42 n°5 juin 2009
42 n°5 juin 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de juin 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 22,6 Mo

  • Dans ce numéro : et si on réinventait Marvel ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
IRL gissante, un quidam normal fera bien entendu un shake ton baby IRL avant de se casser avec la grosse cylindrée. Et en plus comme ça, on lute contre la surpopulation. Classe. AIGRI IRL 3) « Mais si y’a de la place au fond ! ! Avancez bordel ! ! » Plantons un décor de journée de travail normale. Levé 7h, parti à 7h45 pour 35 minutes de trajet. À cause sûrement d’une combinaison de soucis vus ci-dessus (ou bien ci-dessous), il doit donc logiquement être 8h50 lorsque vous êtes debout, compacté dans le train, et que deux personnes sortent à votre troisième arrêt. Oui mais là le quai est bondé… bondé de chez bondé. Imaginez qu’après avoir fini de boucler votre valise (en se mettant à deux pour pouvoir la fermer), vous vous apercevez que vous avez oublié de mettre une serviette de bain, vous semblera-t-il normal d’enlever une simple paire de chaussettes ? Non, n’est-ce pas, plutôt trois ou quatre tee-shirts… Eh ben apparemment les gens qui sont sur le quai ne comprennent pas ce principe : ce sont donc cinq personnes de front qui se présentent devant les portes empêchant dans un premier temps les deux pèlerins de sortir – et une vingtaine derrière qui se prennent pour une mêlée de rugby. Et tout le monde de se sentir au milieu d’un câlin entre le XV de France et les All Blacks. Trois catégories de personnes se distinguent alors : ceux qui sont bien contents de ne pas avoir pris leur ordi portable, ceux qui n’en ont pas et qui donc s’en foutent, et ceux qui l’ont pris. La dernière catégorie remontant significativement l’humeur des deux autres, faut bien ça pour tenir ! VOUS AUSSI, FAITES CHIER LES AUTRES ! Un truc qui fait du bruit, qui n’est pas autant répandu que le baladeur ou bien les guitares des parents de Cerb, c’est le Rubik’s Cube. Vous savez en faire ? Usez-en et abusez-en innocemment, de préférence avec un cube pas trop huilé, bien entendu. Vous ne savez pas en faire ? Eh bien… Apprenez dans le train ! Au début, les gens s’amuseront de vous voir galérer face à vos faces aux couleurs vives, mais ils s’en désintéresseront vite. Pour, à terme, n’entendre plus que vos croc-croc-croc désespérés… Croc-croc-croc. Croc-croc-croc… Pitié, laissez-moi rentrer dans le train, je vais être en retard à mon match 2) « Tiens, ce sera hachis Parmentier à la cantoche Sncf ce midi ! » Cette réflexion fait souvent suite à une annonce du type « En raison d’un accident grave de voyageur, le trafic est momentanément perturbé ». Traduction. La locution « Accident grave de voyageur » signifie qu’il y a des pompiers qui reconstituent le puzzle 3D anatomique de quelqu’un. L’adjectif « Momentanément » est bien entendu un euphémisme : il y en a pour deux bonnes heures d’attente avant d’espérer circuler autrement qu’en faisant les cent pas. Euphémisme également le « Perturbé », vous l’aurez compris, vu que si vous aussi vous vous mettez en travers des voies, vous avez le temps d’écrire un roman et de devenir célèbre de votre vivant. En fait, dans ces cas-là, la marche à suivre est simple. Soit vous prenez le risque de prendre un itinéraire bis, qui sera forcément surchargé, soit vous l'avez déjà fait – et regretté – la dernière fois, et vous attendez patiemment la fin de la partie de puzzle de la police scientifique. 1) (En musique) Yé pa travaÿ, yé pa famiÿ, yé pa argeeeeeeeent Ils sont en première place. Vous vous en doutiez sûrement depuis le début. Les voici donc, en tête de ce top 10 du voyage de la loose, les Roumains, et leur orchestre de malheur… "Mon amant de St Jean" remix accordéon est un des grands classiques du métro parisien, par exemple. Et surtout, n'essayez pas de les fuir : Un Roumain peut en cacher un autre ! S'il n'y en a qu'un seul (voire deux) par wagon, c'est uniquement parce qu'ils pensent qu'ils ont plus de chances de glaner des sous, un autre attend donc en mode ninja (quota thème du mois validé) guitare à la main dans le wagon suivant... L'arme ultime est bien entendu d'avoir toujours un baladeur avec soi, prêt à être allumé, et ne contenant QUE du black métal sataniste norvégien. (Pour ceux que ça intéresse, il suffit de payer une bière à Draxx pour ressortir avec une playlist conséquente). Cependant, pour ceux qui ne kiffent que moyennement les mélopées de ces chers tendres et blonds vikings, rassurez-vous : les Roumains n'officient que lorsqu'il y a suffisamment de place pour passer dans les rangs et ça les rend incompatibles avec certaines des plaies déjà citées, c'est déjà ça de pris, non ? zenito - 56 -
IRL 5 bonnes raisons de râler.. dans le train C'est l'époque des jours fériés, des vacances, le moment de prendre le train. Ah oui mais des fois, prendre le train, c'est du sport... 1/Votre numéro de voiture ! Soit je suis poisseuse, soit la SNCF quand elle me voit, elle se dit "celle-là on va la faire courir" ! La voiture dans laquelle je dois monter est TOUJOURS au bout du quai. Quand on est chargé comme une mule, avec des reins fracassés par le poids, et une envie de prendre sur soi proche de zéro parce que maman a même pas voulu nous aider à fermer la valise, on a bien les boules de se la trimballer jusqu'à la mort au bout du quai ! 2/Votre place ! C'est simple soit on aime être proche du couloir et se prendre des coups de l'épaule chaque fois qu'un pachyderme veut aller aux toilettes, soit on aime être près de la fenêtre et avoir les tétons qui pointent avec la climatisation du pôle Nord ! Dans tous les cas, sauf si vous avez eu le génie de le préciser à la SNCF, vous êtes du côté que vous aimez le moins. Et comme d'habitude le train n'est pas plein mais à coté de vous c'est dead, pachyderme renifleur ne vous laissera pas gentiment son coté. 3/Les enfants ! Grand bien vous fasse les lapinous d'en pondre des milliers, mais franchement vous pouvez pas vous les taper dans un siège auto dans une voiture fermée ? Non, faut que vous imposiez à votre wagon, votre marmaille ? Celle qui braille, qui chouine, qui sent le caca, qui tire les cheveux parce que c'est drôle les cheveux de la voisine. C'est essentiel ? Non parce que moi le prochain mouchard que je vois essuyer sa morve sur mon cosmo pendant que sa mère pique du nez je lui mets la tête sur la clim ! 4/Les bavards ! Allez savoir pour quoi il y en a qui prennent le train pour "copain de pas d'avant". Vous avez juste demandé si c'était bien le siège 42 et voilà qu'ils vous expliquent de A à Z pourquoi ils prennent le train. Alors quand vous allez assez loin pour vous taper ça pendant des heures y'a de quoi disjoncter ! Un conseil sortez subtilement votre zik et votre magasine. Ça marche pas à tous les coups faut pas rêver mais bon, feignez un syndrome de Gilles de la Tourette ça devrait les calmer rapidement ! une heure, sonnerie à toute berzingue. Ceux qui se font un casse-croûte au maroilles pour bien embaumer tout le monde. Ceux qui vont limite baiser en face de vous. Celles qui se font les ongles pour faire profiter tout le monde de la douce odeur du vernis. Ceux qui vous bousculent parce que sait-on jamais qu'ils arrivent pas à descendre du train. Ceux qui ont mal mis leur bagage et qui ainsi empêchent tout le monde de mettre les siens. Ceux qui pissent allégrement sur tout le sol des toilettes. Bref ce n'est pas ça qui manque en fait... Cet été j'ai une journée d'avion, je me demande si les gens sont aussi con dedans ? Delphine A 42 ON AIME BEAUCOUP LA SNCF ! 5/Les malpolis ! C'est ceux qui sont venus à plusieurs et qui du coup discutent assez fort pour que tout le wagon en profite. Ceux qui téléphonent haut et fort, quinze fois en La prochaine fois jy vais en vélo ! - 57 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :