42 n°4 mai 2009
42 n°4 mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de mai 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 17,5 Mo

  • Dans ce numéro : à la recherche du magazine perdu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
JEUX VIDEO RETOUR VERS LE FUTUR DU PASSE vous allez de découvertes en découvertes, mais cela restera flou puisque les cut-scenes sont muettes et n’aident finalement pas énormément à la compréhension de l’histoire. L’intérêt du jeu se dévoile au fur et à mesure qu’on progresse puisque bon nombres de platesformes, d’artefacts sont inaccessibles, limite même des fois on trouve une seule des dix pièces d’artefact à collecter, preuve qu’on a fini le niveau un peu vite, et qu’il reste un paquet de coin à explorer. Et c’est là qu’on se rend compte d’une chose, c’est que qu’une fois le niveau fini, on a la possibilité de le rejouer, en mode histoire (donc de la même façon que ce qu’on vient de faire) ou en jeu libre, autorisant du même coup des libertés sur le choix des personnages en action. Si vous avez besoin des aptitudes de tel ou tel bonhomme, vous pouvez le prendre et refaire le niveau pour trouver tous les artefacts planqués dans le niveau, c’est cool ça non ? ! ? Bon, c’est aussi une façon détournée de rallonger la durée de vie du jeu par une fourberie comme les éditeurs en ont pris l’habitude, mais on ne crachera pas dessus, puisque rien n’oblige à tout faire, excepté l’affichage du pourcentage de progression dans le jeu qui semble vous rire au nez en affichant le score pitoyable que vous avez obtenu. Il y a aussi un 3e choix, qui est le retour à l’université, pas celle ou vous passez votre temps à rien faire, mais celle qui sert de lieu de travail au professeur Jones entre deux aventures. C’est là qu’on découvre que l’univers du jeu ne se limite pas à enchaîner des niveaux. Plusieurs salles thématiques existent, de celles qui servent à saisir des codes pour débloquer des bonus, des personnages, à celles qui contiennent la collection d’artefacts récoltés, en passant par la salle d’achat des personnages préalablement débloqués en se délestant de la précieuse monnaie en briques cylindriques. Les joueurs les plus acharnés se verront donc faire des allers-retours nombreux entre l’université et les niveaux de jeu pour obtenir les si lointains 100% (pire que dans Donkey Kong par moment). Conclusage ? Les licences Lego se bonifient. Après un excellent Lego Star Wars Trilogie Originale et juste avant un non moins énorme Lego Batman, le Lego Indiana Jones complète parfaitement le tableau. On pourrait reprocher aux trois jeux leur simplicité et le manque de renouvellement dans les mécanismes appliqués, mais la recette fonctionne tellement bien qu’il serait dommage de la changer, d’autant que le côté attractif du jeu, ce n’est pas sa technicité, mais bien le mélange d’univers. Et comme les codes graphiques des films sont très bien respectés, il n’y a rien à redire. Le côté enfantin du design peut rebuter ceux qui se prennent pour des vieux de la vieille ou des hardcore gamers, mais les trois jeux sont des petits bijoux qu’il faut absolument essayer. Seul énorme défaut pour une partie de la population, après avoir fini d’y jouer, vous devez trouver une excuse foireuse pour justifier la présence du dernier catalogue Lego posé sur la table du salon et l’accusé de réception de commande du site Lego.com. Notage : Intérêt : Pouvoir diriger un héros qui a bercé son enfance ça n’a pas de prix, et si en plus le jeu est bon, fun, sympa, ce n’est que mieux. Les bons jeux sur péhessepé ne sont pas légion, alors faut pas passer à côté. (Sur les autres platesformes non plus d’ailleurs.) 14/20, pas plus parce que malheureusement, le jeu est un peu trop facile. Rejouabilité : Du fait que torcher le jeu dans son intégralité sans tenir compte de ce qui se passe à l’université doit donner un score proche des 35%, ça laisse une belle marge de manœuvre aux accros des 100% et donc un taux de rejouabilité assez énorme. Et rien que pour ça, 15/20. Nostalgie : Un jeu de 2008, ça fait pas vraiment appel à de la nostalgie, à moins que vous ne soyez un hamster, donc avec une durée de vie de trois ans. Et pourtant, le fait d’évoluer au milieu de l’univers des petites briques, ça donne un bon coup de vieux. On retombe quelques années en arrière, et en se remémorant les possibilités de constructions qu’on avait, on se dit que ça aurait été cool quand même de disposer de toutes ces nouvelles pièces et ces nouveaux univers. C’est trop injuste. 12/20 Total : 41/60 soit 13.6666 666666667/20 ! obi - 16 -
JEUX VIDEO La durée de vie des jeux vidéo Parce que plus c’est court moins ça dure plus longtemps Qu'il s'agisse de brioche, de guerre de position voire d'opinion : j'aime les choses tranchées ! J'adore d'ailleurs tellement ça que les films Disney m'ont toujours semblé être des chefsd’œuvre de nuances. Hélas, à cause de cela je me retrouve aujourd'hui bien embêté pour vous parler de "la durée de vie des jeux vidéo" vu que mon avis à ce sujet est légèrement le cul entre deux chaises (mais légèrement seulement, genre juste une demi fesse mal calée). Il faut dire que les "pro jeux-longs" et les "pro jeux courts" (je préfère éviter la distinction hardcore/casual gamers un peu restrictive) ne font rien pour aider, chacun ayant son lot de bons arguments et de mauvaise foi pour défendre son bifsteak. Comme je ne peux décemment pas baser mon article sur un simple pique et pique et colegramentre les deux camps (j'ai quand même un minimum d'éthique tic tic tic tic et tac, rangers du risque) je vais vous prouver que j'ai bien écouté ma maîtresse d'école en vous sortant une belle structure "thèse/antithèse/a l'aise blaise" parfaite pour faire un aperçu global de ce vaste sujet (garanti comme il se doit 100% non objectif). Bref, en avant ! C'est pas la taille qui compte ? "C'est nul, quand les jeux sont trop longs j'ai jamais le temps de les terminer, j'abandonne avant ! Moi aussi je veux voir les cinématiques de fin ! " Cet argument est surement le plus bidon du lot puisqu'il s'agit d'un faux problème complet ! Quand on manque de temps pour jouer, faut pas être stupide, on n’achète pas quinze jeux par jour, on évite si possiblerpg et wargames (et encore) et on étale ses sessions de jeu sur plus longtemps. Jusqu'à preuve du contraire 10 x 4h = 20 x 2h = 40 x 1h ! En plus, double avantage, de cette façon votre budget jeux ainsi que la pollution induite par la production de cd sont fortement diminués, la crise disparaît, les QUAND JE VOUS DIS QUE LES JEUX SONT DE PLUS EN PLUS COURTS SUR PATTES ! oiseaux chantent dans le ciel, c'est la fête, cotillons, *brûûût* (imitation pourrie de sifflet) ! A noter que cet argument à trois francs est souvent ponctué d'un dédaigneux "J'ai une vie mouah ! " qui me donne envie de claquer le pif de son auteur tout en couinant "Moi aussi j'ai une vie sinon je serais un goddamn zombie pôv'naze, sauf que je ne porte pas de jugement de valeur à ton encontre simplement parce que tu as eu l'audace de choisir une autre passion/activité que la mienne ! Si tu préfère pratiquer des activités de pédophile nazi communiste comme le curling sur gazon ou le tuning de moquette c'est ton problème !!! Eh oui je viens juste de faire un jugement de valeur ! Eh non je n'ai pas de problème avec mes propres contradictions ! ". Enfin que voulez-vous, jouer beaucoup est une activité de losers suicidaires puceaux il paraît, mais c'est un autre débat... Image par GimLEE, merci le nain ;) "Oui mais moi aussi je veux jouer à tous les trucs qui sortent sans me priver ! Ton histoire de se limiter à quinze jeux par jour ça marche pas ! ! " Eh mais dans la vie faut parfois faire des choix, je sais que c'est moche mais c'est vraiment égoïste de penser que le monde doit s'adapter à ton emploi du temps alors qu'en fait ça devrait être au mien ! Cet argument est au moins aussi stupide qu'un analphabète jaloux qui s'amuserait à crever les yeux de tout le monde simplement parce lui ne peut pas lire. On appelle ça du nivellement pas le bas et quand ce n'est pas utilisé pour faire du terrassement, c'est très moche. Bon, j'avoue je suis un peu dur, sur le principe cet argument est quand même vachement pratique, j'avais justement envie de participer à un marathon mais 42km c'est bien trop long et comme je n'ai pas le temps pour ces conneries AIGRI GAMER - 17 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :