42 n°24 mai 2011
42 n°24 mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de mai 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 71

  • Taille du fichier PDF : 18,1 Mo

  • Dans ce numéro : et l'homme devint gonzesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
PORTNAWAK LE CYCLE DES MARIONNETTES plume. Et des fois on se moquait en tapant avec un bâton sur les flics (oui je sais j’insiste, mais c’est pour vous marteler la chose dans vos esprits). Au début les autorités clamaient Guignol comme un spectacle d’apologie de la débauche (mentale et sexuelle) et de raillerie contre le bon goût et les gens de bonne famille. Normal vous allez me dire : ils en prenaient plein la poire ! Mais alors d’où vient la tendance, le renversement qui a permis à Guignol de perdurer ? Des bourgeois tant décriés justement ! Car ceux-ci s’amusaient à se voir ou voir leurs voisins dans le spectre de la parodie. C’est ainsi que Guignol a commencé à s’inviter dans les salons où il jouait des pièces spécialement commandées par les mécènes. Des personnes du public étaient souvent nommées ou prises dans la trame de l’histoire (et cette pratique existe encore actuellement). Les private jokes devaient fuser. Et en s’invitant dans les beaux quartiers, il est peu à peu entré dans la bourgeoisie tout court. Voilà pourquoi Guignol est un homme droit, humaniste, qui a des convictions, mais qui est espiègle et qui n’a pas des opinions très précises car il est passé de main en main, de théâtre en théâtre, qui se sont chacun approprié le personnage à leur façon. C’est de là que vient sa force et également sa faiblesse : il est entré dans la mémoire commune au point qu’il y a des expressions à son sujet. Beaucoup de marionnettistes (pour vivre), se sont appropriés ce personnage pour développer leurs envies d’orateur en place publique (et asséner des vérités autrement qu’avec des battes de base ball). Il a pu donc vivre à travers les âges et est toujours présent car il sait s’adapter à la mode. Il a plus de 200 ans maintenant, et pourtant tout le monde connaît Guignol ! Il a même une portée symbolique mondiale ! Il est d’une certaine manière la marionnette universelle (wesh dans les dents rue sésame !) Guignol c’est pour les kevins, les kikoulols et les enfants ! Tout le monde croit que Guignol ce n’est qu’un spectacle pour enfants. C’est ancré dans la mémoire commune. Pourquoi ? C’est au XIXème siècle qu’est inventée l’enfance, c'est-à-dire le marché pour les enfants. La mode vestimentaire, les jouets et j’en passe. Avant les enfants étaient traités comme de petits adultes qui vivent dans le monde adulte, mais pour essayer de gagner plus de pognon, les commerciaux de l’époque ont créé un nouveau marché (le bon marché en tête). Guignol comme à l’accoutumée s’est donc adapté et certains castelets se sont spécialisés dans ce type de public, en gardant tout de même les bases de Guignol. Le succès a été rapide, car mine de rien cela permettait d’occuper les bambins (oui je tempère mes propos), laissant donc aux adultes le temps de souffler un peu plus. Et puis ils apprenaient les arts martiaux avec des bouts de bois, c’est pas à négliger pour se défendre dans la vie ! On peut donc dire qu’il n’y a pas de Guignol d’origine, certifié et estampillé si bien que ce personnage n'est personne et tout le monde en même temps. Mais c’est justement cela qui est intéressant : Guignol c’est Guignol ! Fin bastonneur et redoutable renard malicieux. Bobcat - 64 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK Pourquoi le métal est l'ultime musique de badass ? MIOUSIK Garanti avec 20% d’objectivité en plus. Metal par ci, metal par-là, je vous gave, quand bien même j'en chéris certains. Et c'est pas obi qui va dire le contraire, lui qui se plaint de l'arrivée massive de métalleux sur le forum, qu'il peste à chaque fois qu'on devise du nouveau Deftones avec Polo. Mais vous vous demandez, vous les détracteurs, pourquoi aime-t-on cette musique si brutale ? Pour son caractère badass ! Le rock n'a plus de gueule, n'a plus de peps, avec les Muse et cie. De la gnognote. Le hard, le metal, ça envoie du lourd, et c'est souvent utilisé pour des bandes-annonces de films bien musclés. I. Les grosses guitares, ça fait viril. Il y a un détail amusant, que j'ai déjà évoqué dans le numéro spécial gonzesse : le milieu du rock, pour faire plus général, est un monde de mecs. Voire limite macho, avant même que Gronibar ne beugle "Va Faire la Vaisselle". Un milieu exclusivement masculin, des femmes très peu présentes, qui n'osent pas prendre les devants. Gros son, grosses guitares, grosses basses... Et petit à petit, le heavy metal fait son apparition en musclant un peu plus cette formule faisant déjà fureur avec le hard rock des 70s. C'est l'époque où on cherche à faire le plus de bruit, à trouver le groupe le plus violent, le plus too much, le plus viril pour mecs. Et vas-y que je me la donne PARCE QUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE §§§§ entre potes "non mais Trust, c'est pas assez brütal, t'entends ? Motörhead, ça arrache les yeux, c'est un vrai truc de mecs ! " ou encore "Non mais Motörhead, c'est un truc de tarlouzes gays à barbe comparé à VENOM. SO TRÜE §§". Et je ne parle pas de la scène occulte, qui devait forcément regorger de groupes "cvltes" pour les trüe warriors, qui étaient bien plus brutaux et plus précurseurs que d'autres dans un domaine musical. - 65 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :