42 n°5 juin 2009
42 n°5 juin 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de juin 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 22,6 Mo

  • Dans ce numéro : et si on réinventait Marvel ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
JEUX VIDEO RETOUR VERS LE FUTUR DU PASSE les mouvements assez fluides, épargnant ainsi les rétines déjà mises à rude épreuve lors des courses sous la pluie. Et histoire de se déglinguer encore plus les yeux, il existe bien évidement la possibilité de changer de vue pour profiter au mieux des sensations de pilotage avec en particulier la vue à la 1ère personne, ce qui laisse un champ de vision réduit, des moustiques collés sur la visière, et les gouttes de pluie qui viennent vous pourrir la visibilité. Mais comme en vrai, vous pouvez décoller une visière autocollante prévue à cet effet pour virer les 8,5 tonnes de saletés ayant élu domicile devant vos yeux. Niveau IA, c’est assez étonnant. Au départ, pour peu que vous ayez fait la pole position, vous collez une tempête à tout le monde sur un tour (mais une tempête de chez tempête hein), et c’est au fil de la course que les adversaires remontent pour vous rendre la vie dure pendant quatre ou cinq tours avant l’arrivée (dans le cas d’une course complète évidemment) pour finalement rouler moins agressif le tout dernier tour de la course, étrange… Par contre si vous partez derrière, vous remontez assez facilement vers la tête de course, et il n’est pas rare de pousser à la faute ses prédécesseurs en leur mettant la pression, marrant, d’autant qu’ils ne vous embarquent pas dans leur chute. (Par contre un leader qui tombe, en deux tours il est de nouveau derrière vous, truc de dingue, limite ils ont un turbo les fourbes) Au final, c’est un jeu super plaisant, qui a une bonne durée de vie pour peu qu’on soit fan de ce sport. Pour les afficionados des stats et des mises à jour, les versions suivantes n’ont pas été aussi prenantes, limites décevantes même malgré une qualité graphique supérieure. J’ai pas encore testé le MotoGP 08 (Capcom), mais il semble qu’il reprend les qualités de MotoGP4 avec surtout une version plus à jour de la licence et des pilotes en course. Tooouuu, Riding Spirit 2 (Capcom) sur Pléstécheune 2 : Considéré par de nombreux joueurs comme la version moto de Gran Turismo, j’ai voulu me faire un avis, parce qu’en bon investigateur que je suis, je préfère tester plutôt que de croire sur paroles des gens que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam, et ça me faisait une excuse moisie pour jouer un peu plus longtemps. Une fois la galette dans la pléstécheune et passé les écrans de présentation machin tout ça, l’écran de sélection proposant quelques modes dont l’arcade pure, histoire de rouler comme un tordu sans se poser de question (comme dans GT finalement), un mode intitulé 100Battle, qui est en fait une suite de challenge dont la difficulté augmente, et enfin le mode carrière, qui comme dans GT nous fait partir de rien et miroiter plein de jolies motos puisque plus de 300 modèles sont dispos dans le jeu. Le mode carrière, étant finalement le nerf de la guerre de GT, autant commencer par ça pour se faire une idée de ce que vaut le jeu. L’interface présente une sorte d’arborescence comprenant des tests de pilotage, des courses, des championnats et quelques épreuves tordues, avec dans chacun de ces choix des limitations et des obligations, comme dans GT donc, pour éviter au joueur de faire tout le jeu avec une seule moto. Du coup, on peut aussi bien se retrouver à rouler en 50 à boîte qu’en motoGP pour finir le mode carrière. C’est donc un bon point. Chaque réussite ou victoire rapporte du pognon et selon la difficulté de l’équipement ou carrément une moto. Evidemment au début du mode, pas la peine d’espérer rouler sur une bécane de course flambant neuve, c’est comme dans la vraie vie, vous allez devoir rouler avec l’enclume de mobylette année modèle 1843 que vous a gardée papy dans sa grange en attendant vos 14 ans. Et comme tout bon ado boutonneux peu convaincu par les performances démoniaques de la mobylette en question, vous allez pouvoir chercher des pièces pour booster ou customiser votre brêle. Comme dans GT donc, c’est encore un bon point. Seulement là, ça se corse, parce que le prix des pièces est inversement proportionnel aux performances de votre machine, et il ne manque plus que l’option « vendre un rein » pour pouvoir - 16 -
JEUX VIDEO s’équiper. Il va donc falloir enchaîner certains championnats plusieurs fois de suite pour récolter de quoi acheter de quoi booster un peu la mobylette à papy. C’est chiant, et c’est bien fidèle encore une fois à GT. Bon, vous avez la mobylette, le casque bol, les gants de ski, en avant pour la 1ère course !!! Et là, c’est le drame… C’est aussi moche que Bebealien après une nuit blanche à picoler du Tang. Dommage parce qu’autant la partie gestion avait l’air cool, autant la partie jeu démarre mal. Et y a pas qu’elle qui démarre mal, la mobylette à papy c’est pareil !!! Pas d’impression de vitesse, une inertie déroutante, aucun droit à l’erreur, 5 cm à côté de la trajectoire et ça se termine dans le bac à sable… C’est mou, lent, pas fun… mais bon ça doit venir de la machine, p’tet qu’en s’acharnant un peu… Bah c’est pas franchement mieux, même avec une bécane de 180 cv préparée, toujours cette impression de lenteur et de mollesse. La maniabilité est assez complexe puisqu’il faut positionner son pilote sur la moto pour gérer le centre de gravité, doser les freins, le freinage, et tout un tas de merdier comme sur une vraie moto, sauf que là, c’est pas instinctif et c’est surtout mal géré puisque peu de retour de la part du jeu, ce qui donne des gamelles étranges qu’on a pas vu ni senti venir, en un mot : frustrant. Seule l’IA donne une bonne impression puisque les adversaires en piste ne sont pas sur des rails comme dans certains jeux, et semblent aptes à changer de trajectoires, s’écarter etc… Ils manquent juste un peu de nerfs et attendent parfois sagement derrière qu’on se prenne une bonne bûche pour doubler. Au final, il n’y a que le fait d’avoir 300 bécanes sous licence et customisable qui peut attirer dans ce titre, parce que niveau jeu et course, c’est sacrément chiant quand on sort d’un MotoGP ou d’un SBK, et niveau graphique, je veux bien que la pléstécheune 2 ne soit pas trop aidée dans ce domaine, mais là on se croirait sur une Masteursistaime par moment, c’te loose… Reste que je suis sûr que ça peut plaire aux fans de simulations pointues et de tuning, et c’est déjà pas mal. Mais bon, ça n’a de comparaison avec Gran Turismo que le mode gestion finalement. Sriiii, Tourist Trophy (Polyphony) sur Pléstécheune 2 : Tiens ? Un titre développé par Polyphony Digital et Sony, comme Gran Turismo (encore ?)... Une scène d’intro magnifique et nous voilà dans le vif du sujet, à savoir LE Gran Turismo de la moto, enfin !!! Niveau interface, c’est du copiécollé de GT4, si bien qu’un joueur de ce dernier n’aura même pas à réfléchir. Permis, courses, championnats et basta. Ah tiens non ! ? ! Il n’y a pas de concessionnaires ? ! En effet les motos se gagnent dans des défis. Ici pas question de pognon, il faut faire un défi, la plupart du temps un duel à moto égale et le remporter pour gagner la moto sur laquelle on venait de poser son auguste séant. Pratique, mais du coup un peu simple puisque contrairement à son code source (GT4), c’est très rapide d’avoir une moto qui envoie du pâté grave alors qu’on était habitué à rouler dans des bagnoles d’avant-guerre en plombet à pédales au début de GT4. RETOUR VERS LE FUTUR DU PASSE De même, sans concessionnaires, pas d’accessoiristes non plus, donc pas de possibilité de customiser les bécanes et ça limite aussi du coup les réglages. C’est dommage ça. Surtout quand on voit qu’on a une bonne centaine de bécanes déblocables pour se faire un garage de fou. Dans les 2 sens du terme d’ailleurs parce que qui dit jeu développé par des japonais, dit aussi parc japonais et donc des bécanes jamais sorties en France, et des trucs improbables d’un autre âge qu’il faudra aussi gagner dans - 17 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :