42 n°26 sep/oct 2011
42 n°26 sep/oct 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de sep/oct 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 87

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : les jeux de Tower Defense en flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
PORTNAWAK PÈRE MPPPFRCHIER, RACONTE NOUS UNE HISTOIRE Le conte du coupeur de bambous Only in Japan ! Écrit entre 850 et 950, Le Conte du Coupeur de Bambou (Taketori Monogatari de son titre original) est considéré comme la plus ancienne œuvre littéraire japonaise. Aussi connu au Japon que peut l'être Le Petit Chaperon Rouge dans nos contrées, il en existe de nombreuses références dans la culture populaire, mais cet article se bornera à vous narrer la version originale, et je ne ferai donc aucune référence à d'éventuelles versions alternatives impliquant des insectes parlants, un phénix sociopathe, ou des robots chimpanzés. Un jour, alors qu'il se balade dans la forêt de bambous où il va habituellement couper des bambous, Taketori no Okina (ce qui signifie en japonais "Le vieil homme qui récolte le bambou"), un vieux coupeur de bambous (à ce stade-là, les plus malins d'entre vous auront probablement fait le lien avec le coupeur de bambou mentionné dans le titre du conte) remarque un étrange bambou luisant. Le coupant, quelle n'est pas sa surprise de trouver à l'intérieur un minuscule (et très beau - nan casse-toi pedobear, c'est un article respectable ici, merci) bébé de la taille de son pouce. N'ayant jamais eu d'enfants, il le ramène chez lui, et avec sa femme ils décident de le garder et de l'élever comme si c'était leur propre fille, lui donnant le nom de Kaguya-hime (ce qui se traduit approximativement par "princesse lumineuse"). La bonne fortune du couple ne s'arrête pas là, puisqu'à partir de ce jour, notre brave vieillard se rend compte que chaque fois qu'il coupe un bambou, il trouve une pépite d'or à l'intérieur. L'humble tailleur de bambous devient donc rapidement très riche, ce qui lui permet d'assurer une existence opulente à sa fille adoptive, qui en à peine quelques mois, est passée du stade de - 74 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK bien faire quelques sacrifices si elle voulait satisfaire ses envies de fapfap de qualité. bébé à celui de ravissante jeune fille. Pour ne rien arranger, Kaguya est en permanence entourée d'un halo de lumière divine, ce qui en plus d'en rajouter à son charme éthéré, est très pratique pour ne pas avoir à galérer à chercher l'interrupteur pour la lumière lorsqu'on se lève pour aller pisser la nuit. Cependant fatiguée d'entendre "hé, ton père est un voleur, il a volé les nuages du ciel pour les mettre dans tes cheveux ! " et autres "zyva t'es trop charmante, c'est quoi ton 06 ? " dès qu'elle sort de chez elle, Kaguya reste cloîtrée dans la luxueuse résidence de ses parents où elle passe des journées bien remplies à jouer à WoW et troller sur 4chan. Malgré les efforts de son papa pour garder l'existence de Kaguya discrète, la renommée de son immense beauté fait bientôt le tour du Japon, et des quatre coins du pays, les prétendants affluent pour avoir une chance de séduire la mystérieuse princesse, allant jusqu'à percer des trous dans le mur d'enceinte afin de tenter d'apercevoir un bout de fesses de Kaguya lorsqu'elle sort prendre l'air dans son jardin (ah ben c'est des Japonais hein, ils se refont pas). Certes, l'idée que des centaines de gens traversent le pays juste sur la foi des rumeurs de la beauté d'une fille peut avoir l'air hallucinante aujourd'hui, mais il faut bien réaliser qu'à l'époque l'Internet haut débit n'était pas aussi répandu qu'aujourd'hui, la moindre image sur www.moon-bitches.jp mettant des plombes avant de s'afficher. Dans ces conditions, la jeunesse nippone devait Mais en dépit de la foule de prétendants massée devant sa porte, Kaguya reste inflexible et refuse de voir qui que ce soit, préférant rester avec ses parents (qui sont quand même bien sympas de lui renouveler son abonnement WoW chaque mois sans discuter). Au fil du temps, ceux-ci se découragent donc les uns après les autres, et finissent par rentrer chez eux (surtout que le dernier Final Fantasy vient de sortir, et à un moment, faut choisir ses priorités dans la vie), jusqu'à ce qu'il ne reste plus que cinq nobles irréductibles qui persistent envers et contre tout à camper dehors, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige, passant leurs journées à chanter leur amour et rédiger des poèmes "Kaguya tu es le soleil de mes nuits, sans toi la vie c'est trop dark, s'il te plaît sors avec moi" à l'intention de celle qui occupe tant leurs pensées. A force de supplications, ils réussissent finalement à convaincre le vieux Taketori no Okina de laisser au moins Kaguya leur parler. Celui-ci va donc voir sa fille et lui dit : "Bon écoute Kaguya ma chérie, j'ai bien compris que tu n'étais pas de ce monde, et jouer l'inaccessible ça a son charme, mais je suis vieux et j'aimerais bien faire sauter des petit-enfants sur mes genoux, et en plus on ne sera pas là éternellement pour réparer ta DS quand elle tombe en panne, donc si tu pouvais en choisir un et l'épouser, ça nous arrangerait pas mal ta mère et moi, merci ! ". Kaguya n'a cependant aucune envie de se marier, mais afin de faire plaisir à ses vieux, et pour ne pas avoir à éconduire trop violemment ses prétendants les plus acharnés, elle décide de les convoquer pour leur parler. Après tout ce temps passé à essayer de la voir en vain, ceux-ci sont instantanément subjugués par sa beauté qui effectivement dépasse les rumeurs les plus folles, franchement même sur www.tentacle-sluts.jp ils n'avaient jamais rien vu de tel. Kaguya leur annonce que pour les départager et s'assurer de la sincérité de leurs sentiments, elle leur confie à chacun la tâche de lui ramener un objet précieux, le premier réussissant gagnera sa main. Ainsi, le premier de ces messieurs a pour mission de rapporter le bol en pierre qui appartenait à Bouddha, le deuxième une branche à joyaux d'un arbre de la mon- PÈRE MPPPFRCHIER, RACONTE NOUS UNE HISTOIRE - 75 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 26 sep/oct 2011 Page 142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 2-342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 4-542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 6-742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 8-942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 10-1142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 12-1342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 14-1542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 16-1742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 18-1942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 20-2142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 22-2342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 24-2542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 26-2742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 28-2942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 30-3142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 32-3342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 34-3542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 36-3742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 38-3942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 40-4142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 42-4342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 44-4542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 46-4742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 48-4942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 50-5142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 52-5342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 54-5542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 56-5742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 58-5942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 60-6142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 62-6342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 64-6542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 66-6742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 68-6942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 70-7142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 72-7342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 74-7542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 76-7742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 78-7942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 80-8142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 82-8342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 84-8542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 86-8742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 87