42 n°24 mai 2011
42 n°24 mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de mai 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 71

  • Taille du fichier PDF : 18,1 Mo

  • Dans ce numéro : et l'homme devint gonzesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
PORTNAWAK soldats de l'Armée Rouge, qui ne devaient pas bouger d'un poil. MIOUSIK 4) Crowbar, l'oublié. Maintenant je vais vous parler d'un groupe sensas'qui est méconnu en général dans nos contrées, contrairement aux USA. Ce n'est pas non plus la même lose que Anvil, car la renommée aux USA est présente, mais en Europe on ne connaît que trop peu ce précurseur du Sludge. C'est grâce à un certain Phil Anselmo, décidément homme de goût, et originaire du même coin (Nouvelle-Orléans, Louisiana), que le groupe réussit à percer aux USA, notamment en accompagnant Pantera dans de huge tournées. La musique de Crowbar, ce serait un mélange de Doom et de Hardcore, typiquement la définition du Sludge. Un adjectif pour leur style : lourd. Vous voulez vraiment savoir ce que le mot lourd veut signifier en musique (dans le bon sens du terme obv), écoutez Crowbar. Ma barbe est la plus grosse. Une dégaine assez badass, pour une musique sans compromis. Une musique qui laisse aussi transmettre des émotions très particulières, résultat de ce mélange atypique entre doom et hardcore. La tristesse, voire le désespoir du doom se mélangeant à la force et à la brutalité du Hardcore. Un combat contre l'adversité. Ce n'est pas "ma copine m'a quitté je vais me couper les veines, le monde est trop dark lol" mais plutôt "Ouais ça me fait chier, mais putain je vais remonter la pente, je vais me refaire et je lui montrerai à cette pétasse que je n'ai pas besoin d'elle. FUCK YEAH". Crowbar c'est dur comme le pied de biche, c'est heavy as fuck, pas fait pour les sensibles, ni les tapettes emo. C'est poilu, 3 tonnes de riff dans ta tronche, mais non dénué d'émotion, ce qui fait leur grande force. Odd Fellows Rest est d'ailleurs une bonne entrée en matière, car étant leur meilleure œuvre. Des hits en barre. Et c'est franchement dommage que le groupe ne soit pas plus connu chez nous, à cause de ce style hybride, incompatible pour beaucoup. Et pourtant, c'est tellement burné. 5) Down, dream-team de badass Down est à la base un all-star band fait pour du one-shot. Des membres de légende, la crème des groupes de la Nouvelle-Orléans en matière de Stoner/sludge. Eyehategod, Crowbar, Corrosion Of Conformity... Le point commun qui rassemble les membres est bien la ville précédemment citée. Clamant haut et fort leur appartenance à cette contrée, ils reproduisent un metal lourd, groovy à mort et transpirant les bayous de Louisiane. Down c'est Phil Anselmo à la voix, Pepper Keenan (Corrosion) et Kirk Windstein (Crowbar) aux guitares, Rex Brown actuellement à la basse et Jimmy Bower à la batterie. Autant dire une troupe qui en impose. Après un NOLA de haute volée, le groupe met le projet en hiatus, pour finalement devenir un véritable projet avec leur retour en 2002. Brace for the awesomeness. Dream team de badass, pour un résultat qui en jette. Écouter Down, c'est ressentir les influences blues, aux bases du rock et plus tard du heavy metal (après tout, Black Sabbath adulait le vieux blues). C'est s'enraciner au plus profond de la tradition metal, malgré l'étiquette moderne. Les riffs dégoulinent mais sont très plaisants à écouter. Phil Anselmo prend le temps de chanter avec classe, - 68 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK sans délaisser la puissance et le côté "poing dans ta gueule". III. Petit guide du badass. Reprenons le processus de Jean-Kévin qui veut avoir le plus grand groupe de métal de la planète. Voulant surpasser ses idoles que sont Metallica et autres Cannibal Corpse, Jean-Kévin s'est jeté à corps perdu dans l'aventure et a pas mal recruté pour avoir un bon line-up. Sauf que voilà, il sait pas trop ce que sont les gimmicks à prendre pour être badass. OK, l'attitude joue beaucoup, mais être badass, c'est l'être 24/7. MIOUSIK Alors faut adopter des petits gestes de tous les jours, pour se la donner et prouver au monde ce qu'est un vrai mâle bien viril. Une pinte de bière par jour. Parce que c'est bon pour la santé et que ça fait transparaître que vous êtes un mâle qui connaît ses priorités. Toujours ramener de la bière en soirée. Vous tiendrez votre réputation. Ne pas se raser. Important d'entretenir une barbe épaisse et longue. En revanche, faut tailler pour les look-alike taliban. Après ça fait dégueulasse et pas sérieux. S'habiller à la one-again. Pas trop de baggy, mais des treillis, des baskets un peu défoncées, t-shirt aux tons bien sombres, c'est la clé. Prenez exemple sur Pantera, super hype tendance à la mode. Cracher sur les émo/tektonik. Gros bonus si vous les reconvertissez dans votre camp. TOUJOURS gueuler quand vous n'êtes pas d'accord avec un interlocuteur. Avoir un regard haineux. Toujours froncer les sourcils, montrer qu'on ne rigole JAMAIS, et que de toute façon vous n'aimez pas les choses du peuple. Croiser les bras lorsque vous êtes debout sans bouger (ex : en file d'attente). C'est valable pour les concerts. Si vous vous souvenez de mon guide sur l'attitude à avoir en concert, bah ça marche. Avoir une démarche sûre, et être droit dans ses bottes. En gros : lacez bien vos bottes ! Regarder devant soi TOUJOURS. Regarder par terre, c'est pour les émos et les dépressifs. Draxx - 69 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :