42 n°26 sep/oct 2011
42 n°26 sep/oct 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de sep/oct 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 87

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : les jeux de Tower Defense en flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
IRL PRÉVISIONS C'est vrai ça, quand on y pense. Tous les mâles ayant été adolescents à cette période magique où l'on avait les premiers modems 14k et 28k ont quelque chose en commun que les jeunes générations n'ont pas : ils ont tous connu la difficile expérience du fap fap alors qu'une image basse qualité apparaissait doucement, ligne par ligne sur un écran. Et on a tous connu ce moment fatidique où après plusieurs minutes d'attente, alors que ça allait faire fouitch, bof, la connexion lâche et on se trouve comme un con à foutre un coup de tatane dans le boîtier avec la main collante. Ha, quelle belle époque ce fut. C'est pas comme aujourd'hui où l'on peut trouver plus de pr0n qu'on ne saura jamais en regarder... Enfin bref, je m'égare... Dis tonton bebealien, c'est quoi l'avenir ? Ce qui est sûr, c'est qu'il se passe quelque chose en ce moment. L'avènement d'Internet à grande échelle a changé plusieurs choses : Tout d'abord la manière dont l'information est produite. Jusqu'ici les informations étaient diffusées de manière top down, sous forme pyramidale. En gros, quelques sachants distribuant l'information à une masse ignorante. Ouais un peu comme quand le Roger il va nourrir ses cochons. Un système qui a comme avantage d'avoir des informations claires, puisque avec très peu de sources différentes. Mais qui laisse peu de place à l'analyse, puisque celui qui la transmet peut la biaiser à volonté, étant quasiment le seul à détenir le savoir. Dans un tel système, le récepteur place une grosse confiance dans la fiabilité de l'information qui lui est transmise. C'est un peu ce moyen-là qu'utilisent les gourous pour expliquer à leurs fidèles que comme ils sont les seuls à obtenir le savoir il faudrait méditer transcendentalement tout nu dans mon bureau, surtout que tu as une forte poitrine, et aussi donner ton argent. Mais voilà, avec l'arrivée d'Internet, l'information est relayée en temps réel par des citoyens journalistes. D'où une information très réactive, souvent colportée par les gens étant sur les lieux où elle a eu lieu... Mais noyée dans la masse, et avec une grande incertitude quant à la fiabilité de ce qui nous parvient. Qui est vraiment la personne ayant transmis l'info ? Pourquoi son voisin donne une info contradictoire ? Qui croire ? Quelle est la vraie version ? Du coup le savoir ne devient plus la possession d’une élite mais est détenue par le peuple… Au risque d’être dans l’hyperinformation où le quidam moyen sera noyé dessous, telle une femme de chambre par le contenu du chibre tendu d’un ancien président du FMI. Ensuite la manière dont l’information est reçue Jusqu’ici l’information était transmise par des canaux très identifiés : quelques chaînes télé, les stations de radio « sérieuses » et les grands quotidiens nationaux. Mais voilà, depuis, monsieur tout-le-monde a commencé à se dire que si Jean-Pierre Pernaud était capable de faire tous les midis des reportages passionnants sur les derniers tourneurs sur bois du plateau du Larzac, il était lui aussi capable de tenir un vrai site d’information sérieux, si possible via un Skyblog nommé Lé zinfos 2 bogossdu69. D’où multiplication des blogs et des sites dont on ne sait pas vraiment qui les tient ni d’où ils tiennent leurs informations. Le problème du phénomène, c’est que beaucoup de ces sites dits informatifs n’ont pas la moindre once de reporter travaillant pour eux. Ils se contentent donc de copier les infos relayées par d’autres sites, sans pour autant s’attacher à la véracité de l’information. Un phénomène encore amplifié par le fait que l’auditeur/lecteur, lui, commence à se dire que Jean-Pierre nous les casse méchamment avec son reportage sur le dernier bistrot de Metz-La-Moi-Sur- - 68 (42lemag.fr) -
IRL Lecuq, et qu’il est plus intéressant de lire le site de bogossdu69 qui, lui, sait relayer des informations utiles sur la dernière marque de Chihuahua achetée par Paris Hilton. Enfin, l’explosion des capacités de nos réseaux de données et l’approche du temps zéro A une époque pas si lointaine, qui s’applique encore actuellement pour des régions très reculées ou arriérées, comme la Bretagne par exemple, quand Yannick écrivait une lettre à Ker Cunegonde, le courrier mettait une plombe à traverser la Bretonnie, via diligence, en prenant en plus le risque de se faire intercepter par les loups ou les bandits de grand chemin. D’où un temps infiniment long pour juste faire l’équivalent actuel d’un « poke » et de voir son interlocutrice répondre « Jt’e kif tro lol ». Avec les réseaux surpuissants d’aujourd’hui, et à part en Bretagne, l’information est communiquée en temps réel. D’autant plus que tout le monde commence à être équipé en smartphone, permettant en temps réel de suivre le cours de la bourse, ou plus simplement de savoir ce que Jean-Kevin a mangé ce midi (ce qu’il a indiqué dans son statut fessebouc) ou si Jennifer est enfin arrivée à dire à Abdel Jean Jacques qu’elle lui kiffait le boule (sachant qu’elle twiterra dans les 2 minutes qui suivent que c’est non et qu’elle va se suicider). Vous allez me dire, c’est sympa tout ça, gros, mais et alors ? Déjà, je me permettrai de vous faire remarquer que je ne suis pas gros et que je vous emmerde. Ensuite, une fois que je serais allé tabasser quelques pauvres innocents, je pourrais vous répondre qu’il faut arrêter de croire que comme dans la pub IBM, le futur ça sera pour le jour où on aura des machines volantes. Faut-il vous rappeler qu’en Bretagne, on n’est pas près de voir une voiture volante ? (Enfin si, mais juste parce qu’ils sont toujours bourrés). La révolution technologique est beaucoup moins évidente. Pas du tout du genre à s’afficher avec des panneaux clignotants disant « Hey je suis une super avancée technologique, tu vois comme je suis futuriste ». Et encore moins du genre à être vendue comme révolutionnaire. N’en déplaise aux crétins, euh aux consommateurs d’une certaine marque à base de pomme. Oui mais le futur alors ? Même si comme vous je trouverais ça over top cool moumoute sa race d’avoir un jour le droit à une matrice ou a un second univers totalement virtuel où les pirates surpuissants affronteraient les méga corporations, j’ai bien envie de vous dire que ça risque de rester de la science-fiction encore un bon bout de temps. Vous vous rappelez ce que les vieux films nous prédisaient pour l’an 2000 ? Aujourd’hui on est 11 ans plus tard. Vous en voyez beaucoup, vous, des super rayons lasers de la mort ? Des voyages vers Jupiter ? Moi non. Mais finalement, on s’aperçoit que certains concepts commencent à se rapprocher beaucoup de la SF. On est enfin arrivé à faire voir des aveugles grâce à des implants électroniques venant se greffer sur le système nerveux. Les Américains commencent à avoir les premières ébauches d’exosquelettes (même PRÉVISIONS - 69 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 26 sep/oct 2011 Page 142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 2-342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 4-542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 6-742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 8-942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 10-1142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 12-1342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 14-1542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 16-1742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 18-1942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 20-2142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 22-2342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 24-2542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 26-2742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 28-2942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 30-3142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 32-3342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 34-3542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 36-3742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 38-3942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 40-4142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 42-4342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 44-4542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 46-4742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 48-4942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 50-5142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 52-5342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 54-5542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 56-5742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 58-5942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 60-6142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 62-6342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 64-6542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 66-6742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 68-6942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 70-7142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 72-7342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 74-7542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 76-7742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 78-7942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 80-8142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 82-8342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 84-8542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 86-8742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 87