42 n°6 jui/aoû 2009
42 n°6 jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de jui/aoû 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 94

  • Taille du fichier PDF : 23,1 Mo

  • Dans ce numéro : Street Fighter 4.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
PORTNAWAK Marketing : Bien sûr que si c'est normal, c'est parce qu'il te faut acheter en plus une grosse voiture, une cuvette de toilette et du saucisson ! TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR Gens : Euh, une cuvette je comprends ça peut toujours faire un beau collier mais en quoi une voiture et du sauciflard vont me rendre plus beau et heureux ? Marketing : Cherche pas à comprendre, si on te le dit dans les pubs c'est que c'est vrai ! Et puis depuis quand tu réfléchis, tu as pas encore pigé que ça sert à rien de nos jours ? Gens : Oh, désolé, je vais de ce pas au supermarché alors ! (x Infini) La publicité, les rois de la subtilité ! C'est sublime d'efficacité, dommage que ça tende à niveler notre société vers le bas... Quel idéal ? Mais au fait, comment crée-t-on un bon idéal de beauté qui permette de faire rêver et consommer la populace ? On commence tout simplement par associer la "richesse" d'une personne à son physique histoire de montrer que le niveau social et la réussite sont intimement liés à l'apparence. L'avantage avec cette première étape c'est que ce phénomène se produit quasi naturellement au sein de A POÂL ! ! Je ne pige absolument pas cette nouvelle lubie dites du "zéro poil de chatte" ! À l'origine, ce critère esthétique douteux est issue du monde chatoyant de la pornographie ou il avait une certaine "logique", celle de ne pas empêcher une pilosité farceuse de cacher le spectacle hypnotique du zob de Robertor pilonnant sauvagement Brenda, mais dans la vraie vie en quoi est-ce "nécessaire" (et ne faites pas genre que ça ne l'est pas, au niveau des poils de touffe la pression sociale est assez violente) ? ? Franchement ? J'en entends déjà deux-trois brailler "c'est plus hygiénique, lol" ce à quoi je répondrai "uniquement si elle se lave jamais, gros naze" Faut arrêter l'hypocrisie, ces histoires d'épilation alakon n'ont rien à voir avec un quelconque souci de santé, surtout sachant que les poils pubiens sont là pour limiter les frottements pendant les chocapics ! Si vous les enlevez, à vous les joies de la peau irritée ! ! Non, les seules raisons qui peuvent expliquer ce nouveau canon de beauté bidon sont qu'il s'agit soit d'un fantasme glauque de pédophile, soit d'une stratégie pour vendre un max de rasoirs et de crèmes adoucissantes. J'espère sincèrement que c'est uniquement une histoire de pognon... notre société. Pour réussir, chacun d'entre nous cherche instinctivement à se lier à des personnes "bien placées" socialement, on perçoit donc naturellement comme très attirantes des caractéristiques physiques symbolisant le pognon. Ce phénomène de lien beauté/opulence se retrouve d'ailleurs à toutes les époques et dans beaucoup de cultures, voici un comparatif qui illustre son fonctionnement : *Canons de beauté des femmes à la renaissance* La peau : Elle devait être blanche, très blanche même et ce pour une raison très connue : à l'époque, quand une femme avait du pognon elle n'avait pas besoin de travailler dans un champ la gueule au soleil comme le commun des pécores ! Du coup, pour bien afficher son statut de privilégié et se la péter lors des soirées mondaines, elle faisait tout pour conserver un teint d'albâtre en fuyant le soleil, voire en se tartinant la tronche de tipp-ex. Ne jamais bronzer est une tâche très contraignante, fort heureusement les nobliautes pouvaient se consoler en lançant de gros/taunt à toutes les gueuses qu'elles croisaient "ololol t bronzé, la honte ! ! Retourne planté dé patate mdr ! ". On se console comme on peu... Le corps : Plutôt boudiné selon nos critères actuels et avec de bonnes grosses hanches et fesses car quand on est riche, on mange à sa faim et un peu au-delà, tandis que la piétaille crève de faim. Pour les hanches larges, la raison était plus liée à des histoires de fertilité que de bling bling corporel, par contre. - 76 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK POURQUOI ÊTRE BEAU/BELLE N'EST PAS FORCÉMENT UN CADEAU ? Années 80/90 Les seins : Relativement petits, non pas parce qu'à l'époque les hommes kiffaient les lolis mais parce que les gros seins étaient associés aux nourrices qui s'occupaient des mioches des riches. Quand on a les moyens, on a plus besoin de s'occuper de ses gniards et on en est fier, alors on le montre ! ! *Canons de beauté des femmes modernes* La peau : Bien bronzée. De nos jours beaucoup travaillent en intérieur, ça n'impressionne donc plus personne de voir des femmes toutes pâles. En revanche, une minorité de nantis a les moyen de se dorer la pilule toutes l'année sur des plages de sable fin, on assiste donc à l'effet inverse ou il est très clâââââsse d'avoir la peau très hâlée et fuck les cancers de la peau ! Maintenant : Vive l’anorexie ! ! Le corps : Svelte, à la limite de la maigreur. Contrairement au Moyen-Âge, nos sociétés de privilégiés ont accès à des tonnes de nourriture sans effort, être "gros" n'est donc plus symbole d'opulence, c'est même tout le contraire puisque cela signifie que l'on se gave de nourriture de mauvaise qualité à bas prix (junkfood) ! Quand on a du pognon on peut bouffer équilibré/bio, on est donc forcément un brin maigrelet ! Seins : Volumineux mais, contrairement aux deux critères précédent, celuilà est plus lié à la sexualisation de plus en plus importante de notre société qu'à une quelconque "démonstration" d'opulence. Comme on peut le voir, nous sommes finalement tous responsables de la création des canons de beauté de par notre En plus des désagréments cités en intro, la beauté est loin d'être toujours enviable ! Alors bon, c'est sûr, dans notre société il vaut largement mieux être un bogoss qu'avoir une tête de pokémon qui aurait percuté un platane en bagnole, mais cela n'a pas pour autant que des avantages. Pourquoi ? Eh bien parce qu'à force de marteler qu'un physique avantageux ouvre toutes les portes sans effort, les publicitaires ont fini par convaincre tout le monde qu'un bogoss qui réussit dans la vie n'a pas de mérite, juste beaucoup de chance. Résultat, les personnes se sachant bonard/bonnasse ont souvent de gros problèmes d'estime de soi et ont la fâcheuse tendance à douter de leurs véritables capacités. Les pauvres, c'est triste, pour un peu j'en chialerais si je ne m'en fichais pas totalement. aptitude naturelle à être attiré par les symboles physiques de richesse saypanôtfôt, saylafôtàl'évolution. Malheureusement, ces critères de beauté "naturels" ne sont pas suffisant pour engendrer une frustration constante poussant à la consommation, c'est pour cela que les publicitaires ont dû s'amuser à amplifier à outrance nos canons de beautés afin de les rendre totalement irréalistes et donc, inatteignables. Mais komenkisonfédonc ? Comment rendre un idéal inatteignable ? En allant à l'encontre de la nature : Histoire d'être bien sûr que 99.9% des hommes/femmes ne correspondent pas à un canon de beauté, le plus simple c'est encore que celui-ci soit physiquement impossible à atteindre sans se manger une forte dose de radiations ! Prenons par exemple le cas des femmes qui, pour être parfaites, devraient théoriquement être très grandes et très minces. Eh bien cette combinaison est quasiment irréalisable quand on sait que la physiologie féminine tend à générer des hanches larges pour qu'elles puissent porter efficacement des gosses et que leur corps stocke naturellement les graisses dans plein d'endroits pas super stratégiques en prévision du jour où elles auront un polichinelle dans le tiroir ! ! Je ne vous parle même pas de l'aberration qui veut qu'une femme soit ET maigre ET TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR - 77 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 2-342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 4-542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 6-742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 8-942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 10-1142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 12-1342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 14-1542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 16-1742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 18-1942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 20-2142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 22-2342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 24-2542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 26-2742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 28-2942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 30-3142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 32-3342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 34-3542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 36-3742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 38-3942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 40-4142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 42-4342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 44-4542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 46-4742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 48-4942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 50-5142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 52-5342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 54-5542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 56-5742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 58-5942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 60-6142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 62-6342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 64-6542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 66-6742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 68-6942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 70-7142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 72-7342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 74-7542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 76-7742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 78-7942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 80-8142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 82-8342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 84-8542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 86-8742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 88-8942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 90-9142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 92-9342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 94