42 n°24 mai 2011
42 n°24 mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de mai 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 71

  • Taille du fichier PDF : 18,1 Mo

  • Dans ce numéro : et l'homme devint gonzesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
IRL Le pointeur ne doit jamais quitter la planche de bois sous peine de libérer l’esprit. (Un esprit allemand à la libération, je vous raconte pas.) FEAR A l’inverse, quand le Ouija n’est pas utilisé, le pointeur ne doit pas être posé dessus. (Des fois qu’un esprit veuille communiquer, si personne lui répond il est foutu de déclencher l’apocalypse, ce serait rageant.) Si un verre est utilisé comme pointeur, il faut le casser à la fin de la séance. (Et pan, 7 ans de malheur, bravo …) On arrête pas une séance à l’arrache, on demande poliment à l’esprit de retourner à ses occupations. (La pizza est prête alors t’es gentil, tu vas faire chier quelqu’un d’autre.) Mise en condition Exception faite de quelques paumés qui s’organisent des séances de Ouija comme on se prépare un ciné, il est rare de savoir quand va survenir l’expérience de la planchette en bois. Si par hasard vous avez décidé de tenter l’aventure, il va falloir commencer par préparer le terrain. Trouver une bande de potes, si possible ayant un penchant non négligeable pour la picole et les produits illicites, quelques filles impressionnables… bon quelques filles quoi, une dizaine de litres d’alcool à brûler (moins cher et aussi efficace qu’un whisky hors d’âge), et si jamais vous ne vous vous sentez pas l’âme d’un maître de cérémonie, dégotez un mec ou une fille un peu dark qui amènera la touche glauque souhaitée pour la séance à venir. Tous les éléments sont là ? Plus qu’à laisser la nature faire son œuvre. Normalement, vos potes dont les capacités mentales sont proportionnelles à leur tenue à l’alcool devraient être complètement cramés une heure après, soit 2 Malibu-Coca cul sec pour impressionner les filles. (Ne niez pas, entre 14 et 16 ans, c’est systématique, voire même des fois jusqu’à 30 ans pour les cas les plus désespérés.) Simulez une panne de courant, et lancez la phrase qui déclenchera une fin de soirée exceptionnelle : « Bon à poil les meufs, on va vous motoculter !!! » « J’ai trouvé les bougies, et avec y a une planche de Ouija, ça dit à quelqu’un ? » Les filles glousseront alors et feront mine d’être terrifiées. Car oui, le mot Ouija est encore plus flippant qu’Yvette Horner en slip. Les mecs, forts de leurs grammes douloureusement acquis, vont rire et défier cette foutue planche de bois en combat singulier, argumentant même de parties passées dans lesquelles ils ont conversé avec Lucifer ou Satan lui-même, tou- - 44 (42lemag.fr) -
IRL Le top du top, une maison à histoire, un jardin donnant sur une forêt ou sur une zone humide histoire que la brume et les bruits de la nuit viennent plomber une ambiance normalement déjà tendue comme un string taille 38 sur le cul de Maïté. Ce qu’il se passe Rien, mais rien puissance 15. Tout au plus, le verre (plus fun que le pointeur fourni avec le Ouija) bougera si vous l’aidez discrètement, ou si un de vos potes passablement éméché a le doigt un peu lourd et la coordination des mouvements complètement déglinguée. FEAR jours sous les gloussements des filles. Le plan a fonctionné, plus qu’à faire régner l’ordre et le calme et à placer les gens. Important, toujours avoir une bougie à côté du Dark de service pour l’ambiance morbide. Les lieux Comme vous êtes un peu un filou (expression sponsorisée par les années 1980), vous prendrez soin dès que tout le monde sera installé de préciser que la maison dans laquelle vous vous trouvez a été le théâtre de violentes scènes de torture de la part d’officiers nazis et qu’il n’est pas rare, la nuit, quand la Lune est voilée, que le vent ne souffle pas, que des sons étouffés proviennent de la cave aujourd’hui murée dont les briques suintent du sang. soins dans les années 1800 en se noyant dans leur vomi. Super alternative en cas de maison en bon état mais achetée toute faite, la possibilité d’avoir un ancien propriétaire qui s’est pendu dans le grenier (même si c’est très convenu) ou qui s’est fait dévorer par ses chiens (là aussi c’est du vu et revu), voire même qui a été retrouvé en pièces détachées à la sortie de son mixeur à purée ou étranglé avec du papier cul. Si les filles sont bien conditionnées, un simple bruit suffira à déclencher une scène de panique digne de l’arrivée d’un serial killer dans un film de 2nde zone. Par simple bruit, ça peut aller du frigo qui se déclenche au craquement d’une branche sous l’effet du vent en passant par un de vos potes qui retapisse ses pompes dans un gros Bleuarg très raccord à l’ambiance imposée. D’ailleurs si vous êtes créatif et réactif, ce son peut très bien provenir de derrière l’imposante et sombre armoire normande fichée au fond de la pièce, vous l’avez clairement entendu juste après avoir senti un souffle froid dans vos jambes. Votre jeu d’acteur, même pitoyable, devrait suffire à installer une hystérie collective qui est une vraie aubaine pour les témoignages à venir. Il faudra cependant reprendre le contrôle rapidement pour mettre fin à la séance, bien évidemment sans demander l’avis du supposé esprit, et en n'oubliant pas Évidemment, si la maison en question est celle que vos parents ont faite construire y a 3 ans, il va falloir trouver une autre solution. Le cimetière indien étant complètement passé de mode, il serait bon de mentionner un ancien champ de bataille ayant vu tomber de nombreux soldats dont les corps ont été enterrés sur place par manque de temps et sans cérémonie, ou l’emplacement d’un très ancien sanatorium dont les patients tuberculeux sont décédés faute de - 45 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :