42 n°4 mai 2009
42 n°4 mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de mai 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 17,5 Mo

  • Dans ce numéro : à la recherche du magazine perdu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
JEUX VIDEO AIGRI GAMER (pas que ça à faire de courir, j'ai une vie mouah) je vais gueuler pour obliger cette épreuve à ne plus faire que 3km. En plus comme ça je pourrai profiter de TOUS les marathons de ma région, même plus besoin de me limiter à 1 tous les 3 mois ! C'est cool hein ? Non ? "Franchement, tu préfères quoi, 2h de bon jeu ou 30h moyennes ? " Et toi, tu préfères quoi, 30h géniales ou 2h moyennes ? Et sinon, à choisir, tu préfères avoir la peste du sida cancéreux ou qu'il y ait la paix dans le monde ? ! En plus d'être totalement biaisé, cet argument naze (souvent entendu hélas) dénote d'un défaitisme complet, comme s'il était impossible de faire un jeu à la fois long ET bon alors même que les exemples du contraire pullulent (voir encart). C'est triste et ça me donne envie de citer un philosophe célèbre : "*musique martiale héroïque + drapeau américain qui flotte au vent* Gardez espoir mes frères et relevez vous, fier et droit, face à l'adversité car vous êtes le dernier bastion pouvant sauver le monde des dangers du terrorisme à coups de démocratie nucléaire ! " Mickael Bay. Oui ça n'a rien à voir mais avouez que ça pète ! "Le problème c'est qu'à trop vouloir faire des jeux longs on se tape du remplissage chiant et des trucs répétitifs ! " EXEMPLES DE BONS JEUX LONGS Persona 3 et 4 (80-100h chacun) : Habituellement, les RPG japonais finissent tous par devenir lassants à force de nous asperger la tronche de combats si nombreux qui feraient passer un abattoir pour une réserve zoologique. Persona 3/4 parvient à éviter cet écueil grâce à un ingénieux système de relations sociales et d'emploi du temps qui brise la monotonie de l'aventure en permettant au joueur de s'organiser comme bon lui semble entre combats dans des donjons et activités scolaires. Pour ne rien gâcher le jeu prend place dans un univers contemporain mâtiné de fantastique légèrement glauque qui change agréablement du méd-fan/SF vu vu et revu. Le tout est servi par des dialogues passionnants et une galerie de personnages particulièrement attachants. Bref, j'aime tellement que je risque de vous saouler encore avec très bientôt ! Morrowind (Virtuellement infini) : Grâce à son monde ouvert, son système de dialogues un peu moisi façon wikipédia et sa "chiée plus un wagon" de quêtes comme aiment à le dire les agents SNCF, Morrowind est un jeu extrêmement long et intéressant que tout joueur avec un minimum de passion pour l'exploration ne peut que "grav kiffer tavu" ! Là ou il fait encore plus fort c’est qu’il est fourni avec un éditeur très puissant qui permet d'ajouter facilement guildes, PNJ et autres armures pour chevaux, le tout gratos pour encore plus d'heures de jeu. Quand on voit la qualité des productions des fans on se dit que Morrowind a encore de belles années devant lui malgré son statut de grabataire. GTA San Andreas (40/50h) : Pour ceux qui sortiraient tout juste d'une grotte afghane, GTA est ce qui se fait de mieux à l'heure actuelle en terme de simulateur de criminalité. GTA SA, le 5ème opus de la saga (opus qui est plus vieux que GTA 4, oui, c'est bizarre comme façon de compter), ne déroge pas à la règle et est encore considéré par beaucoup comme le plus fun et complet de la série. Il faut dire qu'avec un terrain de jeu beaucoup plus grand que celui de GTA 3, des missions/sous-missions en pagaille, le modhot coffee et un soupçon de RPGisation, il a placé la barre très haut, pour le plus grand bonheur des racailles virtuelles ! Ah, enfin un argument très valable ! Effectivement, le risque quand on vise la durée c'est de tomber dans la facilité de "l'allongement virtuel" à coups d'astuces à deux roupies (voir encart). Mais, ce risque, même s'il existe, ne légitime pas le fait de viser des expériences de jeu toujours plus courtes ! Pourquoi ? Mais parce que le problème des jeux trop répétitifs/chiants ne vient pas directement de leur durée mal dosée mais de leurs gameplays bancals mal adaptés à ce format ! Un gameplay simplifié à outrance, voire simplement mal gaulé, est incapable de masquer sa vacuité derrière le vernis des apparences dès qu'on le délaie un peu sur la durée. D'après vous, pourquoi un Diablo II reste bon et addictif malgré sa longueur et son extrême répétitivité ? Eh oui, son gameplay aux petits oignons ! Maintenant imaginez un Prince of Persia 4 qui dure deux fois plus longtemps qu'actuellement et, une fois votre moue de dégoût passée, demandez-vous à nouveau pourquoi vise on des jeux de plus en plus courts... "T'es bien gentil avec ton explication comme quoi c'est la faute aux développeurs pas doués ! Tu crois qu'ils peuvent se permettre de faire des trucs méga longs et de qualité alors que les coûts de développements sont de plus en plus élevés et qu'il leur faut deux fois plus de temps aujourd'hui qu'il y a cinq ans pour sortir un jeu ? " Même si cet argument est vrai et qu'il explique sans doute en grande partie la cure d'amaigrissement que subissent les jeux ces temps-ci, je n'arrive pas à y adhérer, pire, il m'énerve (en même temps ce n'est pas un exploit, je suis un sale aigri, un rien m'énerve). Pourquoi vouloir toujours privilégier la forme bourdayl ! ! Forcément, à force de mettre encore plus de cinématiques haute définition, des textures capable de foutre la honte à n'importe quel photographie de trouzmille mégapixels et autres modèles 3D qui ont besoin d'un pc de la nasa pour effectuer 1/4 de rotation en temps - 18 -
