42 n°3 avril 2009
42 n°3 avril 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de avril 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 78

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : guide du savoir vivre geekien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
PORTNAWAK Comment critiquer... TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR..quelque chose que vous n’avez ni lu, ni entendu ni compris ! Ce qui est génial avec Internet, c’est que tout le monde peut y donner son avis sur n’importe quoi, et surtout n’importe comment. Moi qui anime un blog de cinoche en essayant d’y mettre des critiques constructives et remplies de mauvaise foi, je vois souvent débarquer un Kevindu54ou une Lyrya69 qui viennent m’expliquer la vie, les vaches et le cinéma. Du coup ce petit guide basé sur mon expérience devrait vous permettre de briller en société en parlant de tout et surtout de n’importe quoi. C’est de la merde Ce qui est bien en France, c’est qu’on cultive un certain esprit de contestation nous permettant de nous rebeller en serrant nos petits poings rageurs contre tout et n’importe quoi. C’est la crise ? Grève ! On paie trop d’impôts ? Manifestation. Y’a plus de potatoes au self-service du resto universitaire ? Révolution ! La guerre c’est trop nul et c’est trop pas cool ? Marche silencieuse ! Bref que des causes, des vraies qui méritent qu’on se rebelle. Et grâce à ce bel esprit, la France se démarque toujours en trouvant que tout est merdique. Ce trait de caractère est exploitable jusqu’à plus soif dès que l’on vous demandera votre avis. Petite mise en situation : TU SAIS OU TU PEUX TE LE METTRE TON ARGUMENT ? Cunégonde : Palsambleu, Raoul Marcel, je ne puis que m’esbaudir devant la neurasthénisation des lapins en Ouzbékistan ! Qu’en pensez-vous cher ami ? Raoul Marcel : Ça suxxe Cunégonde : Et j’ai malencontreusement ouï dire que nonobstant ses qualités intrinsèques, le film Watchmen avait des qualités pour les quelles les superlatifs ne seraient pas de simples billevesées Raoul Marcel : Ça suxxe Cunégonde : Diantre mon ami ! Et que pensez-vous de Mr. Egg ? Raoul Marcel : Il suxxe aussi Vous l’aurez compris, le simple fait de dénigrer systématiquement ce que l’on propose d’analyser à votre esprit fort, vigoureux et ma foi fortement membré, dont les veines turgescentes battent au rythme de ce cœur porté par un corps athlétique aux muscles saillants, entretenu avec vigueur et délicatement oint afin de paraître brillant, soyeux et forcément sensuel, vous transforme tout de suite en critique réputé intransigeant, difficile et surtout pointu. Il est surtout de bon ton d’affirmer qu’une chose est ratée à partir du moment où la majorité de la population la trouve réussie. Non seulement vous vous détachez de ce troupeau de moutons incultes, mais en plus vous vous donnez un air à la fois supérieur et mystérieux qui ne peut qu’attirer le sexe opposé se demandant quel intellect supérieur se cache derrière ces quelques mots. Soutenir l’Ouzbékistan Mais attention à ne point trop en faire. Dire que tout ce qui est populaire est mauvais est une bonne chose, mais il faut également soutenir de temps en temps des goûts douteux, sinon vous passerez pour quelqu’un qui dénigre systématiquement tout. Si en plus ce que vous soutenez ardemment a été vu uniquement par la maman de l’artiste et par son chien, personne risque de venir vous contredire. Donc c’est tout bénef. Télérama s’est fait une spécialité de ce mode de pensée. Un nouveau film ouzbèke sur un homme qui accompagne sa chèvre dans la montagne en plan séquence d’une heure et demie en noir et blanc, sans dialogue et avec de la danse contemporaine ? Forcément splendide, brillant, dépeignant la condition humaine - 58 -
PORTNAWAK avec une ardeur et un génie supplantant vingt années de cinéma. Le dernier monochrome blanc de Whiteman ? Un sens de l’épure qui confine au sublime, sachant représenter à merveille la vacuité de la conquête insensée de l’impossible par l’homme. Grâce à cette défense imparable, vous passerez encore plus pour quelqu’un de sexy et intelligent car vous soutenez des œuvres que personne n’a vues. Mais vous si (même si c’est faux), donc vous êtes plus intelligent, plus beau, vous avez enlargé votre pénis, vos cheveux ont repoussé, votre femme court derrière vous comme le chien derrière son maître, vous avez toujours la place de parking à côté de l’entrée, vous tombez toujours sur le M&M’s bleu et on vous a payé pour lire ce numéro de 42. Bref vous êtes un sacré mytho, mais pas grave. Le miroir UNE CRITIQUE TRÈS CONSTRUCTIVE JA, J'ADORE CET ARTICLE, MAIS JE LE TROUVE VULGAIRE, JE TROUVE QUE C'EST DE LA MERDE. Une autre bonne technique pour disserter pendant des heures d’un sujet que vous ne connaissez pas mais sur lequel on vous demande votre avis consiste à demander l’avis de la personne qui vous pose la question, et de prendre systématiquement le contrepied. Il a aimé ? C’était une horreur immonde qui vous a fait rendre vos chocapics. Il a détesté ? C’est un béotien ignare qui ne mérite pas votre attention et qui ferait mieux de retourner se cultiver. Quiconque aura participé une fois dans sa vie à un forum de discussion comprendra vite la puissance absolue que vous confère cette technique. Tout le monde adore un film ? Conspuez-le avec un avis simple et non argumenté du genre "ça pue tellement que ça pique les yeux et j'ai failli me suicider". Un film est totalement raté, fustigez la bêtise crasse de vos interlocuteurs n'ayant pas compris sa subtilité sous-jacente. Bref prenez systématique le contrepied de votre adversaire et attaquez avec une mauvaise foi crasse toute tentative d'augmentation qui vous est faite. Et si par miracle quelqu'un répond intelligemment, ignorez-le ! Crier le plus fort Jenrathy a fait un article là dessus dans le numéro 2 de cet excellent magazine nommé 42 que je vous conseille pour passer des moments agréables aux toilettes. En gros, parler en caps lock, ça permet deux choses : se faire entendre de ses interlocuteurs qui, eux, ont un volume sonore tout à fait normal. Deuxièmement, en parlant plus fort, on leur coupe aisément la parole et ils arrêtent de pinailler pour vous écouter. Car oui, vous parlez plus fort donc ils n'argumentent plus, donc vous avez raison. CQFD. Cette technique totalement redoutable marche à peu près en toutes circonstances, que ce soit avec votre nana/mec, votre chien ou votre patron. Elle est particulièrement conseillée quand vous parlez à des représentants des forces de l'ordre ou lorsque vous demandez une augmentation (NDCerb : t'es bête, on va TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR... - 59 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :