42 n°27 novembre 2011
42 n°27 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 91

  • Taille du fichier PDF : 19,0 Mo

  • Dans ce numéro : introduction à la cryptologie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
IRL HISTOREEK Ce brouillard était généré par 10 roues à 501 pointes. Les 5 premières roues étaient nommées χ (chi) et tournaient de façon régulière, quant aux 5 dernières, les ψ (psi), elles tournaient de manière hasardeuse car elles étaient accrochées à deux autres roues « motrices » qui généraient l’irrégularité. Quand les bits arrivaient par les lignes parallèles, ils passaient d’abord par le hachoir χ, puis par le hachoir ψ. Notez également qu’il n’a pas le défaut des signes d’Enigma. Une lettre en clair peut sortir sous le même symbole après encodage (A peut rester A). Et c’est là le plus grand coup d’éclat de Bletchley ! Sans jamais avoir eu de machine de Lorenz entre les doigts (faut dire que la machine est grosse et lourde, donc pas aisément transportable), ils ont réussi à le vaincre ! Pas par force brute, mais bien en cassant son code ! En fait la découverte du truc n’a été possible que par [voix de HAL]une erreur humaine[/voix] (encore ? ?) Le 30 août 1941, un opérateur envoie un message de 4000 signes. Mais le receveur n’a pas capté correctement le message. Il demande alors une réémission par téléphone, ce qui interpelle les Anglais. L’émetteur a donc retransmis le message AVEC LA MÊME CLEF ! ! (ce qui est normalement interdit !). De plus, histoire de faire plus court, le second message a été remanié en y ajoutant des abréviations, donnant donc un code légèrement différent. Les Anglais récupérèrent donc les deux copies. John Tiltman réussi alors à percer Lorenz, puis Turing en janvier 42 William Tutte réussit la plus grande prouesse intellectuelle de la Seconde Guerre mondiale : reconstituer le fonctionnement de la machine (sans jamais l’avoir vue, je souligne). De là, l’équipe de Tommy Flowers va construire l’ordinateur Colossus dans le but de décoder uniquement Lorenz. Et comme il s’agissait du code d’Hitler et de ses généraux, l’armée anglaise n’a pas hésité à en construire 10, ce qui leur permettait de décrypter rapidement un nombre incroyable de messages des chefs nazis. Une blague a commencé à circuler à Bletchley d’ailleurs où des fois il serait plus simple pour Hitler d’appeler Bletchley afin de donner ses ordres à ses généraux, car ils étaient plus rapides que les opérateurs allemands. Bon dans la réalité c’était pas exactement cela, mais ça fait toujours du bien de se remonter le moral en blaguant ! En fait le fonctionnement global (j’entre pas dans les détails) de Colossus était de générer une « clef transitoire » afin d’affiner le texte. Ma qué ? Vous vous doutez bien que les nazis changeaient de clefs tous les jours… Voire même des fois toutes les heures, et c’est certainement pas eux qui allaient donner la clef aux Anglais (faut pas pousser !). Il n’y avait donc qu’un moyen pour percer le code, deviner à chaque fois la clef utilisée (c’est toujours comme ça remarquez). Les études de Tiltman et de Tutte montrèrent quelque chose d’intéressant. La vraie clef utilisée avait tendance à générer plus de 0 que de 1 après le passage par les hachoirs. Colossus générait alors une clef transitoire avec plus de 0 et testait le texte, puis recommençait l’opération. Le message devenait petit à petit de plus en plus clair, un peu comme une image pixellisée s’affinerait (on passe d’une mosaïque à des traits distinguables). Mais alors pourquoi les mecs à Bletchley faisaient cette blague ? Car il y a toujours un fond de vérité ! Colossus n’était pas électromécanique mais entièrement électronique ! (surtout des tubes à vide). Cela rendait le travail BIEN PLUS RAPIDE face à une machine mécanique. Machine de lorenz Colossus a servi également comme « arme », par diverses techniques, pour - 72 (42lemag.fr) -
IRL I’LL BE BACK ! Ce n’étaient pas des paroles en l’air ! Saviez-vous que le Colossus a inspiré le film « le cerveau d’acier » ? (qui se finit assez étrangement d’ailleurs) Qui lui-même inspirera un certain James Cameron pour un truc de science-fiction avec un robot aux yeux rouges, un revenant du futur dans le passé du subjonctif. Eh bien oui cette phrase est vraie ! Colossus est de retour ! Enfin pas exactement. Tony Sale (qui est mort récemment, le 28 août dernier), un ancien officier du MI5 et ingénieur électronique a bataillé ferme pour la préservation de Bletchley Park. Après la guerre, tout a été démantelé et les 10 Colossus détruits. Enfin il était question au bout de décennies d’en faire un quartier habitable. Sale s’insurge, voulant préserver ce lieu en la mémoire de ceux qui ont combattu sur chiffre, papier et machine pour gagner la guerre. Voulant en faire un musée sur l’informatique (et la guerre), il a réussi à monter un collectif pour que cela reste dans le girond du royaume (bien qu’il y ait eu des luttes intestines). Il commence alors un long, très long travail de recherche et de collecte pour remonter un Colossus au cœur de Bletchley. Un projet qui durera 14 ans ! Il commencera par rencontrer des anciens du Park, comme des ingénieurs, des soldats, des copistes, pour recueillir le plus de souvenirs et d’informations. A sa bonne surprise, il découvre que certaines personnes ont gardé chez elles des pièces de Colossus, ou des schémas et quelques photos, alors que c’était totalement prohibé ! HISTOREEK Colossus devait disparaître à tout jamais de la Terre pour que personne ne puisse mettre la main dessus, ou encore le reconstruire. Chruchill se méfiait particulièrement des espions russes (Guerre Froide oblige). En tout cas Sale retrouva plusieurs parties du plan, 8 photos en noir et blanc et 10 fragments de circuits. Il file ensuite chez British Telecom pour récupérer des morceaux de machine de l’époque qu’on lui donne volontiers (faut dire qu’on débarrassait ses dépôts de vieilles merdes des années 40-50). Puis l’équipe de 20 personnes que Sale recrute se met au boulot, et petit à petit, la machine se construit. En novembre 2007, c’est fini, et un test grandeur nature a lieu. Un message encodé en Lorenz est émis de Paderborn en Allemagne, et le Colossus ressuscité de Bletchley arrive à le décoder en 3h30 de boulot. Si un jour vous allez en Angleterre, n’hésitez pas à visiter ! http://www.bletchleypark.org/Si vous en voulez plus sur la reconstruction de Colo’ : http://www.codesandciphers.org.uk/index_files/colmk2d/colmk2d.htm garder l’illusion que le débarquement allié se passerait dans le Pas-de-Calais au lieu de la Normandie. (Hitler croyait encore à ce bluff quelques heures après le débarquement). Hélas de par sa nature secrète, cette machine n’a pas été reconnue comme premier ordinateur électronique de l’histoire (préférant l’ENIAC). Le sujet mérite un article dans les colonnes de 42 soit dit en passant. Colossus n’a jamais été qu’un murmure parmi tant de ragots dans le monde scientifique, car afin de garder tous les travaux secrets, Churchilla ordonné de détruire les 10 machines après la guerre, et brûler les plans. La Guerre Froide venait de commencer, et Staline avait compris que Bletchley avait cassé Enigma. Mais il s’est jamais douté pour Lorenz. Comme quoi, quand on veut garder un secret… Bobcat - 73 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 27 novembre 2011 Page 142 numéro 27 novembre 2011 Page 2-342 numéro 27 novembre 2011 Page 4-542 numéro 27 novembre 2011 Page 6-742 numéro 27 novembre 2011 Page 8-942 numéro 27 novembre 2011 Page 10-1142 numéro 27 novembre 2011 Page 12-1342 numéro 27 novembre 2011 Page 14-1542 numéro 27 novembre 2011 Page 16-1742 numéro 27 novembre 2011 Page 18-1942 numéro 27 novembre 2011 Page 20-2142 numéro 27 novembre 2011 Page 22-2342 numéro 27 novembre 2011 Page 24-2542 numéro 27 novembre 2011 Page 26-2742 numéro 27 novembre 2011 Page 28-2942 numéro 27 novembre 2011 Page 30-3142 numéro 27 novembre 2011 Page 32-3342 numéro 27 novembre 2011 Page 34-3542 numéro 27 novembre 2011 Page 36-3742 numéro 27 novembre 2011 Page 38-3942 numéro 27 novembre 2011 Page 40-4142 numéro 27 novembre 2011 Page 42-4342 numéro 27 novembre 2011 Page 44-4542 numéro 27 novembre 2011 Page 46-4742 numéro 27 novembre 2011 Page 48-4942 numéro 27 novembre 2011 Page 50-5142 numéro 27 novembre 2011 Page 52-5342 numéro 27 novembre 2011 Page 54-5542 numéro 27 novembre 2011 Page 56-5742 numéro 27 novembre 2011 Page 58-5942 numéro 27 novembre 2011 Page 60-6142 numéro 27 novembre 2011 Page 62-6342 numéro 27 novembre 2011 Page 64-6542 numéro 27 novembre 2011 Page 66-6742 numéro 27 novembre 2011 Page 68-6942 numéro 27 novembre 2011 Page 70-7142 numéro 27 novembre 2011 Page 72-7342 numéro 27 novembre 2011 Page 74-7542 numéro 27 novembre 2011 Page 76-7742 numéro 27 novembre 2011 Page 78-7942 numéro 27 novembre 2011 Page 80-8142 numéro 27 novembre 2011 Page 82-8342 numéro 27 novembre 2011 Page 84-8542 numéro 27 novembre 2011 Page 86-8742 numéro 27 novembre 2011 Page 88-8942 numéro 27 novembre 2011 Page 90-9142 numéro 27 novembre 2011 Page 91