42 n°27 novembre 2011
42 n°27 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 91

  • Taille du fichier PDF : 19,0 Mo

  • Dans ce numéro : introduction à la cryptologie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
CINEMA Voyage voyage ! Plus loin, que la nuit et la cohérence ! SPOILER Leur voyage est résumé dans une séquence accélérée repompée une fois de plus sur les trouzmilles autres films du genre, avec, comme d’hab (bis repetitae es trucmuchum in latina pourus fairem le malinoa), le passage dans les forêts glauques et les routes désertes à rallonge pour bien faire comprendre, même aux mongolos du fond, qu’"Ohlalalala ils vont dans un endroit très isolé. Contrairement à ce qu’on a dit depuis le début du film, le lac crosby c’est pas du tout touristique, personne connait c’est beaucoup trop perdu, c’est l’angoisse tavu". Arrivé sur place, le groupe s’arrête dans une boutique pour acheter deux trois Rebelz bricoles. Rebelz et True Love quant à elles vont se repoudrer le nez (ça veut dire "faire caca" en fille). Ce qu’ils ne savent pas c’est qu’en dépit de tout bon sens (pour mémoire, lac crosby = lieu touristique huppé selon le film lui même) le réalisateur a téléporté tout son casting au Texas, chez Massacre à la tronçonneuse vu les vieux Rednecks glauques qu’ils croisent. Ils ont droit entre autre au caissier de la boutique qui s’amuse à matter Rebelz et True Love aux chiottes grâce à une caméra de sécurité astucieusement camouflée, ce même vendeur qui ignore totalement et de façon supra glauque Élément Comique et Faux Nerd quand ils passent en caisse, ce qui pose la question : comment a-t-il fait pour ne pas mettre la clé sous la porte avec cet accueil aussi chaleureux qu’un bébé Courjeau ? Les habitants du coin Cliché Raciste et Caution Minorité, qui sont restés à l’extérieur près de la voiture, sont eux abordés par un autre type glauque habillé comme un bon gros bouseux et avec les dents taillées en pointe (comme un requin *clin d’œil clin d’oeil*). A moitié beurré, il fait des remarques racistes et sexistes à Caution Minorité ce qui met en rogne Cliché Raciste qui s’apprête à en venir aux mains. Il est arrêté par l’arrivée du pote du redneck, une sorte de bellâtre qui tente de se donner l’air méchant avec une balafre sur le visage, vous savez, le genre de balafre capable de rendre super moche n’importe qui dans le monde normal de la vrai vie mais qui donne un air de truebadass au cinéma, putain de monde injuste ! Bref, Cliché Raciste et JOE LE BALAFRE se lancent dans un gros combat TRUE LOVE : Omagad, JOE LE BA- LAFRE ! JOE LE BALAFRE : Oh, TRUE LOVE, attend, je vais prendre l’air très mystérieux en fronçant légèrement les sourcils pour montrer de façon subtile que toi et moi on est plus que de simples connaissances. TRUE LOVE : Ça marche, moi je vais faire un gros silence gêné pour les mongolos en plein rejet de leur greffe de cerveau qui n’auraient pas pigé grâce à ton incroyable jeu d’acteur. JOE LE BALAFRE : Bon, c’est pas le tout mais faut que j’aille me faire matter le pénis par le vendeur glauque alors je te laisse mais c’était très sympa de te re- dépensent-ils plus quand un type de bite, seulement interrompu par voir. glauque matte leurs parties génitales ? Mystère ! l’intervention de True Love et Rebelz qui ont fini leur grosse commission. Après ce charmant ravitaillement, toute notre équipe de cliché embarque dans le hors-bord de True Love direction leur villa de vacance, forcément isolée au milieu du lac. A mi parcours, un hors bord aux couleurs du shérif local les prend en chasse et True Love, qui veut jouer sa rebelle, accélère à fond pour ne pas se laisser rattraper. Bien sur, tout le monde flippe à mort dans le bateau. Elle finie par arriver sur son île privée et lorsqu’elle arrime le bateau au ponton, le Shérif la rejoint enfin, l’air fumasse, "Jeune fille, je suis au regret de vous dire…que vous êtes toujours invaincue ! Mouhahahahahahah ! Comment ça fait trop plaisir de te revoir True Love, 3 ans c’est trop long, j’te kiffe trop ! Allez, amuse toi bien avec tes potes, ++". Si j’avais été là je pense qu’en grand gentleman Caution Minorité et Bôgoss j’aurais frappé True Love en gueu- - 28 (42lemag.fr) -
