42 n°3 avril 2009
42 n°3 avril 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de avril 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 78

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : guide du savoir vivre geekien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
JEUX VIDEO C’EST PAS MOI, C’EST LES JEUX-VIDEO Backstabbed, BIATCH ! Les jeux-vidéo ont encore frappé Il n’y a pas que Télérama qui dit – beaucoup – de merde, hé non malheureusement (ou heureusement, parce que c’est quand même bien drôle). Nous sommes dimanche, le 1er Mars. Me demandez pas comment, mais je me suis retrouvé devant le journal de TF1 (ça devait être une espèce de pause entre mes matchs de foot). Ce bon vieux journal de la Première Chaîne commence par « Drame terrible en Moselle », ce qui a le don de me faire lever le nez de mon sandwich (kiri, tartare, jambon et cornichon, c’est vachement bon) « tiens donc, drama près de chez moi, wtf ? ». En substance, le message dit ça : « un petit garçon de cinq ans poignarde sa sœur qui ne veut pas lui prêter la console de jeux portable ». Y’a pas à dire, chez TF1, ils savent m’intéresser. Je ricane, mon père m’engueule parce qu’il trouve pas ça marrant, mais en fait il a pas compris la source de mon ricanement (les quinquas j’te jure…). Chapter ouane : gief it wh0re ! Le reportage façon JPP commence « c’est dans cette petite banlieue mosellane tranquille que bla bla bla, les voisins sont sous le choc comme Joséphine Cunégonde qui pleure avec des grosses larmes ». Ricanement, acte 2. Bref, on se fait re-raconter l’histoire comme des tétraplégiques du cerveau, car oui, TF1 répète quatre fois les faits, au cas où à la troisième fois ça nous aurait échappé. C’est bien beau tout ça mais où est-ce qu’on explose vraiment de rire ? Doucement jeune padawan, ne sois pas si pressé, tu le sais bien, chez TF1, il y a toujours des gens intelligents qui maîtrisent leur sujet pour t’expliquer, parce que oui, toi, tu es con (mais alors très con hein) ! Arrive donc LE moment : l’arrivée de la psychologue. La psychologue Mme Staire Aufvi Aubvyousse, une psychologue BAC + 32 concaténée nosocomiale parallélépipède spécialisée dans les domaines de l’anti-constitutionnalité sémantique des vasectomies au Burkina- Faso (bon vous l’aurez compris, c’est encore une psy useless et débile avec que des mots à 6 syllabes pour faire genre que c’est une oufz0r mais qui pipe pas un mot au sujet), nous explique un peu les jeux vidéo parce que, elle, elle y joue et elle a tout compris, pas comme toi gros n00b. « Oui alors bon, il faut comprendre que dans les jeux vidéo, qui sont souvent des jeux de tir où il faut tuer son adversaire – ce qui est très violent – quand on réussit à le tuer on gagne des vies » Kabam, et avec ça Madame vous prendrez autre chose ? « Il faut comprendre que ce jeune garçon pensait qu’en tuant sa sœur, il pourrait gagner une vie, les jeux vidéo ont altéré sa vision de la vie et de la mort » Petite analyse de ce morceau d’anthologie. L'entrée : Je maîtrise mon sujet : « les jeux vidéo qui sont souvent des jeux de tir ». Bon, je crois même pas que je vais m’abaisser à commenter ça, vous le ferez mieux que moi. Le plat de résistance : Une grande expérience de gaming, j’ai connu : « quand on - 22 -
JEUX VIDEO réussit à le tuer, on gagne des vies ». Alors là, je sais pas vous les petits, mais perso j’en ai retourné quelques uns des jeux et j’arrive plus à me souvenir d’un seul jeu où en tuant des adversaires (osons le mot « boss ») je gagnais des vies. Je me souviens que ça finissait des niveaux, donnait des items, des armes, mais des vies… c’est plutôt rare (si la gamine jouait à Mario avant de se faire backstab par son frère, imaginez le même discours daubesque en version champignon). Si à chaque fois que je gagnais une vie en tuant un adversaire, imaginez la blague que serait le jeu, encore plus facile que Prince of Persia 4, c’te honte ! Le dessert : Because je dois justifier mes études onéreuses (et inutiles) : « ont altéré sa vision de la vie et de la mort ». Le concept d’altération de la vie et de la mort me plaît énormément. En gros, un mioche se vautre à Mario comme un gros n00b dans un trou mais il peut recommencer son niveau, parce qu’il a des vies. Par contre, il saute du 12ème (sans avoir au préalable mangé un champignon 1UP), il peut pas recommencer le niveau, chienne de vie… Putain de Mario qui altère la vision de la vie. Comme Doom, je me prends un coup de tronçonneuse dans la gueule, je recommence le niveau, TIENS JE VAIS METTRE UN COUP DE TRONCONNEUSE A MON COUSIN LOL (pour gagner une vie hein). Bref, les jeux vidéo, ça nique la Grande Enigme de la Vie apparemment et ça altère complètement notre vision des choses. Un café et l’addition svp. Tiens, mais j'y pense, c’est ptêt pour ça que je me suis pété les deux jambes hier, putain de Mirror’s Edge… PS : vous remarquerez qu'à aucun moment je ne parle de la responsabilité potentielle des parents qui ont laissé un couteau de cuisine à portée des enfants, c'est normal, personne n'en a parlé, c'est plussmieu de se focaliser/rejeter la faute sur cette saleté de machine de Satan de console portable. HENON CAY PAS FINI LOL Chapter tou : zi epic sequel ! Ahahaahah, vous y avez cru hein ? (Ouais nous aussi -_-) Eh bien en fait non c'est pas le mioche foufou dans sa tête à cause des jeux violents où on gagne des vies en tuant les autres (*sic*) qui a fait le coup, c'est apparemment la mOman qui aurait backstab sa fille et qui a laissé son fils se faire accuser (qui a dit "hyper classe ! ! " au fond ?) pour une raison que de toute façon, on ne pourra pas expliquer, même en cherchant bien. C’EST PAS MOI, C’EST LES JEUX-VIDEO Où je veux en venir ? Eh bien, j'ai très personnellement énormément apprécié le traitement médiatique de cette affaire "la faute aux jeux vidéo qui rendent foufou dans la tête", l'intervention absolument awesome de la psy wtfbbqesque et le focus sur l'expression "console (portable)". Pauvre petite console portable accusée à tort, je suis sûr qu'elle pleure dans son petit corps tout sculpté et qu'elle se plaint de pas avoir eu droit à la "présomption d'innocence" (bah oui, du coup, elle a dû passer 1 ou 2 nuits en - 23 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :