus lent, plus long aussi parfois. Des paroles axées sur l'occultisme en général, les drogues parfois (ah bah bravo), et tout ce qui touche au heavy metal. Groupes références : Candlemass, Saint Vitus, Cathedral, Electric Wizard, Paradise lost, My Dying Bride… À noter aussi le dérivé Doom Death, mélange entre la lourdeur du Doom, et la putridité (ouais ça se dit), du death qui se manifeste généralement par une voix gutturale, qui donne un genre nouveau. Grindcore : Attention ça fait du bruit. Il faut savoir que le grindcore a de fortes racines punk en plus du metal. Ce qui explique les durées extrêmement courtes (pas plus de 2 minutes par chanson, en moyenne). Ici tout est extrême : le tempo, les voix criées, grognées comme un ours en rut, les riffs à trancher un castor en 10 000, les paroles rebelles envers la société. Genre sans concessions, très underground, mais qui doit sa longévité à son intégrité (ouais c'est serious business biatch). Groupes références : Napalm Death, Carcass, Last Days Of Humanity, Nasum, Terrorizer, Brutal Truth… Metalcore : Le vilain petit canard actuel. C'est simple, tout le monde crache dessus. Le fils mal aimé du metal. Croisement entre metal et punk hardcore, notamment au niveau de la brutalité et des voix, la plupart du temps beuglées comme des sauvages. Style en vogue, gaffe donc aux groupes opportunistes qui copient et recopient leurs ainés. Ça blast, ça gueule, parfois ça chante gentillounet (pour se donner une conscience et se dire que ça reste mélodique, donc c'est pas de la merde). Groupes références : Killswitch En- - 84 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK gage, Chimaira, Hatebreed, Trivium… Metal Symphonique : Du Heavy metal avec des claviers, beaucoup de claviers, pour faire genre y’a un orchestre symphonique derrière (ouah mort de lol c'est plus du metal alors). Des fois, le groupe enregistre avec un vrai orchestre (Dimmu Borgir). Bah si, c'est du metal, mais en plus édulcoré. Au final de la musique de tarlouze pour des gens qui veulent de la musique différente, mais pas trop brutal parce que sinon ça fait mal aux oreilles. Groupes références : Nightwish, Epica, After Forever, Within Temptation, Dimmu borgir (plus Black Metal Sympho)… Folk Metal : un dernier pour la route. Du heavy metal, avec des instruments plus « à l'ancienne ». Genre mandoline, luth, flûte, banjo, cornemuse, accordéon (WTF ? !). Bref, un metal teinté de contes folkloriques (d'où son nom patate), de personnages hauts en couleurs, et d'une imagerie païenne (ou nordique aussi ça peut marcher. De toute façon les nordiques...). SI, ÇA EXISTE ! Groupes références : Finntroll, Korpiklaani, Eluevetie, Enslaved Vegetarian Progressive Grindcore : LE sous-genre le plus badass du monde ! En effet, bourrin comme du grindcore, technique comme du prog, et végétarien... Comme des végétariens. C'est sûr que ça fait bizarre de beugler comme un cochon qu'il faut pas tuer les animaux. Mais ça colle bien donc ça va. Bien sûr, progressive et grindcore sont Vous avez rigolé en regardant cette vidéo mythique du putain de guide poilu du metal par Fat Ed ? Eh bien vous allez rigoler en apprenant que le grindocre végétarien progressif, ça existe bel et bien. Pas explicitement sous ce nom (faut pas déconner non plus), mais on n'est pas loin. CATTLE DECAPITATION est un groupe américain, né à l'aube des années 2000, et qui officie dans le grindcore végétarien. Dit comme ça, c'est super-lolesque, mais au final ça se tient. Folk Metal : Hell yeah ! ! un peu contradictoires, on parlerait plutôt de death-grind (ouais c'est assez ambigu). Groupe référence : CATTLE DECAPI- TATION (eh oui !). Tertio : les truc qui servent à rien : Attention aux étiquettes qui ne servent à rien, qui puent du bec que même le pape n'en veut pas à ses funérailles. Des étiquettes pour faire l'intellectuel, dont voici quelques morceaux choisis : Groove Metal : Du metal qui groove. Ouais bon, je vois pas trop le truc. Ce serait l'autre nom du thrash metal moderne style Pantera ou Machine Head, il paraît... MIOUSIK GUIDE Deathcore : Du death metal où ça gueule façon punk hardcore. Bon ouais... à la base le death metal ça gueule donc bon. À jeter. Heavy Rock : Comprends pas ça. D'où ils sortent ça ? Oo Un engagement radical, typique des groupes de grindcore (les membres sont tous Végétaliens), en faveur de la sauvegarde des animaux. Alors, je vous vois venir avec vos "c'est que des hippys" ou encore "les lavettes de bouffeurs de salades". Mais le groupe ne se réduit pas à beugler les louanges des croquettes, épinards et autres endives cuites. Non. Le groupe ose une approche plus misanthropique (Go Wiki noob), en racontant des histoires d'hommes et de femmes qui vont... à l'abattoir ! Ou encore, des humains qui subissent ce que certains font subir aux animaux. En gros ça donne "t'aimerais qu'on te tabasse et qu'on te dépèce vivant, chacal des plaines ? Hein ? Groaaaaooooraaaaaaabrooooooooo" + blast beats de porcs et riffs de boucher (bah ouais ça reste du grindcore, tout en finesse). Brutal death Metal : Étiquette inutile de base. Le death metal c'est bourrin. Le brutal serait encore plus brutal. Ça blaste encore plus, ça va plus vite. Bah pour moi ça reste du death metal, point. Voilà, tu peux respirer et prendre un Aspégic, c'est fini ! C'est tout ce qu'il y a à retenir. A noter que les mélanges entre les différents sous-genres, ce qui peut donner des combos de la muerte +1. Exemple : Doom Death, Black Progressif, Heavy Black... Draxx - 85 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 2-342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 4-542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 6-742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 8-942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 10-1142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 12-1342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 14-1542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 16-1742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 18-1942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 20-2142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 22-2342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 24-2542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 26-2742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 28-2942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 30-3142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 32-3342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 34-3542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 36-3742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 38-3942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 40-4142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 42-4342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 44-4542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 46-4742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 48-4942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 50-5142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 52-5342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 54-5542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 56-5742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 58-5942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 60-6142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 62-6342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 64-6542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 66-6742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 68-6942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 70-7142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 72-7342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 74-7542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 76-7742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 78-7942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 80-8142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 82-8342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 84-8542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 86-8742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 88-8942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 90-9142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 92-9342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 94