42 n°3 avril 2009
42 n°3 avril 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de avril 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 78

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : guide du savoir vivre geekien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
BD/COMICS Comment créer un bon LE SUPER HEROS EN MOUSSE DE BAOBAB DU MOIS perso de merde Pour dominer le monde (ou pas) Salut petit geek. Toi aussi tu viens de bouquiner un comics/manga/autre et tu trouves que le personnage roxx du maxi-pâté au piment d’Espelette avarié ? Mais comment font les créateurs pour imaginer des personnages si omgwtfbbq ? Eh bien, rien que pour tes beaux yeux, je vais t’aider via cet article à créer un personnage si « spécial » que le slip de Superman ça sera de la gnognotte à côté ! Alors, tu es prêt derrière ton écran ? (Enfin si tu es un pauvre, parce que si tu es un riche pleind’sous tu as imprimé 42 sur du papier glacé et tu l’as relié et tu peux le lire glorieusement sur le trône.) LEARN THE DIFFERENCE Pour créer un personnage qui fasse pleurer Bambi (pire que quand sa môman elle est morte équarrie dans d’abominables souffrances après avoir été gankée 13 fois par des chasseurs bourrés à la Kronenbourg Light dans une cave), il faut intégrer plusieurs éléments à ton personnage : Son background, ses pouvoirs, son but, son costume, ses adversaires et son repaire/antre. 1 - Le Background, sponsorisé par viedemerde.com Ton personnage ne peut pas, ne doit SURTOUT pas avoir un background noble/qui saucissonne du tamanoir à la Black wulf clé de 12 ! Exit donc l’histoire à la Thanos (fils d’un Dieu et d’une Titan) ou à la Iron Man (véritable surdoué/génie maxi beau-gosse élevé dans une famille pétée de thunes) voire à la Apocalypse (premier mutant sur Terre, il fomenta une révolution pour renverser la Pharaon afin de s’établir à sa place), non ! Ton personnage doit avoir des origines lamentables (du genre celles qui font dire « LOL ! » tout fort) comme, par exemple, Vermines. Vermines était un clodo qui zonait dans les égouts et qui vivait parmi les rats. Un jour, une matière toxique alakon fut répandue dans les égouts pendant qu’il pionçait (au milieu des rats, ça va de soi) et hop, magie : mélange d’ADN/jesaispasquoi et tak, on obtient un rat géant avec des yeux rouges et une queue ridicule (la queue de derrière je précise, hop, quota cul, ça, c’est fait). Voilà, le background est planté, notre personnage de la mouerte of the death qui tue Wolverine It could save your life ! est né, il va péter la gueule à tout le monde, mais avec quels pouvoirs ? PS : pour un background moisi, vous pouvez aussi faire dans le grand cliché de « l’élu qui doit sauver le monde » ou de « l’apprenti ninja qui veut venger sa mère/son village/son chien/sa PS3 en tuant le grand méchant » (qui s’appelle souvent Zi Outimaite Yveule) mais qui pour ça doit s’entraîner et parcourir le monde (dans ce genre d’histoire moisie, le monde = le Japon) c’est bien merdique aussi. 2 - Les pouvoirs, qui a dit « LOL inutile » ? Tout bon personnage de merde se doit d’avoir des pouvoirs de merde (thx cap’tain obvious !). Un bon pouvoir de merde se définit de la façon suivante : Relativement inutile : le Colosse a par exemple le pouvoir d’être méga-gros et - 42 -
BD/COMICS quasi-inamovible. Woaw, trop classe comme pouvoir de faire 500 kilos, hyper pratique dans la vie de tous les jours et pour serrer de la gazelle, sûr, c’est un plus de ouf guedin. « Hey coquine tu veux le voir mon gros pouvoir ? » Puissance ridicule : le Kangourou est un excellent exemple d’une puissance de merde. Son pouvoir est de faire des super sauts jusqu’à… 15 mètres (soit pas énormément plus qu’un athlète de haut niveau, autant dire qu’il a pas gagné à la loterie). Ce pouvoir à la puissance incommensurable peut donc être très pratique pour s’enfuir (en faisant des bonds ridicules) lorsqu’on tombe sur un personnage très sympathique comme Hulk ou le Juggernaut, enfin pour Hulk je suis moins sûr vu qu’il peut faire des « vrais » sauts de plusieurs centaines de mètres. Archi-situationnel : ici, je peux vous reparler de l’Ergot Noir et de son superpouvoir qui effraie la création tout entière : se créer des squelettes servants à partir de cadavres autour de lui. Déjà, on imagine la terriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiible puissance de quatre pauvres squelettes quand ils tombent sur une brute comme Thor ou alors, pire, imaginez le se bastonner au Sri-Lanka (donc avec 0 cadavres à proximité) contre un mec archi balèze comme Black Bolt ou Sentry (à peu près les deux personnages les plus puissants sur Terre dans l’Univers Marvel), ah oui, ça doit pas être beau à voir… mais marrant ceci dit ! Haut degré d’incontrôlabilité : un bon pouvoir de merde est un pouvoir dont on n’a pas un parfait contrôle, un truc bien aléatoire qui pourrait très fortuitement nous péter à la gueule. Il n’est en effet pas rare d’avoir des personnages qui se font crever par leur propre pouvoir (souvent après avoir lancé un Master of the Obvious type « c’est trop, je ne le contrôle pas aAaAaAaaaAah »). Se faire crever par son propre pouvoir qu’on ne contrôle pas, c’est le summum de la classe. 3 - Le but, « muahaha j’ai commandé 2 tacos à l’Autruche et j’en ai payé que 1 ! ! » wait, wat ? Exemples de bons persos de merde : Hypno-Hustler & Lapin Blanc ! des masses, mais sinon, y’a carrément le but de série Z type « braquer un banque muahahahaha » (avec le rire du Docteur Denfer siouplé). Ne creuse donc pas cette aspect de ton personnage petit geek, du moment que ton personnage paraît evilesque à souhait et qu’il lance des rires diaboliques, ça voudra dire qu’il a une idée en tête. Et puis, après tout, un but osef, mieux vaut se concentrer sur un costume qui en jette un max ! Pour ce qui est du corps du costume, il faut opter pour quelque chose de TRES mauvais goût, de bien seyant mais surtout, archi-kitch. Et tout cela nous est fourni par ce cher Kraven via son costume-collant de la jungle avec les touffes de poils du plus bel effet et la tête de tigre séparée par le torse et les poils (quel signe de virilité !) 4 - Le costume, le plat de résistance Alors là, oui, il y a matière à faire. Un costume, en règle générale, se décompose de la manière suivante : Le masque, le « corps du costume », le torse et les jambières et bien sûr LE SLIP (au dessus du costume de préférence), la cape (très important la cape), les bottes et enfin l’arme, le cas échéant. Pour le masque rien de mieux qu’un truc très encombrant, plutôt moche et, évidemment, complètement inutile. Une des références en la matière reste Mysterio. Une espèce de bocal à poisson solidement vissé sur la tête avec une belle brume dedans (idéal pour une bonne vision du combat), semble être un bon choix stratégique. Ça risque d’effrayer les adversaires par son côté étrange « LOL le keum il a un bocal sur la teté » et ça permet même de faire des clins d’œil sans se faire spotted, zOMG HAX ! Un corps de costume de merde ne peut être dissocié d’un bon gros slip qui tabasse, ici, pas la peine de chercher quoi que ce soit, LA référence est – et sera à tout jamais – Superman avec son superbe slip rouge (sur costume bleu essvépé !) Dim en lycra kidoigrattergrave. Ce slip reste le must du comics, il est une véritable institution. D’ailleurs, tant que j’y suis, la cape de Superman est aussi dans le même cas : un bon gros bavoir bien visible dans lequel, à coup sûr on se prendrait les pieds ou on se bloquerait dans une porte, classe ! LE SUPER HEROS EN MOUSSE DE BAOBAB DU MOIS Avoir un but de merde, c’est essentiel pour un personnage de merde. On peut ici aussi faire dans le méga classique « je veux dominer/détruire/buttseks la Terre muahahahaha » mais aussi le « je veux te tuer jusqu’à ce que tu sois mort ». C’est très classique, d’ailleurs ça existe plus - 43 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :