42 n°5 juin 2009
42 n°5 juin 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de juin 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 22,6 Mo

  • Dans ce numéro : et si on réinventait Marvel ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
CINEMA DOSSIER MONSTRE PABÔ veux dire, uhuh. Ah Yaya, un vrai chaton quand il veut, tellement mignon quand il ronronne après le coït. Mais il est très sensible tout de même, on dirait pas comme ça à première vue, mais comme un vrai mâle humain, il pleure comme une fiotte quand il se coupe avec une feuille de papier et il imite très bien les pleurs et les lamentations humaines "aaaaaah j'vais mourrrrriiiiiirrrrrr, je me vide de mon sannnnnnnng, achève-moiiiiiii" Bon bien sûr c'est pas du niveau d'un Laurent Gerra mais tout de même, il fait des imitations vraiment criantes de vérité ! Mais au bout d'un moment, ça finit par être chiant quand même, vous finissez par ne plus savoir à qui vous parlez… du dédoublement de personnalité à gogo… Tout ça pour dire, ne vivez surtout pas avec un Predator ! Oh mon dieu c'est un calvaire ! On a bien essayé une fois, depuis le temps qu'on sort ensemble, on avait commencé par vivre chez moi mais vlà la facture de chauffage ! Bah oui il adore les ambiances chaudes et humides, donc douches chaudes à répétition, chauffage à fond, et qui payait à votre avis ? J'ai fini par le convaincre de reprendre son propre appartement, c'était trop. D'autant que les blagues à la con avec son gadget qui le rend invisible… Et hop je te fais flipper dans la douche, et hop la factrice qui fait une crise cardiaque en voyant la porte s'ouvrir toute seule (oui Yaya est poli tout de même, il ouvre la porte aux dames), nan c'est lourd franchement, un vrai gamin (surtout que j'ai pas le droit de jouer avec). Et je passe très vite sur le passage "comique" qu'il a eu après avoir regardé une rediffusion des Visiteurs… Jour, nuit, vous connaissez ? Bah faut imaginer un bestiau comme lui s'amuser à clignoter dans le salon. À Noël, ça passe, mais quand on a des invités non, la dernière fois, Mamie Georgette, la pauvre avec son Alzeihmer, elle a bien failli clamser. Elle se souvenait plus qu'il était là et le con est réapparu en beuglant "JOUUUUR", depuis elle peut plus voir Christian Clavier sans devenir livide en psalmodiant "Il est revenu ! Il est revenu ! ", elle qui aimait tant regarder Drucker le dimanche… Predator, le macho de l'espace Parfois, je me dis que notre histoire finira mal. Vous savez la vie de chasseur, jamais à la maison, son côté macho, je sais que nous vivons une passion éphémère. Quand je crèverai comme une pauvre vieille folle avec mes chats à 98 ans, lui il sera dans la fleur de l'âge et aura encore 200 ans devant lui, pour se faire d'autres filles faciles comme moi en mon temps… De toute manière, l'Amour chez le Yautja, c'est compliqué… J'ai du mal à avoir ma place dans son cœur, il a vécu beaucoup trop de temps dans les jupes de sa mère si vous voulez mon avis. Heureusement qu'il a dû faire ses - 30 -
CINEMA DES ARMES DE OUFZOR Yaya, il a plein de gadgets, en plus de son invisibilité, et ça, c'est la classitude Oh, c’est meugnooooon ! classes sinon il serait encore à lui téter les mandibules, c'est pas très sain, leur race est plutôt du genre à laisser les enfants se démerder tout seuls passé un certain temps. Sa sœur par contre… Quelle pouffe ! Non, je ne suis pas mauvaise langue, juste que se pavaner devant des dizaines de mâles en chaleur qui se battent entre eux sans qu'elle daigne choisir au final, je trouve ça écœurant. Et elle ne quitte pas sa mère bien entendu, telle mère telle fille. Je suis bien contente de savoir la vie qui l'attend, à se démener pour élever ses enfants qui finiront par partir, faire la popote, le ménage… Et se faire quitter par tous les mecs qu'elle rencontrera… Bah oui, c'est ça la vie de Yautja, tu ne restes pas indéfiniment avec ton mec, il te schtroumpfe un coup, te met en cloque et se barre avec l'excuse bidon du "j'vais chercher des clopes" alors qu'en fait il repart en vadrouille avec ses potes pour exploser du Youki quelque part dans l'Univers. Mon Yaya, ce coté archaïque de la famille, ça ne lui plaisait pas du tout. D'autant qu'il a vu son père l'abandonner pour le retrouver 10 ans après en train de faire les yeux doux à une pimbêche blonde… Ça l'a traumatisé le pauvre petit, savoir qu'il faut se battre avec ses potes pour se taper une pauvre moche, ramener des proies super dures à tuer pour pouvoir ne serait-ce qu'approcher la-dite pas-belle, "Pas pour moi, j'aime pas le thon" m'a-t-il dit une fois. Predator, chevalier de l'espace Ce qui me fait fantasmer chez mon Yaya, c'est quand il me parle des rites et des codes de chez lui. J'aime bien tout le coté chevaleresque, voire tribal genre "j'vais sauver la princesse pour lui bouffer le cœur et emporter son crâne comme trophée de chasse, si tant est qu'elle est pas dans un autre château". Mais lui, ça a tendance à le saouler plus qu'autre chose, c'est bien pour ça qu'il a quitté les siens, il ne supportait pas son chef paraît-il (m'est avis qu'il a dû vouloir lui chourer sa place et qu'il s'est viandé…). Pourtant être un Yaujta, c'est être courageux, suivre une éthique, appartenir à Je l’aurai un jour ! les Wristblades : deux grosses griffes tranchantes qui feraient pâlir d'envie Wolverine le Combistick : une grande lance qui n'est pas là pour compenser quoi que ce soit le Speargun : un beau fusil qui peut balancer des grosses cartouches qui font mal et des fléchettes qui ne servent pas à un 301 en 6 coups le Plasmacaster : un canon plasma fixé à son épaule qui permet d'accrocher la cible grâce à trois faisceaux lasers et qui peut faire très bobo s'il se concentre très fort le Plasma pistol : un flingue à plasma qui lance de jolies boules d'énergie façon Kamehameha DBZ staïle le netgun : une sorte de lance-filet pour les jours de pêche le Smart Disk : une sorte de disque boomerang qui tranche le jambon, très pratique quand on reçoit une bombe à retardement : se colle partout et ne tache pas enfin, tout son arsenal de médocs qui feraient sauter de joie n'importe quel junkie en manque d'amphets un groupe fidèle et soudé, ils ne doivent pas chasser des créatures sans défense (sauf si y a eu insulte sur la mère ou la sœur, la vengeance ils aiment bien ça). Vous n'aurez rien à craindre d'un Predator si vous êtes un chiard, une pouffe enceinte ou un mec assez con pour avoir oublié votre arme à la maison ce matin en partant à l'arrache. Ils se voient tellement comme des types géniaux et supérieurs à tout, qu'ils "choisissent" qui ils vont saigner : "Tiens Roger, j'ai en vue un ptit nain là, paraît qu'il fait régner la terreur sur son bout de planète, apparemment c'est du gros et il est pas tout seul, y a de la blondasse fourragère avec, ça te tente ? " Plus sérieusement, ils préfèrent les proies méga chaudes à se farcir, genre le Youki en plein bad qui croit voir des chats partout (pourquoi croyez-vous que les Predators miaulent ? DOSSIER MONSTRE PABÔ - 31 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :