42 n°4 mai 2009
42 n°4 mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de mai 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 17,5 Mo

  • Dans ce numéro : à la recherche du magazine perdu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
CINEMA Indiana Jones 4 LE FILM DÉMONTÉ DU MOIS Indiana Jones contre le frigidaire magique Y'a des jours comme ça où on se lève de bonne humeur, tout guilleret, les oiseaux chantent, les jupes sont courtes, les tartines tombent du bon côté et Lyrya a mis une culotte. Et puis pof, catastrophe, drame, cindy sanders, le malheur arrive. Et cette journée-là, je l'ai vécue en allant voir Indiana Jones IV. J'ai tenté une thérapie en me rematant l'intégralité des films d'Uwe Boll en version ouzbèke mais rien n'y fait. Je désespère et j'ai toujours envie de tuer George Lucas. Et je vais vous dire pourquoi. Indiana Jones IV - Oh my god they killed Indy ! You bastards ! Indy a bien vieilli. Ou pas. Mais en tout cas, le monde a changé et au lieu des sempiternels nazis, ce sont maintenant les Russes qui souhaitent mettre la main sur des mystérieux artefacts. Heureusement papy Indy est toujours là pour les en empêcher, et épaulé par un fils blouson noir qu'il découvre avoir eu auprès d'une de ses précédentes conquêtes. Alors faites chauffer la poche pipi, préparez le déambulateur et les épisodes de Derrick, Papy Indy revient et il n'est pas content. Indiana Jones était jusqu'au troisième opus inclus la quintessence de l'aventurier. A la fois intelligent, beau gosse, charmeur, baraqué et drôle. Bref un mec à faire fantasmer toute nana dans un rayon de cinq kilomètres suffisamment pour déclencher une inondation. Il faut dire que Docteur Jones et Mister Indy forment les deux facettes d'une personnalité sympathique, capable de passer du geek lunetteux autiste au super aventurier luisant de transpiration et aimant patauger dans la boue. Jusqu'ici tout va bien. Mais les fans en ont marre. Le dernier film remonte à plus de dix ans et ils désespèrent tous de voir un Indiana Jones IV se déroulant ailleurs que dans une maison de retraite. Beaucoup de rumeurs de projets, mais aucune ne se concrétise, car George Lucas est déjà occupé à saborder Star Wars, alors il ne peut pas faire tout capoter en même temps. Mais l'attente finit par payer car un beau matin Indiana Jones IV débarque sur nos écrans et des milliers de fans se ruent dans les salles. Les pauvres. Le frigidaire, meilleur ami de l'homme Car oui Indiana Jones a changé. Il a un peu vieilli, mais surtout maintenant il se balade avec un frigidaire qui permet de tout faire. En plus de permettre de conserver les aliments à basse température, permettant ainsi de garder leurs propriétés gustatives plus longtemps que ce qui serait envisageable sur la date limite de consommation normale, il permet surtout de se cacher dedans pour résister à une bombe nucléaire. Car oui, sachez-le, en cas d'apocalypse nucléaire, seuls les élus seront sauvés. - 26 -
CINEMA Et les élus seront ceux qui auront acheté un frigidaire. En comparaison, les abris antiatomiques, c'est de la crotte pour fiotte antipatriotique. Les hommes, les vrais, se calent les burnes dans le portebeurre, un pied dans le bac à légumes, l'autre dans le porte-bouteilles, se collent la tête contre le compartiment congélo, et hop survie garantie. C'est à se demander comment les Japonais ont pu être si nombreux à mourir à Hiroshima. Pfff, z'avaient qu'à se planquer dans leur frigo. Mais du coup je me demande : comment feront les Eskimos, comme ils n'ont pas de frigo, si demain on les bombarde ? Eh bien ils l'auront dans le baba et ça sera bien fait pour leur sale tronche qui pue la graisse de phoque. Non mais ça va deux minutes de manifester pour réclamer plus d'une heure de lumière du soleil par jour ou plus de graisse de phoque dans les biberons, mais c'est sérieux ici. Donc ils n'ont pas de frigo et ils n'ont qu'à clamser. Salauds de bouffeurs de morue. Non Cerb, je ne parle pas de toi. Mmmhhh les belles images de synthèse *beuuargggg* George Lucas est connu pour être un véritable esthète dans la catégorie images de synthèse de qualitay. C'est à lui qu'on doit le premier personnage en image de synthèse ayant reçu plus de menaces de mort que John Lennon : Jar Jar Binks. Autant dire que lorsqu'il déclare qu'il faut lui faire confiance et qu'il utilisera avec tonton Spielberg quelques images de-ci de-là pour faire un bon Indiana Jones on a autant confiance en lui qu'en la chance de Mr Egg à ne plus arriver à suxxer un jour. En plus, George aime les trucs petits mignons et pleins de poils, que l'on peut caresser pendant des heures. Je ne parle ni de ma teub ni de Tonton Crap, mais des Ewoks, ces petites saloperies de nounours sous acide psychopathes. Ne pouvant décemment en mettre dans Indiana Jones, il décide à la place de mettre des chiens de prairie et des fourmis. Le tout dans un beau gloubi-boulga visuel à côté duquel la gueule de Ribery semble être le summum de la classe et du pop art assumé. Mais le paroxysme est atteint lors d'une poursuite en voiture tellement mémorable que j'ai eu l'impression de rendre mon déjeuner toutes les deux minutes devant la laideur de l'image. C'est pas dur, je n'ai pas eu un mouvement de rejet aussi fort que depuis le jour où je me suis vu nu dans une glace. Et je vous épargne le passage où le fils d'Indy, sobrement appelée Motte, euh Mutt, joue à Tarzan, cri compris. Ce gag fait peut-être rire dans les maisons de retraite où vivent Spielberg et Lucas, mais là c'était juste pitoyable. Indy contre les Roswell Mais tout ça ne serait rien sans le meilleur du film à savoir son dénouement. Comme vous le savez tous, ce nouvel opus est basé sur la légende des crânes de cristal, qui sont censés apporter une connaissance extraordinaire à quiconque les rassemblera. Autant dire que ça pourrait être sympa à utiliser dans la mythologie Indianejonesque (si ça se dit !). Sauf que. Sauf que tonton Lucas et papy Georges étaient à table quand ils en ont parlé. Et comme ils s'amusaient bien, ils ont pris de l'alcool. Or pas de chance, le serveur était un fan de la trilogie originale de Star Wars et a décidé de mettre du GHB dans la boisson obligeant les deux comparses à se soumettre. Et afin de venger la trilogie de Star Wars immérédiablement bafouée, il a décidé de se venger de la manière suivante "sa serai trop fort des extrateresstres comme Jar Jar Binks dans Indy 4 ololol xptrd". LE FILM DÉMONTÉ DU MOIS Tout fiers d'avoir une idée trop top originale moumoute, et pris d'une ferveur créatrice décuplée, ils pondirent le script en à peu près 2 min 37 ce qui amena au résultat que vous savez. Et quel résultat ! Les crânes sont en fait ceux de véritables extraterrestres, enfermés dans un faux temple accessible à tout le monde, et ouvert par un mécanisme tout simple que personne n'avait décidé d'en- - 27 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :