42 n°25 jui/aoû 2011
42 n°25 jui/aoû 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 78

  • Taille du fichier PDF : 20,5 Mo

  • Dans ce numéro : atomiquement votre !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
PORTNAWAK MIOUSIK électro/indus sans queue ni tête, un titre que n'aurait pas renié Marylin Manson. MAIS WHAT THE FUCK ? § Les premiers hoax busters arrivent à la rescousse "c'est du fake, c'est pas authentique". Tiens mon cul ouais ! Méthode Coué plutôt : mais non c'est pas possible, c'est pas Morbid, c'est un type qui s'est amusé pour troller tout le monde. Non, c'est juste Morbid qui s'amuse à troller ses fans. Alors qu'un vrai changement de direction implique un album homogène (au pif prenons Ulver qui a négocié le virage à merveille), Illud Divinum caca prout se résume à un pot pourri limite non assumé. Comme si Trey (le guitariste tyrannique, cerveau du groupe) s'était dit : "bon finalement ça le fait pas, on va mettre des titres plus trüe pour satisfaire les fans". Illud Divimerde est hétérogène, et alterne entre le médiocre et l’exécrable. Le pire c'est que dès le 2e morceau, même si on ne peut s'empêcher de crier "WTF", on perçoit quelque chose d'intéressant... Pour après tomber dans 6 minutes de souffrance et d'abomination musicale. Un vieux silence qui ruine l'ébauche faite, un hymne au mauvais goût. Ce n'est pas tant le mélange death metal/indus chelou, car d'autres groupes s'en sortent mieux. Au contraire, c'est intéressant, et les premières secondes de ce "Too Extreme ! " (lulz) laissent augurer un truc spécial, mais accrocheur. Mais non. C'est pauvre, le batteur ne sert à rien, ça gueule sans conviction. Et au bout de la souffrance, on a un enchaînement de titres qui auraient figuré sur un album de vrai Death Metal. Dites, vous vous foutez pas de notre gueule par hasard ? Existo Vulgore tombe à plat du coup, alors que Blades For Baal est pas mal. Et c'est peut-être le seul titre valable que j'arrive à écouter en entier, et qui est digne d'intérêt, surtout en live. Une très bonne accroche, de bons riffs, malgré une construction ultra convenue. Mais à la rigueur, on s'en fout, c'est du death, Morbid Angel, Death metal, à partir de ce postulat, quand c'est bien branlé comme Blades For Baal bah ça nous suffit. Surtout que les trüe s'en foutent. Je n'ai pas de mot pour décrire ce foutage de gueule qu'est "I Am Morbid". Dans le trip beauf attitude ça se pose là. C'est déjà mieux comme pochette, mais c'est pour le single Nevermore David Vincent se met à se la jouer rapdeath metal, avec une rythmique complètement à côté de l'identité Morbid. Et ces chœurs, *facepalm*. Si c'est censé être un hymne devant détrôner "Chapel Of Ghouls" c'est raté les mecs. D'une indigence sensationnelle, on croirait une blague. Voilà, c'est une blague. Les mecs ne se sont pas fait chier, ils nous balancent ça en espérant qu'on bouge nos têtes au même rythme. Sans moi les mecs. En fait l'album est plus une farce qui tient du fake tellement c'est ahurissant. MA marche sur des œufs, et tente de remonter le niveau avec du death bien rentre-dedans pour pas que les fans ne décrochent. 10 More Dead ou encore Nevermore tentent le coup, mais à chaque fois y a plein de choses qui font tout capoter. Je ne parlerai pas de David Vincent, en totale roue libre, sinon je vais être censuré. C'est quoi cette blague "Destructos Vs The Earth/Attack" ? J'ai jamais écouté ce titre en entier jusqu'à présent, car il y a ces toutes dernières secondes. Une partie cachée, style ghost track. Ça dure 25-30 secondes, et c'est le meilleur passage de tout l'album. Sans que je le comprenne, voilà qu'on nous balance du death metal ultra brutal à la production bien plus crade, qui rétame tout sur son passage. Et voilà on comprend plus rien. On a juste envie de tabasser et de lyncher Morbid Angel. IV. Arrêtons le massacre. Ce qui est malheureux avec cet album c'est qu'il y a tout de même de bons éléments, des détails qui identifient Morbid direct. Des plans un peu moins nazes, des solos de Trey tout de même présents... Mais gâchés par plein de trucs qui vous donnent envie de jeter le CD par la fenêtre. J'ai pas envie de parler de Radikult, ce serait tirer sur l'ambulance. Morbid a complètement raté le virage techno/indus/death metal, qui sur le papier a de quoi être prometteur. Le comble de l'ironie étant la dernière piste nommé "Mea Culpa" HOW CONVE- NIENT §§ TU CROYAIS T'EN TIRER COMME ÇA CONNARD ? § Eh bien non, car il enfonce le clou dans la merde. Je ne sais pas ce qu'ils ont pris ces cons, mais je n'en veux pas. Cet album prouve à quel point un virage ou des expérimentations peuvent être totalement foireux. A ce jour, une très grande majorité de metalleux rejettent en bloc cet album. J'ose même pas imaginer ce que va donner leur apparition au Hellfest, j'ai un peu peur. Perso je vais voir Clutch sans regrets. Draxx - 76 (42lemag.fr) -
MN YEAAH La minute YEEAAAAAHH De Réchèr Nous à 42, on est trop des rebelles de la société de consommation, et on dénonce les publicités qui nous volent notre temps de cerveau disponible. Mais parfois, il faut savoir se rebeller contre cette rébellion, et louer l'indéniable aspect artistique de certaines diffusions culturalo-marchandes. En plus, ça permet d'augmenter notre marge autorisée de mauvaise foi pour d'autres articles. Le sujet d'aujourd'hui, c'est la pub Hépar. L'avez-vous vue ? Non ? Ça se passe ici : http://www.dailymo- tion.com/video/xesyae_pub-hepar- 2010_music. Pour les chanceux qui ont un anus de compétition, et n'ont donc jamais eu recours aux vertus de cette eau de source raffinée et délicate, sachez qu'elle favorise la fonction cacatale. Voilà, c'est dit. Bien évidemment, la réclame en question a pour but de mettre cette particularité en exergue. Comment le fait-elle ? Tout d'abord en adoptant un ton joyeux et primesautier, avec une musique entraînante et un feu d'artifice festif. Ce bonheur de la vie est à mettre en parallèle avec le plaisir ressenti lorsqu'on parvient enfin à expulser un étron de 3 kilos et demi. Mais ce foisonnement de youpitude seul ne suffirait pas à démontrer dans son entièreté l'efficacité du catalyseur héparien sur la fonction cacatale sus-citée. C'est pourquoi, on rajoute une couche de subtilité avec l'orientation du feu d'artifice. Contrairement aux conventions, celui-ci est dirigé vers le bas ! L'association d'idée est assez facile : caca qui tombe dans les toilettes = fusée de feu d'artifice. GG ! ! Notre référence en matière d'aigritude publicitaire, CerberusXt himself, s'était exprimé ainsi dans l'un de ses nombreux articles : "Moi que j'aimerais bien que un jour que y ait une pub sur du papier toilette où que on voit du caca pour de vrai, et non pas un beurk liquide bleu que il se fait tout absorber par la feuille, que elle est absorbante. Lol." Eh bien je trouve que la pub Hépar est une réponse possible à cette requête. Les excréments n'y sont toujours pas concrètement présents. Mais le feu d'artifice descendant parvient à les matérialiser d'une manière subtile et sobre, que j'ai personnellement trouvée très amusante. A quand la pub pour serviette hygiénique avec une photo de baleine éjectant de l'eau par son évent ? Réchèr - 77 (42lemag.fr) - YEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 2-342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 4-542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 6-742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 8-942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 10-1142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 12-1342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 14-1542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 16-1742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 18-1942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 20-2142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 22-2342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 24-2542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 26-2742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 28-2942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 30-3142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 32-3342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 34-3542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 36-3742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 38-3942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 40-4142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 42-4342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 44-4542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 46-4742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 48-4942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 50-5142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 52-5342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 54-5542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 56-5742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 58-5942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 60-6142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 62-6342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 64-6542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 66-6742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 68-6942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 70-7142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 72-7342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 74-7542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 76-7742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 78