42 n°6 jui/aoû 2009
42 n°6 jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de jui/aoû 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 94

  • Taille du fichier PDF : 23,1 Mo

  • Dans ce numéro : Street Fighter 4.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
CINEMA La véritable histoire du pr0n Père castor, sois hardcore ! DOCUMENTS HISTORGEEK Le pr0n est maintenant devenu un objet de consommation comme un autre, et même s'il est normalement réservé à un public majeur et averti, il suffit de traîner un peu sur l'intraweb pour en voir sous toutes les formes. Et dans 42, comme on a en plus une certaine culture, on va vous expliquer la fabuleuse histoire du pr0n à travers les âges. Comme quoi on peut parler de sayxe sans être vulgaire... Le pr0n, qu'est ce que c'est ? (M. Chevallet) Si je reprends texto (et non pas essaimesse) la définition du Larousse, la pornographie est la « représentation complaisante de sujets, de détails obscènes, dans une œuvre artistique, littéraire ou cinématographique ». Traduit en langage préhensible par un geek, ca donne ceci : "le pr0n c'est quand on voit de la bite ou du minou de manière gratuite". Ce qui est une première définition intéressante, puisqu'elle appuie particulièrement sur le fait qu'il y ait de la complaisance. Par exemple si je me balade nu, en compagnie de nudistes, je ne fais pas dans la pornographie puisqu'il n'y a ni gratuité ni complaisance. Par contre si la prochaine fois que je passe à la rédaction de 42, je le fais à poil, en plus de faire l'admiration de mes camarades masculins et donner des fantasmes délictueux à mes camarades femelles, je serai clairement en train de tomber dans la gratuité totale. Donc dans la pornographie. CQFD. Le pr0n, c'est donc avant tout quelque chose de contextuel, et donc forcément de culturel. On le sait, nos amis du Nord ont toujours été plus impudiques que ceux du Sud (et non, je ne parle pas de toi Lyrya). Pour faire simple, plus on est dans un pays où il fait chaud, paradoxalement moins on montre le corps. Quand on pense que dans certains pays nordiques les saunas sont mixtes, qu'en Allemagne les revues pour ado montrent des photos plein pied d'ados totalement nus... et que pendant ce temps-là nos amis méditerranéens ont une vue plus restrictive sur le sujet... on se rend bien compte que le pr0n n'est pas défini de la même manière partout le monde. En plus si l'on revient à la définition stricto sensu, le pr0n ne correspond pas forcément à l'introduction de membres turgescents dans des cavités moites, mais peut avoir une définition beaucoup plus large... d'autant plus que ce terme servait auparavant à décrire l'étude du phénomène de la prostitution. Aujourd'hui, un raccourci de langage fait que pr0n = actrices épilées jouant avec des substances visqueuses, mais ça reste un raccourci et le sujet est largement plus large. Maintenant que cet important détail est noté, intéressons-nous au gros corps caverneux du problème. Nos ancêtres les Gaulois.. n'étaient clairement pas les premiers à aimer la grivoiserie sous toutes ses formes. On retrouve en effet des scènes plus ou moins suggestives dès la Préhistoire et ses représentations rupestres. A l'époque, pas de gros plan de la langue de Jessica engloutissant avec ardeur ce - 32 (42lemag.fr) -
CINEMA qui est dressé devant elle, mais plutôt une représentation de rites et de croyances autour de la fécondité. La femme y était d'ailleurs souvent décrite comme enceinte, aux larges hanches et à la poitrine opulente. On dit souvent du métier que pratique obi le soir venu qu'il est le plus vieux du monde, et c'est particulièrement vrai lorsqu'on s'intéresse aux gravures, dessins et sculptures dont on a retrouvé les traces dans des sociétés avancées d'il y a quelques milliers d'années, comme en Chine ou en Inde. Sans parler des Grecs et des Romains qui avaient une mythologie où amour, guerre et sexualité se mêlaient avec joie et bonheur, ou encore de tout le folklore entourant des îles comme Mykonos ou Lesbos. En plus, la mythologie gréco-romaine fut créée en agglomérant de nombreuses religions païennes, dans lesquelles des grands dieux prenaient l'apparence d'animaux pour aller lever de la paysanne, lui retrousser la tunique et jouer au thermomètre. C'est d'ailleurs du fruit de l'union entre Apollon ayant pris l'apparence d'un ponay et d'Aphrodite ayant pris celle d'une loutre que je dois mon existence. Oubliez les producteurs de pr0n cracra avec des animaux. Ils n'ont rien inventé puisque tout existait déjà dans la littérature il y a 2 000 ans... Religion and pr0n alias Benoît XVII chez les nonnes perverses Les siècles suivants furent aussi marrants question sexualité qu'une réunion d'amish croque-morts. C'est un passage historique intéressant, car notre société a une vision du sujet qui est très marquée par cette époque. En effet c'est là qu'on a vraiment commencé à y décrire le sayxe comme un truc encore plus dégoûtant que Cerb mettant son doigt dans son nez. En cette période religieuse, faire la fête était vu comme démoniaque et on pensait qu'on était sur terre pour en chier, et non pas pour se mêler joyeusement les uns dans les autres. On dit souvent que nous sommes basés en France sur une culture judéo-chrétienne, et le sujet qui est le plus touché par cet héritage est sûrement celui du pr0n. Car en partant de deux choses, à savoir le postulat sayxe = cépabien et la crédulité des gens, on est d'une part tombés dans l'hypocrisie puisque la France a joyeusement continué à se reproduire, et d'autre part on a donné un rôle beaucoup plus pervers à la femme en la considérant comme la vile tentatrice faisant tout pour provoquer les ardeurs du mâle qui, lui, est lavé de tout soupçon. On n'était pas dans une religion tenue par des hommes pour rien... Autant dire que la sexualité féminine à cette période était aussi sympa que de jongler avec des oursins. DOCUMENTS HISTORGEEK Et puis est arrivé le siècle des Lumières où, tout en continuant à aller à l'église, on s'envoyait de plus en plus en l'air pour passer le temps. Quelques écrivains se lancèrent dans la faille pour y raconter moult cochonneries... mais aucun n'est allé aussi loin que le marquis de Sade qui, contrairement aux idées reçues, parlait certes de sayxe, mais le mélangeait avec de bonnes grosses tranches de philosophie. J'ai d'ailleurs pu combler quelques fantasmes onanistes d'adolescent en allant piquer "La philosophie dans le boudoir" ou "Justine ou les malheurs de la vertu" dans la biblio- - 33 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 2-342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 4-542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 6-742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 8-942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 10-1142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 12-1342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 14-1542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 16-1742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 18-1942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 20-2142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 22-2342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 24-2542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 26-2742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 28-2942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 30-3142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 32-3342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 34-3542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 36-3742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 38-3942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 40-4142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 42-4342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 44-4542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 46-4742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 48-4942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 50-5142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 52-5342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 54-5542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 56-5742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 58-5942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 60-6142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 62-6342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 64-6542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 66-6742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 68-6942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 70-7142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 72-7342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 74-7542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 76-7742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 78-7942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 80-8142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 82-8342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 84-8542 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 86-8742 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 88-8942 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 90-9142 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 92-9342 numéro 6 jui/aoû 2009 Page 94