42 n°6 jui/aoû 2009
42 n°6 jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de jui/aoû 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 94

  • Taille du fichier PDF : 23,1 Mo

  • Dans ce numéro : Street Fighter 4.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
PORTNAWAK Les sous-genres du metal Parce que là c’est le bordayl MIOUSIK GUIDE Salut à toi le geek ! Salut à toi le metalleux, salut à toi le Portugais, salut à... oui bon je vais arrêter, si vous voulez, allez écouter « Salut à toi » des Béruriers Noirs. Bon nombre de gens, aussi bien fanatiques que détracteurs, se gaussent de toutes les appellations existantes. Heavy Metal, Thrash Metal, Black Metal, Doom Metal, Dark Metal, Death Metal, Brutal Death Metal, Stoner, Sludge, Metalcore, Deathcore, Thrashcore, Quadcore (elle était facile oui) Bref c'est le dawa ! Encore plus quand il s'agit de mélanger : Black Death Metal, Heavy Thrash, Thrash Symphonique (ça existe pas mais ça plaît), ou encore Black Doom Death Hardcore Metal satanique. Brefle, c'est la loose totale, le néophyte est complètement noyé parmi une foultitude d'étiquettes qui ne servent à rien, comme si on mettait des réductions sur un autre étiquette de réduction, cette première étant bien plus OMGWTF que l'autre. Bref, c'est un cercle vicieux qui vise à faire vendre. Et aussi à faire jaser. (Des restes de québécois, tout est normal.) C'est pour ça que je vais tenter de vous éclairer avec ma lanterne de metalleux rebelle, pour y voir plus clair, même si je ne détiens pas la science infuse etc. toussah... Primo (pour faire pompeux et épique) : faire le tri Les sous-genres du métal constituent un sujet très sensible. Abordons (comme les pirates du net) le point de vue généraliste. Si on considère tout ce qui est dérivé du métal comme du heavy metal tout court, on va se retrouver à écouter n'importe quoi. Exemple : Jean Phil Mouloud : Ouaaa putain j'ai découvert un groupe de heavy metal super ! Prospère Eustache : C'est quoi le nom ? JPM : Krisiun ! (NDLR : groupe de death metal pur et dur, bien brutal qui ne fait pas dans la dentelle) PE : Ouais ç'a l'air cool ! C'est du heavy metal comme Iron Maiden ? JPM : Bah ouais du métal quoi ! Ça envoie la purée ! Quelle ne fut pas la déception (ou la joie, qui sait) de Prospère Eustache en écoutant ce qui s'avère être 100 fois plus agressif que Iron Maiden, son groupe préféré. Alors forcément si pour lui c'est du heavy metal, il va douter de tout. D'où l'idée de sous-genres du heavy metal, pour se repérer un peu. Les sousgenres à retenir sont les suivants (oui, faites un peu travailler votre cerveau) : Heavy Metal/Thrash Metal/Death Metal/Black Metal/Speed Metal/Neo Metal/Metal Industriel/Metal Progressif/Doom Metal/Grindcore/Metalcore/Metal Symphonique/Sludge Secundo : définitions Avertissement, ceci n'est pas un cours d'histoire sur le métal. Les kévins de 13 ans qui écoutent Linkin Park et qui veulent jouer leur Dédé la Science sur le metal, dehors ! Go wikipédia noob ! Le but ici c'est de faire un tour d'horizon assez succinct (bah ouais j'ai pas tout le webzine pour ça !). Et comme toujours, je ne prétends pas détenir la vérité absolue, aussi il peut m'arriver de dire des énormités. (C*B Shield) - 82 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK Heavy Metal : la base de base. Le nom que tout le monde donne dans un contexte général pour désigner un groupe un peu bruyant. Ça c'est pour TF1 et cie. Au moins c'est identifiable. Le Heavy Metal, c'est du hard rock dans une approche un peu plus radicale, bien plus puissante et libre de ses influences blues. Voix haut perchée, morceaux aussi bien rentre-dedans qu'épiques. Le sous genre le plus mélodique et le plus ancien. Groupes références : Black Sabbath, Iron Maiden, Judas Priest, Saxon... L'on pourra noter le dérivé Power Metal, où ça cause Dragons, épées, chevalier, croisades, chevauchée de poneys Exemple : Manowar, Rhapsody. MIOUSIK GUIDE Thrash Metal : on attaque ici une version plus rapide et plus agressive que son grand frère. À cela s'ajoute quelques influences punks, vous savez, ces petits merdeux qui ont foutu la merde un peu partout dans le monde... Une musique plus technique, plus incisive, qui fait la part belle au pogos, slams et autres poutrage de gens. La voix est plus criarde, plus enragée. On peut distinguer deux écoles du thrash : le technique, long, mais qui poutre (Metallica, Megadeth), le rentre-dedans qui agresse, qui fait pogoter dans tous les sens (Slayer, Anthrax). Groupes références : voir plus haut + Kreator, Detruction, Sodom (pour l'Europe)… Black Metal : Non, pas du metal avec des noirs T_T. Sous-genre le plus extrême car le plus sombre et le plus extrémiste dans sa démarche (ouais encore plus extrême). Musique sombre et très froide, hypnotique, quelques fois simpliste, quelques fois technique et véloce, le point commun étant ce son particulier, avec une saturation extrême, pour faire trve (lisez true, « vrai » en anglishe), tempo plus rapide encore et une voix éraillée, une voix qui crie vraiment. Les thèmes abordés ? Satan, Forêt, hiver, folklore païen. Bref, une musique pour des rebelles qui n'aiment pas les gens et qui veulent rester à l'écart de la société (et donc ne pas jouer à Mario kart). Groupes références : Bathory, Mayhem, Darkthrone, Emperor, Satyricon, Immortal... De même, les sous-genres dérivés sont légions : BM atmosphérique (Cradle Of Filth), BM symphonique (Dimmu Borgir), Black Death Metal même, sous-genre intéressant et de plus en plus en vogue. (Belphégor, Behemoth.) Death Metal : Autre pôle du metal extrême, vieux rival du Black Metal, c'est une forme évoluée du Thrash. Donc oui, c'est encore plus brutal. Ça tabasse toujours à la batterie, c'est rapide, mais on a quelque chose de plus chaud. Le son est plus puissant, bien que les guitares soient en général accordées bien bas. La voix lorgne plus vers le guttural, le chanteur grogne plus comme un ours. Si vous entendez un ours beugler « grooowowowooooowooloooooolwowow », y’a de fortes chances que ce soit du death metal. Dans les chansons, ça parle de mort (thx Capt'ain !), de gore, de sang, parfois de Satan (Deicide), bref c'est pas Dora l'exploratrice. Une musique pour timbrés en manque de brutalité (et d'hamsters morts). NEO METAL Sujet sensible. Pour beaucoup c'est le mélange rap metal. C'est pas faux (si, j'ai compris ma phrase), mais c'est pas vrai. Ce n'est pas sale. Pour résumer, le neo metal, c'est une ambiance particulière, une musique assez simple, pas très technique, mais qui mise sur l'efficacité. Le groove est aussi important, pour que l'alchimie passe. Genre le plus décrié, car le plus « commercial » à une époque (Korn mon premier album de metal <3). Un truc de rebelle encore une fois, qu'écoutent les kévins de 13 ans en manque de sensations (et qui découvrent). Pour les groupes références, difficile à dire. D'aucun diraient Korn, Deftones, Linkin Park, Slipknot. Oui mais voilà, alors que ça stagne pour certains d'autres évoluent vers quelque chose de moins formaté (ou alors encore plus). Il en va ainsi pour Deftones qui, avec ses nombreuses influences, est devenu un groupe possédant un son à lui et un style inclassable. De même pour Limp Bizkit, mais en marche arrière : pure néo metal bien rap, il s'est enlisé dans une soupe metal aseptisée. D'autres restent plus traditionnels, comme Disturbed ou d’autres Groupes références : Death, Morbid Angel, Cannibal Corpse, Deicide, Obituary, Nile… Speed Metal : Version plus rapide du heavy metal (ouaaa la révélation). Ça va vite, mais c'est mélodique, ça fait chanter des oiseaux, et ça parle de choses la plupart du temps épiques, d'où parfois l'appellation erronée de Power (Speed) Metal. Plus communément appelé « metal touche bite ». Bah ouais faut les voir les gratteux avec leurs manches. Et puis c'est assez technique aussi faut pas croire. Bon en général les chanteurs ont des voix de tarlouzes, mais ça on n'y peut rien. - 83 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 2-342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 4-542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 6-742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 8-942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 10-1142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 12-1342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 14-1542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 16-1742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 18-1942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 20-2142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 22-2342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 24-2542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 26-2742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 28-2942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 30-3142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 32-3342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 34-3542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 36-3742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 38-3942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 40-4142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 42-4342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 44-4542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 46-4742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 48-4942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 50-5142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 52-5342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 54-5542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 56-5742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 58-5942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 60-6142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 62-6342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 64-6542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 66-6742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 68-6942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 70-7142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 72-7342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 74-7542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 76-7742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 78-7942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 80-8142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 82-8342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 84-8542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 86-8742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 88-8942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 90-9142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 92-9342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 94