JEUX VIDEO EXEMPLES DE BONS JEUX COURTS Portal (3/4h de jeu) : Ce jeu génial est le symbole même qu'un jeu court peut marquer durablement l'histoire des jeux vidéo ! Que ce soit son gameplay très malin à base de portails dimensionnels, son ambiance incomparable et son humour subtil, tout contribue à faire de Portal une expérience rapide mais intense comme aiment à se vanter les éjaculateurs précoces. Quelque chose me dit que son très bas prix a également bien contribué à son succès... Mirror's Edge (6h de jeu) : La durée de vie anémique de son aventure solo n'empêche pas Mirror's Edge d'être un excellent jeu, notamment grâce à son gameplay mutant FPS/Plate-Forme parfaitement dosé pour être à la fois facile d'accès tout en offrant des subtilités insoupçonnées qui raviront les poulpes de la manette. Malgré tout, son prix de 70 € (sur console) lors de sa sortie reste quand même douloureux pour le fondement. Shadow of the Colossus (8/10h) : Sans doute la plus grosse claque que m'a jamais mis un jeu vidéo, du moins si j'oublie la fois ou ma petite sœur m'a frappé avec mon cd de Starcraft T_T... Je ne suis pas du tout objectif mais SotC est, à mon sens, un des seuls jeux qui puisse être considéré comme une œuvre d'art tout en ayant su conserver son aspect ludique, impressionnant. A essayer au moins une fois pour s'évader dans son univers mélancolique et oublier un instant les sombres bouses inspirés de licences et autres clones de FPS irakiens/WW2 dont on nous abreuve à longueur d'années. vie gargantuesques, ne sont plus épargnés en passant d'une soixantaine d'heures à une trentaine pour certaines des dernières productions... "Quand un jeu est court il est nul, on n’a le temps de rien faire" Faux, les exemples du contraire ne manquent pourtant pas la encore (voir encart). La durée de vie n'est de toute façon pas ce qui fait un bon jeu et heureusement, ça me ferait mal de devoir dire "Lea passion bourricots roxe du poulet basquaise" simplement parce qu'on peut y tuner des poneyz moches pendant 200h ! Malheureusement, un jeu court, même excellent, prend le risque de frustrer le joueur en le laissant sur sa faim, un peu comme un somalien à qui on retirerait un plat de profiteroles au chocolat après seulement une bouchée et voilà c'est malin, j'ai la dalle maintenant. Cette frustration est d'autant plus grande que le prix du jeu est élevé parce que c'est quand même franchement difficile d'apprécier pleinement une aventure quand celle-ci vous crie au visage "Gros loser tu t'es bien fait arnaquer, en fait tu as acheté une démo jouable ! Tiens, tu entends ce cri dans le lointain ? C'est ton compte en banque qui agonise, mouhhahaahaha ! " T_T AIGRI GAMER réel, on dépense toujours plus de temps et de pognon alors que le cœur du jeu, lui, est toujours au même tarif ! Soyons fous, revenons à des jeux moches (ou juste moins beaux, je suis pas trop chiant), libérons-nous des contraintes techniques même si ça fait chier 3 ou 4 kévins ! "Ah ah, t'es bête, la durée de vie et les gameplays innovants ça ne se voit pas sur les screenshots aussi ! ! " Arrête de briser mes rêves illusoires saligaud, laisse-moi mourir T_T Ça dépend jusqu'à où on remonte, parce que bon, les Mario et autres Paper boy en 2D pixélisée n'ont jamais brillé par leur durée de vie enêêêurme et Pong, passée une vingtaine de parties, ça a quand même tendance à se répéter méchamment... la faute aux origines arcades de ces jeux. A deux roupies la partie sur une borne, mieux valait qu'elle ne s'éternise pas pour être rentable et cet esprit de "rapidité" à perduré un moment, même après l'avènement des consoles de salon. Par contre, si on remonte à 5/10 ans en arrière seulement, on se rend alors vraiment compte de la diminution progressive que subissent les jeux récents. On est ainsi passé de fps qui duraient 15/20 heures en moyenne à une 10ène d'heures seulement pour la plupart des gros titres et même lesrpg, pourtant dernier bastion des durées de "C'est vrai ça, 50-70 euros pour 6 pauvres heures de jeu ça fait vraiment mal au postérieur ! Quand j'achète un truc qui coute 2 internets je veux le rentabiliser ! " Voilà probablement le point de discorde principal de ce débat ! Même si tout le monde s'accorde pour dire que 70 euros "omg c tro chèr, g ke 2 rin, lol", les deux camps n'ont pas la même vision d'un jeu Plus c'est long plus c'est bon ? "La durée de vie c'était mieux avant ! " - 19 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :