42 n°26 sep/oct 2011
42 n°26 sep/oct 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de sep/oct 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 87

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : les jeux de Tower Defense en flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
CRITICAGE CINEMA Grâce au sérum de super soldat, Cap s'est fait greffé un paire de nichons Was ist los ? Nous sommes en pleine WW2 et un scientifique allemand (interprété par Elrond/l'Agent Smith) veut gagner la guerre grâce à des moyens occultes. Pour cela, il ira récupérer le Cube Cosmique chez les gruchtefrü et pourra dominer le monde MUAHAHAHAHAHA. L'idée d'introduire le Cube Cosmique n'est pas bête dans la mesure où on l'entrevoit dans le film Thor et qu'il sera fort certainement au centre des débats dans le film Avengers en mai prochain. Grâce au Cube Cosmique, notre méchant (qui est en fait Crâne Rouge, la Némésis de Cap') crée des armes qui pioupioutent (à la Star Wars) pour casser le cul aux ricains. Du côté Star and Stripes, nous avons notre surhomme blond aux yeux bleus (hum...) qui est prêt à en découdre. Il y a un côté volontairement anachronique dans le film (les armes Star Wars, le matos en général de l'Hydra alors que pour le reste, c'est matériel des années 30, mention spéciale à l’électronique) qui crée une ambiance décalée mais néanmoins funky et agréable. Ça m'a un peu fait penser à certains passages d'Hellboy 2 que j'avais trouvé très réussi également. Le côté volontairement kitsch et manichéen (gentils ricains vs méchants nazis) pourrait faire série Z, mais la façon dont est traitée l'opposition (kitsch volontaire + second degré assumé) fait que ça passe tout seul. Bref, la guerre entre Crâne Rouge et ses pioupiouteurs contre Cap'avec ses Howling Commandos sévèrement burnés peut commencer, avec pas mal de bourre-pifs au programme d'ailleurs. There's no school like the old school Hugo Weaving incarne Crane Rouge avec succès Captain America est un film old school. Pas d'explosions débiles à la Michael Bay, pas de bastons de gogols à la Paul Anderson, non, Cap joue plus dans un registre "Die Hard", "Lethal Weapon", voire "l'Agence Tous Risques", ce qui franchement, me fait plus que plaisir. Autre motif de satisfaction, outre les répliques un peu neuneu de Cap ("j'abandonne jamais blablabla"), le réalisateur a eu le bonne idée de ne pas nous inonder "d'America FUCK YEAH", pas d'apologie des USA, pas de "cay le maylleure day pays", et surtout pas de tirades vomi- - 20 (42lemag.fr) -
CINEMA L'Hydra et ses armes qui pioupioutent, en 1940... tives comme dans un film de Roland Emerich (sauf sur la fin pendant le crash d'avion la scène est atroce de bisounoursisme), le film sait se montrer relativement neutre. Il propose aussi pas mal de clins d’œil sympas (Stan Lee, Howard Stark, la Torche Humaine, Dum Dum Dugan !!! !!! ! !) et, les libertés prises par rapport à la vraie histoire ne sont pas choquantes outre mesure (sauf l'origine de Bucky, sa chute du train - wat ? - ainsi que la façon dont Cap va se retrouver glacé). Un peu comme dans Thor ou Iron Man, le scénario suit dans les grandes lignes l'histoire originelle, et les quelques modifications apportées ne sont pas honteuses et s’enchaînent bien. Popcorn, un pot de fleur et jardinier mexicain (dans son côté kitsch/abusé de "Grand Méchant qui veut tuer tout le monde MUAHAHAHAHA JE SUIS LE MAL AB- SOLU §§§§§") et Hayley Atwell excelle dans son rôle de "je sers à rien mais bon...". Le GROS raté du casting concerne le personnage d'Howard Stark (père de). Soit Dominic Cooper est horriblement à chier, soit les scénaristes n'ont RIEN compris au personnage d'Howard Stark puisqu'ils ont essayé d'en faire un "Tony Stark bis", ce qui est une ânerie monumentale (mais qui doit probablement plaire au spectateur lambda...). Le personnage n'est pas drôle une seule seconde, il n'a aucun charisme, et, surtout, il ressemble à un jardinier mexicain clandestin qui aurait perdu son unique râteau. Le casting du film est donc globalement maîtrisé et, à part Howard Stark qui pue vraiment la merde (mais bon, c'est un personnage secondaire donc osef), ça le fait pas trop mal. Buff Banner Globalement, j'ai apprécié ce film et ce, pour plusieurs raisons. D'une part, il ne gangbang pas le personnage et ses origines (et ma jeunesse) comme ont pu le faire des lamentables merdasses comme "Wolverine" ou "X Men The Trololocopter" et, d'autre part, l'essence du comics est (re)trouvée. Ensuite, Captain America est conçu comme un film d'action Old School, un vrai Action Movie comme on n'en voit que trop peu et, qui sait faire du second degré sans être lourdingue (il n'y pas de vannes merdiques comme dans Transformers ou Thor). Les scènes d'action sont plutôt flatteuses, le costume n'est pas ridicule (ce qui est quand même un sacré tour de force !!! !), le film s'enchaîne bien, sans temps morts et surtout surtout, le film ne se veut pas comme une vulgaire promo du pays de l'Oncle Sam et ça, c'est VRAI- MENT bien. Bien qu'imparfait (certaines entorses quand même chiantes) pas spécialement intellectuel, ce Captain America se laisse regarder sans souci : il est plaisant, fun, dynamique sans être too much et relativement bien foutu. Ah oui, la 3D sert à que dalle, mais vous vous en doutiez déjà, non ? Polo CRITICAGE Si j'étais de base pas convaincu par le choix de l'acteur (c'est quand même le gars qui a joué la Torche Humaine dans le film Fantastic Four...), je dois reconnaître que Chris Evans a su rentrer dans le personnage de Cap'(avec le neuneu qui caractérisait le personnage à sa création) tout en lui donnant un certain dynamisme. Les scènes d'action sont bien foutues (j'adore le bruit du bouclier qui fracasse un crâne et les bastons en règle générale, elles me font penser au Dark Knight de Nolan) et la façon dont il prend peu à peu confiance en ce qu'il est (ce qu'il devient) est intéressante. Pour les seconds rôles, Tommy Lee Jones a été embauché pour sortir des vannes de badass - ce qu'il fait plutôt bien - Hugo Weaving incarne à la perfection un Crâne Rouge avec ce qu'il faut de second degré Howard Stark, parce qu'il fallait bien un peu d'epic failure dans ce film - 21 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 26 sep/oct 2011 Page 142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 2-342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 4-542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 6-742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 8-942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 10-1142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 12-1342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 14-1542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 16-1742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 18-1942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 20-2142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 22-2342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 24-2542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 26-2742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 28-2942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 30-3142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 32-3342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 34-3542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 36-3742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 38-3942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 40-4142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 42-4342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 44-4542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 46-4742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 48-4942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 50-5142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 52-5342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 54-5542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 56-5742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 58-5942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 60-6142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 62-6342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 64-6542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 66-6742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 68-6942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 70-7142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 72-7342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 74-7542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 76-7742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 78-7942 numéro 26 sep/oct 2011 Page 80-8142 numéro 26 sep/oct 2011 Page 82-8342 numéro 26 sep/oct 2011 Page 84-8542 numéro 26 sep/oct 2011 Page 86-8742 numéro 26 sep/oct 2011 Page 87