42 n°25 jui/aoû 2011
42 n°25 jui/aoû 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 78

  • Taille du fichier PDF : 20,5 Mo

  • Dans ce numéro : atomiquement votre !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
CINEMA CRITICAGE X Men Le commencement...de la fin Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'en allant au ciné au mois de Mars, je vois une bande-annonce pour un nouveau film X Men et qui, selon ce que j'y ai vu, vite fait, allait être basé sur le comics "X Men First Class" (qui est sympa, d'ailleurs). Ceci dit, en voyant la bande-annonce, j'ai TRÈS VITE été refroidi par ce que j'y ai vu, mais après tout, c'est qu'une bandeannonce non ? Ça serait con de se faire un avis juste sur une bande-annonce (quoique ça marche pour les films de Michael Bay, mais c'est de la triche). Bref, je suis allé voir ce nouveau film des Enfants de l'Atome, bien convaincu que "de toute façon, ça sera pas pire que Wolverine". Putain, qu'est-ce que j'en ai marre de tout le temps me tromper... Apparemment, ça a commencé comme ça... Alors, euh... Par où commencer, nan, parce que y a pas mal de choses à dire hein... Je vais commencer par les deux protagonistes principaux : Charles Francis Xavier et Erik Lensherr. Le film commence d'ailleurs par un bout d'histoire de ce dernier, on y voit la première manifestation de ses pouvoirs lorsque des nazis l'arrachent à sa mère. Le petit Erik voulant rester avec sa môman manifeste son pouvoir en chahutant salement une énorme porte métallique, et il finira assommé par un garde, sous l'œil d'un médecin, qui se révèlera être Sebastian Shaw. Si la scène est de fort bonne facture (et fidèle), la présence de Sebastian Shaw m'a fait sortir mon premier "lulz" de la soirée. Le premier d'une putain de longue série... Même l'affiche craint... Sinon, après, on switch sur le petit Charles. Il est réveillé par un bruit provenant de la cuisine. Il descend, et y croise sa mère. Enfin, par vraiment sa mère puisqu'elle cette grosse cruche n'a apparemment jamais foutu un bout de talon dans la cuisine, et Charles, comme il est trop fort, il spot Mystique, déguisé en sa môman ! Et comme Charles est sympa, il propose à Mystique de vivre avec lui ! Lulz, deuxième édition. Cette scène sonne le début de la shitstorm. - 46 (42lemag.fr) -
CINEMA Même si on voit pas ça du côté "NAN MAIS C'EST WANAK PUTAIN DE MERDE D'OÙ XAVIER GRANDIT AVEC MYSTIQUE ALLO ? ? ? ? ? ", on ne peut QUE s'interroger sur l'impact d'une scène comme ça sur le script. Je sais pas moi, le bonhomme il trouve une Albanaise qui choure du pain dans la cuisine, comment il peut vendre ça à ses parents ? oO Maman, maman, y a une Albanaise à la peau bleue qui choure du pain. wat ? Mais elle est gentille, sisi. wut ? On peut la garder ? Dis, steuplé, dis oui dis oui. C'est pas un chat hein, ptit con ! Mais je m'en occuperai, je la sortirai pour faire ses besoins etc. COUPEZ !!! ! ! BREF ! Après cet interlude lulzesque, on revient sur le futur Magnéto, dont le troisième Reich voudrait tirer parti. Seulement, le petit Erik a du mal à activer ses pouvoirs. Alors, Sebastian Shaw (qui est donc un médecin nazi, je le répète, trolololololol) décide de motiver Erik en tuant sa mère, car c'est via la rage qu'Erik manifeste son pouvoir mutant. Bingo, Erik balance la sauce et ruine le labo du Herr Doktor (labo qui se trouve derrière une vitre en plexi). Je vous fais la scène, on tue la mère d'Erik devant ses yeux, et, au lieu de fumer l'autre connard avec son pouvoir (bah oui, y a plein d'objets métalliques autour de lui), il balance la purée dans un labo à côté Et non Xavier, tes doigts et ton sourcil ne pourront rien contre le casque Russe de Magnéto !!! ! puis finit bras dessus, bras dessous avec l'assassin de sa mère. YES IT MAKES SENSE !!! Ce genre de scène va préfigurer le film, car, à sensiblement chaque moment du film, on va se retrouver avec des débilités du genre, comme, en vrac : costume de Monstres et Cie, c'est pire que tout...) L'activation du pouvoir de Xavier : doigts sur la tempe, regard badass et sourcil gauche levé, c'est juste ridicule. le cendrier magique dans un bordel, qui donne accès à une salle giga secrète pour conquérir le monde, normal. l'origine du casque de Magnéto, qui aurait été fait par des Russes (je lole, je lole) Cérébra, créée par la CIA, et manipulée par des mutants non télépathes (siofhnsoîenfzêfk ; pù) La transformation du Fauve (déjà ses mains à la place des pieds, mais là, en Moira, agent de la CIA (oizsfioswdjf,mzoqv ldsvl edg) qui porte toujours des sous-vêtements de mega poufzor, au cas où elle devrait s'incruster dans un bordel undercover tuez moi, pitié. Enfin bref, y a plein de merdouilles ridicules comme ça, tout le long du film, c'est insupportable mais je vais pas vous gâcher le plaisir si vous comptez regarder le film avec des potes entre Beowulf et Turkish Star Wars. (Va vous falloir quelques litres de binouze...) Acteurs en carton + scénario en mousse = epic fail CRITICAGE Et je suis sympa, je vais même parler de la chronologie parce que sinon je vais vomir sur mon clavier et, si vous avez déjà essayé de retirer des petits bouts de gerbe entre les touches de votre clavier, vous allez vite comprendre pourquoi je veux pas recommencer. Un personnage des X-Men s'est glissé sur cet image, saurez vous le retrouver ? Bref, outre un Magnéto plutôt convaincant (si on excepte la simplicité avec laquelle on efface son dilemme moral, bah oui, les gens sont cons, donc il faut pas faire dans le compliqué, donc, zou, exit le dilemme moral !), même s'il est affublé d'un "original" rôle de chasseur de nazis avec GPS intégré (T_T), le reste du casting est légendairement lamentable. Jamais un personnage n'a été si peu convaincant que James Mc Avoy en Xavier et même Kevin Bacon s'embourbe - 47 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 2-342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 4-542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 6-742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 8-942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 10-1142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 12-1342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 14-1542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 16-1742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 18-1942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 20-2142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 22-2342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 24-2542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 26-2742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 28-2942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 30-3142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 32-3342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 34-3542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 36-3742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 38-3942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 40-4142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 42-4342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 44-4542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 46-4742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 48-4942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 50-5142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 52-5342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 54-5542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 56-5742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 58-5942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 60-6142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 62-6342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 64-6542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 66-6742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 68-6942 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 70-7142 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 72-7342 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 74-7542 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 76-7742 numéro 25 jui/aoû 2011 Page 78