42 n°27 novembre 2011
42 n°27 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 91

  • Taille du fichier PDF : 19,0 Mo

  • Dans ce numéro : introduction à la cryptologie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
DOSSIER CINOCHE CINEMA suffisamment pas trop connes pour qu'on ne leur fasse pas faire nawak". Et notamment sur la place de l'être humain au milieu de tout ce fabuleux écosystème, dans le cas "probable" (avec une jolie coolface) que l'être humain ne soit pas l'espèce la plus évoluée. Mais là, on parle des origines. The Rise Of The Planet Of The Apes. Avec des The partout. Qui pourrait s'appeler du coup The Fall Of The Planet of The Idiots/Morons etc. Et donc, pendant une grosse partie du film (soit les 2/3), nous avons un scientifique un peu fou qui veut à tout prix guérir Alzheimer, parce qu'il aime son papa et Jacques Chirac, et qui met tout en œuvre pour réussir. Y compris de tester tout ça chez les singes. Enfin chez une seule. Femelle qui donnera un petit qui aura hérité du vaccin chelou administré par James Franco, le savant fou qui a bizarrement une tête de beau gosse. Beau gosse roxxor en science décide de recueillir le petit singe qu'il est trop mimi et surtout très intelligent. Il se rend compte que sa création lui échappe peu à peu, n'ayant pas prévu les effets secondaires. Tout ça pour dire que ce savant fou joue avec le feu. Que la science a tendance à jouer avec le feu. Rendre le singe plus intelligent, essayer de le domestiquer... L'évolution forcée. De l'autre côté, on a le big boss de la boîte pharmaceutique, qui se dit qu'il va se faire des palettes de fric avec l'invention du petit génie beau gosse. Et lui, il n'en a rien à branler de la science et des conséquences néfastes. Ce qui lui importe, c'est le fric. On a donc deux facettes de l'être humain : celui qui a l'air bienveillant en voulant guérir Alzheimer, mais au final sacrément hypocrite de traiter son super singe roxxor comme un animal de compagnie. Ce scientifique qui joue contrenature, sans réellement se préoccuper des conséquences (qui donneront cette fin un peu super facile). Et l'autre qui ne pense qu'au fric que lui rapportera un virus exterminant l'espèce humaine. Voilà je vous ai spoilé la fin. Car bien évidemment, les singes survivent et gagnent à la fin, sinon ce ne seraient pas les Origines. Mais l'important est de voir le parcours de César, son évolution, et de se demander quelle est la place d'un être aussi proche de nous, avec des capacités intellectuelles autres. Et c'est là que je vais spoiler le livre, mais un clin d’œil est effectivement fait au livre, lorsqu'à la fin de celui-ci on apprend les vraies origines, de la prise de pouvoir des singes. L'homme a tenté de domestiquer le singe, en lui enseignant diverses pratiques, en le faisant évoluer. Cette évolution forcée s'est au final retournée contre eux (un peu à la manière de Terminator). Les Origines reprend un peu plus librement ce concept, où James "savant fou BG +5" Franco décide de domestiquer César, lorsqu'il apprend que son invention s'est transmise à son singe, lui donnant quelques prédispositions. Et l'on voit les limites du système, et toute l'hypocrisie de l'homme. - 42 (42lemag.fr) -
CINEMA qui me rend confiant quant à l'adaptation de Tintin, qui arrive bientôt. Conclusion IV. La planète des singes, les origines, le film en lui-même Le film est à voir plus par le fond que pour la forme, assez bancale par moment. Je veux dire par là que vous ne verrez pas des acteurs au sommet de leur art (à part Andy Serkis à la rigueur, mais dans une autre mesure), et la fin du film est facile, convenue, bien que révélatrice de la connerie humaine. Cela n’entache néanmoins en rien la prestation de Sirkis, insufflant cette humanité tellement prégnante dans César. Les mimiques du singes, les réactions, les grimaces... Tout y est. Et cela confirme tout le talent d'Andy Serkis, ce Je n'évoque pas la version 2001 de la PLanète des Singes, tellement naze et nulle à chier que je n'ai pas pu finir le visionnage du film. On va simplement dire que c'est un film meuble, un vague truc de S-F pour se regarder un dimanche soir. Indigne de l'oeuvre originale, il n'apporte rien de nouveau en tant que remake à proprement parler, malgré quelques menus clins d'oeil. Le dernier film en date a donc l'avantage d'apporter de l'eau au moulin, sur la réflexion faite sur la place de l'homme, en tant qu'espèce. Malgré l'assemblage discutable, les "Origines" n'a pas à rougir de la version Schaffner, les contextes étant différents. Cela nous permet de nous rendre compte à quel point l'être humain ne va pas en s'arrangeant. Alors que pleins de gens pensaient que le XXIe siècle serait un truc dingue du slip, que l'homme progresserait, que le progrès n'aurait pas de limites, on constate qu'il en existe et qu'on n'hésite pas à les franchir. Cela est d'autant plus criant quand on réalise certains trucs anodins, comme ce qu'on nous sert comme conneries à la télé. Lisez attentivement la fin de la planète des singes et notamment ce passage crucial du livre, et faites le parallèle avec le succès de la télé réalité. Et vous comprendrez que cette oeuvre ne cessera d'être d'actualité. Draxx DOSSIER CINOCHE Ce qu'il y a à reprocher, c'est le passage à la phase "action faut que ça pète partout avec des singes vénères", vite fait et franchement dispensable. Pour respoiler le livre, la façon dont les singes ont pris le pouvoir a été fait de façon plus douce, car le contexte fut différent. Du coup difficile de faire autrement. Mais cette orientation décidée un peu au dernier moment (cf une interview de Franco l'affirmant), tombe à plat. Mais néanmoins révélatrice du fait que, malgré toutes les facultés et l'intelligence de l'homme (ou du singe, s'il arrive au niveau de l'homme), il y a toujours cette face sombre. James Franco, qui ne sert pas à grand chose à part camper le scientifique BG - 43 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 27 novembre 2011 Page 142 numéro 27 novembre 2011 Page 2-342 numéro 27 novembre 2011 Page 4-542 numéro 27 novembre 2011 Page 6-742 numéro 27 novembre 2011 Page 8-942 numéro 27 novembre 2011 Page 10-1142 numéro 27 novembre 2011 Page 12-1342 numéro 27 novembre 2011 Page 14-1542 numéro 27 novembre 2011 Page 16-1742 numéro 27 novembre 2011 Page 18-1942 numéro 27 novembre 2011 Page 20-2142 numéro 27 novembre 2011 Page 22-2342 numéro 27 novembre 2011 Page 24-2542 numéro 27 novembre 2011 Page 26-2742 numéro 27 novembre 2011 Page 28-2942 numéro 27 novembre 2011 Page 30-3142 numéro 27 novembre 2011 Page 32-3342 numéro 27 novembre 2011 Page 34-3542 numéro 27 novembre 2011 Page 36-3742 numéro 27 novembre 2011 Page 38-3942 numéro 27 novembre 2011 Page 40-4142 numéro 27 novembre 2011 Page 42-4342 numéro 27 novembre 2011 Page 44-4542 numéro 27 novembre 2011 Page 46-4742 numéro 27 novembre 2011 Page 48-4942 numéro 27 novembre 2011 Page 50-5142 numéro 27 novembre 2011 Page 52-5342 numéro 27 novembre 2011 Page 54-5542 numéro 27 novembre 2011 Page 56-5742 numéro 27 novembre 2011 Page 58-5942 numéro 27 novembre 2011 Page 60-6142 numéro 27 novembre 2011 Page 62-6342 numéro 27 novembre 2011 Page 64-6542 numéro 27 novembre 2011 Page 66-6742 numéro 27 novembre 2011 Page 68-6942 numéro 27 novembre 2011 Page 70-7142 numéro 27 novembre 2011 Page 72-7342 numéro 27 novembre 2011 Page 74-7542 numéro 27 novembre 2011 Page 76-7742 numéro 27 novembre 2011 Page 78-7942 numéro 27 novembre 2011 Page 80-8142 numéro 27 novembre 2011 Page 82-8342 numéro 27 novembre 2011 Page 84-8542 numéro 27 novembre 2011 Page 86-8742 numéro 27 novembre 2011 Page 88-8942 numéro 27 novembre 2011 Page 90-9142 numéro 27 novembre 2011 Page 91