CINEMA de toujours rester looooooin de moi, ok ? ! True Love | Actor studio : L’inquiétude. Au même moment, True Love lance un bâton dans la flotte à son chien qui plonge dans l’eau pour aller le récupérer. Le réalisateur tente une nouvelle fois de nous faire flipper en filmant le chien sous l’eau parce qu’il sait qu’autant un orphelin manchot cancéreux du sida n’éveillera pas le moindre soupçon d’empathie chez les spectateurs, autant un animal de type "choupimeugnon" pourrait faire chialer le cadavre de Polpot. Hélas, on sait aussi depuis Independance Day qu’aucun animal mignon n’est autorisé à mourir à Hollywood alors la scène est à peu près aussi tendue qu’un string XXL porté par une top model d’Auschwitz et d’ailleurs, oh surprise, il ne lui arrive rien. Punaise, que tout ceci est palpitant… SPOILER lant "Mais c’est quoi ton problème vieille truie ! ! Pire blague de l’univers depuis l’invention de la peau de banane ! ! ", ou alors je serais en train de redonner sa liberté à mon repas dans la flotte à cause du tangage du bateau ("nage petit cassoulet, rejoins les tiens ! ! "), j’hésite. It’s ON biôtch ! Sur cet entrefaite, nos héros unidimensionnels se précipitent pour prendre possession de leur villa tout le confort : piscine, plage privée, ponton et gros isolement avec portables qui ne fonctionnent pas alors qu’ils sont à 500m des terres. Rebelz et Caution Minorité ne perdent pas leur temps et se dessapent devant une fenêtre pour mettre leurs maillot de bain ce qui tue absolument tout suspense quand à leurs chances de survie. Bien sur, elles font cela de dos parce que ce film a décidé d’être frustrant sur un maximum de niveaux possibles !!! 1 Pendant ce temps là, Faux Nerd et Cliché Raciste discutent en matant du coin de l’œil True Love qui joue avec son chien : CLICHE RACISTE : Pfuuu, arrête de raconter n’importe quoi et analyse la situation ! ! On est dans un film, tu es de toute évidence le héros de l’histoire vu que ton background insipide occupe deux fois plus d’espace que celui de tout le reste du casting réuni et tu es célibataire. Or, la seule autre célibataire du groupe est une meuf qui n’a pas vu le loup depuis 3 ans ce qui, en terme de film d’horreur, lui assure d’extrêmement bonnes chances de survie, du moins tant qu’elle garde ses boobs couverts. Tu verras, si elle tourne pas exhib d’ici la fin, vous formerez un gros couple niais. FAUX NERD : Ah ouais, pas con ! Mais, j’y pense, vu qu’on est dans un film d’horreur, qu’en plus tu es noir tu vas mou*tousse* non rien, oublies ce que je viens de dire, promets moi juste Pas de chocolat Pour secouer un peu tout le monde, Cliché Raciste part faire du ski nautique accompagné de Faux Nerd, Caution Minorité et Bôgoss qui en a marre de ne servir à rien, il aimerait bien ne servir à rien sur un bateau. A peine le hors-bord a-t-il démarré que l’on découvre que Cliché Raciste est tout simplement un dieu du ski nautique, capable d’enchainer looping sur looping sans que cela ne soit vraiment expliqué. Est-ce ce sport qui lui vaut une bourse d’étude ? Si oui pourquoi étudie-t-il à 300km du premier plan d’eau ? Fait il du ski nautique de piscine ? Personne ne le sait et tout le monde s’en fout, de toute façon j’imagine que dans la tête des scénaristes les blacks ont un talent inné FAUX NERD : Tu sais si elle voit un mec ? CLICHE RACISTE : TRUE LOVE ? ? Ah ah ah, non, ça fait 3 ans que je la connais et pas une fois je ne l’ai vu avec quelqu’un, elle a juste son chien. FAUX NERD : Son chien ? Tu veux dire qu’elle est zoophile ?, dommage, j’espérais explorer sa beauté intérieure avec mon pénis. La machine à survivre. - 29 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 27 novembre 2011 Page 142 numéro 27 novembre 2011 Page 2-342 numéro 27 novembre 2011 Page 4-542 numéro 27 novembre 2011 Page 6-742 numéro 27 novembre 2011 Page 8-942 numéro 27 novembre 2011 Page 10-1142 numéro 27 novembre 2011 Page 12-1342 numéro 27 novembre 2011 Page 14-1542 numéro 27 novembre 2011 Page 16-1742 numéro 27 novembre 2011 Page 18-1942 numéro 27 novembre 2011 Page 20-2142 numéro 27 novembre 2011 Page 22-2342 numéro 27 novembre 2011 Page 24-2542 numéro 27 novembre 2011 Page 26-2742 numéro 27 novembre 2011 Page 28-2942 numéro 27 novembre 2011 Page 30-3142 numéro 27 novembre 2011 Page 32-3342 numéro 27 novembre 2011 Page 34-3542 numéro 27 novembre 2011 Page 36-3742 numéro 27 novembre 2011 Page 38-3942 numéro 27 novembre 2011 Page 40-4142 numéro 27 novembre 2011 Page 42-4342 numéro 27 novembre 2011 Page 44-4542 numéro 27 novembre 2011 Page 46-4742 numéro 27 novembre 2011 Page 48-4942 numéro 27 novembre 2011 Page 50-5142 numéro 27 novembre 2011 Page 52-5342 numéro 27 novembre 2011 Page 54-5542 numéro 27 novembre 2011 Page 56-5742 numéro 27 novembre 2011 Page 58-5942 numéro 27 novembre 2011 Page 60-6142 numéro 27 novembre 2011 Page 62-6342 numéro 27 novembre 2011 Page 64-6542 numéro 27 novembre 2011 Page 66-6742 numéro 27 novembre 2011 Page 68-6942 numéro 27 novembre 2011 Page 70-7142 numéro 27 novembre 2011 Page 72-7342 numéro 27 novembre 2011 Page 74-7542 numéro 27 novembre 2011 Page 76-7742 numéro 27 novembre 2011 Page 78-7942 numéro 27 novembre 2011 Page 80-8142 numéro 27 novembre 2011 Page 82-8342 numéro 27 novembre 2011 Page 84-8542 numéro 27 novembre 2011 Page 86-8742 numéro 27 novembre 2011 Page 88-8942 numéro 27 novembre 2011 Page 90-9142 numéro 27 novembre 2011 Page 91