42 n°27 novembre 2011
42 n°27 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 91

  • Taille du fichier PDF : 19,0 Mo

  • Dans ce numéro : introduction à la cryptologie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
PORTNAWAK TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR Etre metalleux et vivre en société Tout un art : infiltration Vivre en tant que fan de métal n'est pas facile. C'est même une double vie que les metalleux vivent, obligés de se cacher et limite de vivre dans l'ombre comme des agents secrets chinois du FBI. Et là mon article rentre dans le thème, je suis trop fort, GG no re. Parce que vivre avec une passion aussi atypique que la musique bruitiste et non conventionnelle n'est pas de tout repos. Quolibets, remarques acerbes, préjugés, voire pire, on vous prend pour une sorcière. C'est pourquoi cet article va vous servir de guide pour bien vivre sa passion. I. First : ne pas passer pour un abruti. Le métalleux de base est toujours le même. Il a les cheveux longs, un peu de barbe s'il n'est pas complètement imberbe, est toujours vêtu de noir et/ou d'un treillis, a un casque rivé sur les oreilles, l’œil bovin et méchant. Et forcément, ce n'est jamais agréable à côtoyer, voire à aborder. Hormis les jeunes hippies, ou bien les skaters en mode baggy Dickies, le métalleux n'inspire pas la sympathie. NOPE, vous passez pour un blaireau. Mais le métalleux ne veut pas brûler ses t-shirt de groupes de Black Metal Slovaques pour hipsters. Il ne veut pas se conformer au groupe en se coupant les cheveux, et accueillir ce si populaire gel pour cheveux. Car si le métalleux est un peu geek, il est un peu curieux. Et s'il est un peu curieux, il sait que le gel fait bobo à ses cheveux, que c'est cracra, et qu'au final il aura les cheveux aussi moisis qu'un cadavre décomposé. Il ne veut pas abandonner ses principes. C'est pourquoi il est possible de ne pas passer pour un abruti, tout en gardant son apparence d'origine. Explications : Être SOCIABLE : cela veut dire aller vers les gens, parler, faire des blagues à la con, discuter de la dernière construction sur Minecraft, ou de la shitstormsuivant la sortie de Rage chez les possesseurs de cartes ATI (hrhrhrhr). En gros, sortir de sa bulle faite de riffs incessants, et s'ouvrir aux autres. Cependant, il ne faut pas pousser : n'allez pas parler du dernier album de ce groupe de grindcore indonésien, en disant que c'est une grosse tuerie, mais très bien pour découvrir le genre, sinon - 78 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK on vous regardera comme un ermite. Le but est d'inspirer confiance, de ne pas passer pour un nerd du métal. Ne pas abuser du eye-liner. Ici, on va parler un peu de l'apparence. Vous ne voulez pas vous adapter aux autres, mais au moins faites l'effort d'être moins ridicule. Parce que les New Rock avec 30cm de semelles, et les accessoires "trVe 3vil" passent mal en général. La sobriété est le mot d'ordre. Il est facile de se démarquer tout en étant sobre. Cela passe par un savant mélange de ce qui peut plaire avec ce qui vous plaît et vous démarque. Un peu de camouflage quoi. Rien ne vous empêche de porter le t-shirt de votre groupe favori (pour peu que ce ne soit pas un t-shirt du style 3 wolf moon). Abandonnez simplement les bracelets à pics (teste pas Kerry King), les bracelets de force, etc. C'est facile de vivre durablement quand on ne fréquente que des métalleux. Mais la majorité des gens écoutant une musique aussi sombre et dégueulasse fréquente la plupart du temps des gens ayant d'autres goûts. Que ce soit une préférence vers la chanson française à la Vincent Delerm, ou vers les musiques de clubbers, ou bien les férus de abstract hip-hop américain, chacun son entourage. Il n'est pas étonnant de voir une telle mixité culturelle (lol). Et c'est souvent difficile pour le métalleux de parler de sa musique chérie, sans citer le bassiste d'un groupe de black/death polonais ayant sorti une démo de fou. Quelques conseils donc pour vivre normalement avec son entourage. II. Les sorties entre gens de bonne compagnie. Ne proposez SURTOUT PAS à un de vos potes de venir à un concert de métal, MÊME si c'est Iron Maiden, ou autre gros mastodonte du heavy metal que tout le monde connaît, même sur les JT de TF1. C'est très imprudent, et puis si vous insistez en d'autres occasions (mais si, c'est soft, tu verras, ça va te plaire et tout), vous allez surtout passer pour le relou de service. Exemple de situation pouvant survenir : Derpson1 : Herpest est bien gentil, mais il est obsédé par les concerts de métal ! A chaque fois qu'il propose une sortie, c'est soit en concert de ce qu'il appelle "beuhmeuh" ou bien à un bar de métalleux Derpette2 : Mais carrément, en plus quand on sort, des fois il nous laisse en carafe, parce qu'il se rend compte qu'il y a un concert d'un groupe trop "true" et qu'il faut pas louper Derpson1 : En plus ! Il fait grave chier cet asocial Donc voilà, quant aux sorties, soyez plus prudents, proposez des trucs plus à leur portée : une soirée dans un Irish pub (c'est trop hype en plus). Rien ne vous empêche après de vous habiller comme bon vous semble, en rouge ou en noir. Quand vous êtes chez quelqu'un, et qu'il y a de la musique, c'est en général proposé par l'hôte, le type qui organise la soirée. C'est donc lui qui choisit sa musique. N'allez donc pas vous mettre en tête que TOUT LE MONDE a envie de découvrir ce nouveau groupe qui déchire toute la terre entière. Ou alors n'allez pas vous imaginer que tel disque va ouvrir les yeux des gens sur le métal. Ce n'est pas en le passant dans une soirée que vous allez attirer les faveurs. Pourquoi ? Tout le monde est probablement défoncé, donc la musique c'est un fond sonore. Personne ne pige que dalle. Personne n'aime que quelqu'un coupe la musique brutalement. Et puis quand ils se rendent compte qu'il y a un truc qui cloche dans la musique, ça fait le même effet que l'enculé qui joue du djembé (ou presque) TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR III. Ces petites choses qui font chier le monde. Ne mangez pas les caniches des gens dans la rue. C'est sûr que les caniches vous font chier. C'est abominable comme créature. Peut-être plus que les chihuahuas. Mais bon, faut un peu se tenir. Et - 79 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 27 novembre 2011 Page 142 numéro 27 novembre 2011 Page 2-342 numéro 27 novembre 2011 Page 4-542 numéro 27 novembre 2011 Page 6-742 numéro 27 novembre 2011 Page 8-942 numéro 27 novembre 2011 Page 10-1142 numéro 27 novembre 2011 Page 12-1342 numéro 27 novembre 2011 Page 14-1542 numéro 27 novembre 2011 Page 16-1742 numéro 27 novembre 2011 Page 18-1942 numéro 27 novembre 2011 Page 20-2142 numéro 27 novembre 2011 Page 22-2342 numéro 27 novembre 2011 Page 24-2542 numéro 27 novembre 2011 Page 26-2742 numéro 27 novembre 2011 Page 28-2942 numéro 27 novembre 2011 Page 30-3142 numéro 27 novembre 2011 Page 32-3342 numéro 27 novembre 2011 Page 34-3542 numéro 27 novembre 2011 Page 36-3742 numéro 27 novembre 2011 Page 38-3942 numéro 27 novembre 2011 Page 40-4142 numéro 27 novembre 2011 Page 42-4342 numéro 27 novembre 2011 Page 44-4542 numéro 27 novembre 2011 Page 46-4742 numéro 27 novembre 2011 Page 48-4942 numéro 27 novembre 2011 Page 50-5142 numéro 27 novembre 2011 Page 52-5342 numéro 27 novembre 2011 Page 54-5542 numéro 27 novembre 2011 Page 56-5742 numéro 27 novembre 2011 Page 58-5942 numéro 27 novembre 2011 Page 60-6142 numéro 27 novembre 2011 Page 62-6342 numéro 27 novembre 2011 Page 64-6542 numéro 27 novembre 2011 Page 66-6742 numéro 27 novembre 2011 Page 68-6942 numéro 27 novembre 2011 Page 70-7142 numéro 27 novembre 2011 Page 72-7342 numéro 27 novembre 2011 Page 74-7542 numéro 27 novembre 2011 Page 76-7742 numéro 27 novembre 2011 Page 78-7942 numéro 27 novembre 2011 Page 80-8142 numéro 27 novembre 2011 Page 82-8342 numéro 27 novembre 2011 Page 84-8542 numéro 27 novembre 2011 Page 86-8742 numéro 27 novembre 2011 Page 88-8942 numéro 27 novembre 2011 Page 90-9142 numéro 27 novembre 2011 Page 91