42 n°3 avril 2009
42 n°3 avril 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de avril 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 78

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : guide du savoir vivre geekien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
IRL AIGRI IRL tac tac t'as vu. Comprendre par là qu'ils inondent leurs blogs et les digg-like d'informations super importantes du genre : "Une photo d'une bonasse people à poil", "People-à-deux-balles a quitté Peoplette-à-trois-francs" et autres relais de buzz alimentés par les marketeux. Le problème que me pose ce type de blog est le manque de recul par rapport à l'information traitée. La plupart du temps, ces glands se recopient les uns les autres à tel point que vous pouvez les lire indifféremment, le contenu y est identique, parfois à la faute d'orthographe près. Sorte de chantres du webpoubelle, ils ne vivent que par ou pour reprendre la dernière information troooooop importante dont il faut parler sinon t'es un gros suxxor (mais pas autant que Mr. Egg). Imaginez un peu ce que doit penser n'importe quel mec du marketing quand il a un produit à lancer... Il suffit de s'approcher de l'une de ces andouilles de première qui, trop flattée de voir son égo surdimensionné approché afin de tester AVANT TOUT LE MONDE le dernier épilateur nasal, est trop fière de l'indiquer sur son blog en recopiant le communiqué de presse. Dans la foulée, tous ses petits concurrents jaloux ne voulant pas être dépassés par leur éternel ennemi vont s'empresser d'en faire eux aussi un copier-coller afin de faire croire qu'ils ont été eux aussi approchés. Et hop, une campagne de pub à pas de frais en utilisant ces débiles... Troisième catégorie de sangsue : le roi du top-ten Certaines de ces personnes qui n'ont strictement rien à raconter arrivent à être plus malignes que leurs petits camarades. Et ils ont découvert le Saint- Graal leur permettant de faire croire que ce n'est pas le cas : le top-ten. Ce type d'article consiste à faire un top-ten sur un sujet quelconque, en y mettant un classement de conseil ou de choix idiots, puis de laisser négligemment un commentaire aux lecteurs du style "Et vous, vous en pensez quoi ? ". Il suffit de prendre un sujet générateur de troll, et hop, vos lecteurs font l'article à votre place en se prenant la tête via commentaires interposés pour savoir si oui ou non l'épilateur nasal est mieux ou moins bien que le rasoir à narine, et comprendre pourquoi ce dernier a été mis avant dans le classement. Mais surtout, le gros problème que ça génère est le suivant. Il m'arrive régulièrement, lorsque j'ai une interrogation par rapport à un sujet quelconque d'aller le googliser. Et neuf fois sur dix, dans les premiers résultats remontés, je me retrouve en face de ce type d'article à teneur informationnelle nulle et à la démagogie puante. En plus de me faire perdre mon temps, ils me font conspuer leurs auteurs et me donnent parfois envie de faire des poupées vaudou à leur effigie. Des fois j'ai l'impression que même le JT de Jean Pierre Pernaud est plus informatif, c'est dire... Quatrième catégorie de sangsue : le référenceur Celui-là est un peu particulier et est clairement ma bête noire. Mais avant d'en parler quelques précisions s'imposent. La rédaction de 42 est amateur et a pour la plupart un travail à côté (éleveur de ponayz, chaudronnier, désanuseur de porc, star de porno gay (je vous laisse deviner qui) ou ébéniste sur contreplaqué). Mais Jenrathy qui ne peut rien faire comme tout le monde a un métier de référenceur. La cible de ce passage n'est pas les gens pratiquant le métier, mais ceux dont l'attitude va être détaillée dans les prochaines lignes. JEAN JACQUES, EN TRAIN DE FAIRE SON BLOG... Quiconque a essayé de monter un site ou un blog pour afficher sa collection de photos de ponayz forniquant avec Tata Martine s'est légitimement posé la question de savoir comment faire connaître son site. Il faut dire que les procédures en la matière évoluent vite et que les tendances des internautes également. C'est là que le référenceur arrive. Sur son site qui est optimisé pour atterrir en - 56 -
IRL haut de toutes les recherches de google, il prétend à maintes reprises détenir le savoir absolu, celui qui fait que ton site va roxxer du pangolin et que tes serveurs vont exploser tellement tu vas avoir des connexions. Prenons un exemple : tapez "référencer un blog" dans google (en plus c'est cool ça va générer du trafic pour les mecs visés par cet article) et là tout plein de conseils. Prenons une page au hasard. Qu'y trouvé-je donc ? Voyons voir : 1° Ayez du contenu. Ah bon, je m'en serais pas douté. Je voulais faire une page vide mais avec plein de monde qui vient la voir... 2° Blabla sur l'architecture d'un blog. On s'en fout n'importe quelle plateforme du marché gère aujourd'hui ça très facilement 3° Faites des commentaires intéressants sur d'autres blogs. Ce qu'il faut savoir, c'est que les sites du genre de celui sur lequel j'ai pêché cette info font du "nofollow", c'est à dire que vous pouvez les spammer autant que vous voulez avec des liens pour votre site, google ne les verra pas. Bonjour l'exemple... 4° Faites connaître votre blog. Ah bon ? Donc si je résume, pour faire connaître mon blog il faut... que je fasse connaître mon blog. Merci du conseil, j'y penserai. 5° Mesurez les performances. Non ce n'est pas sexuel, mais ça me sert à quoi si je n'ai pas de visiteurs ? Et voilou, et surtout bonne chance ! Une blague dans le monde de l'informatique consiste à dire que lorsqu'on ne connaît strictement rien à rien, on se vend très cher comme consultant. Plus ça va, plus je me dis que la blague est erronée et qu'il faudrait la revoir ainsi : Quand on ne connaît rien en informatique, on se vend très cher comme consultant pipeau en référencement. Il faut savoir que c'est une science tellement inexacte que tout le monde peut se faire passer pour un expert à condition d'utiliser une formulation suffisamment POURQUOI JE NE SUIS PAS JALOUX Comme je l'ai indiqué en conclusion, la défense de base d'un crétin attaqué consiste en la technique ninja du "miroir incassable, puis en plus t'es qu'un sale jaloux". Alors autant y couper court de suite. Non je m'en fiche. J'ai et j'aurai toujours un trafic sur mon blog largement inférieur à celui des sites de cet article. J'ai la prétention de préférer une audience moindre mais intéressée que d'aller draguer la ménagère de moins de cinquante ans (non enlève cette robe Polo, ça ne prend pas, t'as les jambes poilues et de la moustache) pour gagner 10 € de plus sur adsense. Car in fine le but est là, et la différence essentielle entre leurs blogs et le mien également. Je fais ça pour m'amuser et pour parler d'une passion, ils font ça avant tout pour gagner des pépètes. J'ai envie de dire rendez-vous dans dix ans, nous verrons bien qui de nous deux sera encore là... obscure pour que le profane se sente tout de suite largué et soit obligé de se mettre à genou devant tant d'over-puissance intellectuelle... Conclure en beauté Forcément avec un bel article gentil tout plein comme celui-ci, je risque de m'attirer les foudres de Kevindu92 et du consultant Top Référenceur de service qui se dépêcheront de faire un tour sur mon blog et de le pourrir à force de commentaires expliquant que je suxxe encore plus que Mr Egg. Déjà ce n'est pas possible car il est suxxor officiel, ensuite je m'en balance. Cet article au ton particulièrement aigri était surtout pour se moquer ouvertement de toute cette frange nombriliste de la population n'ayant strictement rien à raconter mais brassant beaucoup d'air pour se donner un semblant d'existence. AIGRI IRL Warhol l'avait dit avec ses quinze minutes de célébrité. A l'ère d'internet, n'importe qui peut devenir une Star de l'internet (au secours, internet avec un "l'" devant... jamais vu plus ridicule) qui fait du Buzz car il fait partie de la blogosphère. Si vous n'avez rien à dire mais que vous voulez le dire à tout le monde, vous savez ce qu'il vous reste à faire... Bebealien - 57 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :