42 n°26 sep/oct 2011
42 n°26 sep/oct 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de sep/oct 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 87

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : les jeux de Tower Defense en flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
CINEMA SPOILER moches sur lesquelles on a mal incrusté la tronche de Kennedy pour des raisons qui dépassent l’entendement (ce n’est pas comme si de vraies images d’archives du bonhomme existaient), qui permettent de faire revivre la grandeur des ÉTATS-UNIS DE L’AMÉRIQUE DES USA. A la différence près que, cette foisci, le premier pas sur la Lune n’a d’autre but que d’aller explorer le fameux vaisseau qui contient on ne sait pas trop quoi mais bon, vu que l’astronaute qui y rentre fait une giga O face ça doit être grave (comment ça j’ai l’air de m’en foutre, mais pas du tout !). Détail amusant, l’épave du vaisseau est à même pas 2 mètres du LEM mais aucune sonde ayant rapporté des images de la zone d’alunissage n’en a jamais montré la moindre trace, ils sont décidément très forts les Chinois du FBI. Les formidables aventures du fils d’Indiana Jones "Bon, c’est pas le tout mais ça fait 15mn que le film a commencé, on a eu droit à des explosions, des explosions au ralenti et des explosions dans des explosions mais pas la moindre biatch, c’est scandaleux ! " Ah ah ah petits canaillous ! Papa Bay devance vos désirs puisque le premier contact que nous avons avec la nouvelle Biôtch de la saga a lieu avec ses fesses alors qu’elle monte des escaliers pour aller réveiller le fils d’Indiana Jones (Shia Laboeuf). Là, déployant tous ses talents d’actrice, elle tente de nous faire croire que leur couple de Laurel et Hardy est crédible en minaudant à mort et en mettant en avant sa PERMANENT DUCK- FACE (Une Duckface pareille c’est pas humain, faut au moins rouler une pelle à un fer à frisé allumé pour y parvenir ou s’être fait greffer la bouche d’Angelina Jolie) ! ! Le fils d’Indiana Jones n’est pas dupe et, bien qu’elle se frotte avec beaucoup d’application contre sa jambe, il fait mine de n’en avoir rien à carrer, préférant passer en mode Anakin Skywalker pour expliquer en geignant "komen sé trop noar la vi, g pa de boulo alor ke g sauvé 2 foa le monde par procuration en encourajen 2 loin dé robo qui fésé tou le taf, lol ! Je doa en trouvé 1 avan ke mé paren arrive ! " Duckface tente de lui remonter le moral et le paquet en se frottant de plus belle, sans succès, le fil d’Indiana Jones doit faire un blocage à l’idée de se taper Donald. C’est cet instant que choisissent Robot Moche 1 et Robot Moche 2, les deux soi-disant éléments comiques du film (du moins si vous êtes sensibles à l’humour d’enfants de 3 ans ayant vu toute leur famille se faire manger par Poupi, le chien mignon) pour faire une entrée qui restera gravée dans les annales grâce à la truculente réplique "Elle est bonne". Quand je vous dis que Michael Bay est un artiste multifacette, il sait aussi faire de la pure comédie familiale ! ! D’ailleurs, en parlant de famille, le fils d’Indi, qui se rend à un entretien d’embauche, découvre que ses parents l’attendent juste en bas de son immeuble. Comme le film a été écrit par un enfant de 5 ans, ils sont forcément ridicules et gênants, c’est vraiment hilarant. Zi Internachionol seine of akchion ! INCREDULE DUCKFACE §§ Pendant ce temps-là, Camionor reprend sa grosse voix de narrateur pour expliquer que les Autobots aident les Américains des USA à faire ce qu’ils font de mieux : la police du monde. On les voit prendre d’assaut une "centrale nucléaire interdite" (parce que bon, la LIBERTÉ de construire des centrales est soumise à autorisation) dans un pays quelconque du Moyen-Orient (quelle importance, il n’y a que des terroristes là-bas) grâce à un plan d’une stupidité fascinante. Transformés en voitures de luxe, les Autobots tentent de se faire passer pour des représentants officiels du gouvernement. Ce qui ne choque pas les gardes. Apparemment, là-bas, tous leurs ministres se baladent en Ferrari Testarosa. Bien sûr, toute cette "furtivité" n’a strictement aucun intérêt puisque les voi- - 24 (42lemag.fr) -
CINEMA deux premiers films, n’est absolument pas en train de beugler sur tout ce qui bouge comme une jeune pucelle à qui Justin Bieber viendrait de cracher au visage "OMAGAD, je me lave plus, je vais garde sa salive FORAIVEUR ! ! ". Profitons-en, ça ne va pas durer. tures se transforment toutes en robots dès qu’elles arrivent en vue du poste de garde avant de tout faire péter. Ouaip, c’est à peu près aussi con que de frapper à une porte déguisé en agent EDF pour se faire ouvrir et une fois ceci fait défoncer toute la devanture au bazooka nucléaire avant de laisser sa carte d’identité posée en évidence sur les ruines ! ! Leur deuxième mission a lieu en Ukraine qui, comme chacun sait, est un pays IN- TÉGRALEMENT radioactif avec un ciel gris caca. Apparemment, un capteur à Energon (et non Enercon sinon le détecteur biperait tout le temps dans ce film) aurait relevé la présence d’un truc bizarre à Tchernobyl et c’est pourquoi un détachement de Meurines des USA d’Amérique déboule avec Camionor en renfort. Vu qu’il faut bien montrer qu’aller au cœur de la centrale de Tchernobyl c’est super dangereux, les meurines s’équipent de combinaisons bactériologiques intégrales bien que cela ne serve à rien contre des atomes. Arrivés sur les lieux du signal, ils découvrent qu’il s’agit de la sonde Spoutnik qui aurait ramené de l’espace un étrange artefact extraterrestre. Pour ne pas laisser le temps aux spectateurs de se demander pourquoi personne ne meurt dans les 5 minutes qui suivent l'entrée des meurines dans le cœur du réacteur de Tchernobyl voire même pour quelle étrange raison des humains rentrent dans le bâtiment quand Camionor aurait pu y aller seul sans risquer un cancer de la thyroïde, Michael Bay fait diversion avec des EX- PLOSIONS. Les meurines sont attaqués par un ver de terre en métal géant, le vilain Verdeterox (apparemment il préfère Verdeterox ! se faire appeler Shockwave mais ça n’a pas de sens), qui vole l’artefact avant de défoncer tout le bâtiment en faisant bien attention à ce que les débris ne tuent que des figurants peu importants. Camionor décide d’intervenir en utilisant un des pouvoirs des Transformers appelé : "je chie sur les concepts de conservation de masse et d’encombrement" puisqu'il triple de volume entre sa forme camion et robot. S’ensuit un combat plein de gros ralentis et d’explosions au cours duquel Camionor parvient à récupérer l’artefact dont tout le monde a déjà oublié l’intérêt. Indiana Job On retrouve le fils d’Indiana Jones qui, étonnement pour ceux qui aurait vu les Notre héros, accompagné de ses parents, passe une série d’entretiens d’embauche censés être drôles si vous êtes un raciste de 3 ans. Il finit par atterrir devant le bureau de John "Il faut bien manger ma pauvre dame" Malkovich qui incarne "cabotine comme si sa vie en dépendait" un patron très autoritaire et fortement psychorigide. Bien sûr, le fils d’Indiana Jones se foire comiquement et le patron ne lui propose qu’un petit boulot de livreur qui ne l’intéresse pas. Heureusement, comme il est dans un film de merde il a un dernier atout dans sa manche : le speech émouvantoniais avec des violons !!! C’est donc avec des larmichettes dans la voix, le regard dans le lointain et la conviction d’un éjaculateur précoce demandant "alors, heureuse ? " que le fils d’Indi balance "Je vous ai sauvé la vie deux fois, je ne vous dirais ni quand ni comment de toute façon je n’ai moi-même rien compris, la caméra bougeait trop mais je l’ai fait et j’estime que je mérite mieux que ce petit boulot alors je vais devoir refuser". John Malkovich, qui a fait un succès critique à son jet de détection de bullshit, lui rit au nez "Mouhahahaha, c’est ça et moi je suis Dieu dans une publicité pour du café pourri qui coûte un rein ! ! Désolé mon vieux mais c’est tout ce que j’ai à te proposer". Le fils d’Indiana Jones réfléchit deux minutes avant de dire "D’accord" parce que Non représenté dans cette image : Amour propre SPOILER - 25 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 26 sep/oct 2011 Page 142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 2-342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 4-542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 6-742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 8-942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 10-1142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 12-1342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 14-1542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 16-1742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 18-1942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 20-2142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 22-2342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 24-2542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 26-2742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 28-2942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 30-3142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 32-3342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 34-3542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 36-3742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 38-3942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 40-4142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 42-4342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 44-4542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 46-4742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 48-4942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 50-5142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 52-5342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 54-5542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 56-5742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 58-5942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 60-6142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 62-6342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 64-6542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 66-6742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 68-6942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 70-7142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 72-7342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 74-7542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 76-7742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 78-7942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 80-8142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 82-8342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 84-8542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 86-8742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 87