42 n°23 avril 2011
42 n°23 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de avril 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 81

  • Taille du fichier PDF : 19,9 Mo

  • Dans ce numéro : world invasion, battle Los Angeles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
BD/COMICS La trilogie LITTÉRATURE de la lune Et si pour une fois c’était la France qui recevait des extraterrestres ? On croit toujours que la science-fiction c’est l’apanage des américains, mais c’est faux ! On en est quand même les inventeurs ! Le plus grand maître incontesté est Jules Verne, mais n’oublions pas que le premier écrivain de science-fiction, le vrai Cyrano de Bergerac, a imaginé un voyage merveilleux sur la Lune ! Évidemment les productions américaines ne cessent de débouler dans les cinémas depuis des décennies, mais ils se servent quasiment toujours chez les écrivains français ! Un exemple ? Pierre Boulle et la planète des singes. En tout cas il est clair qu’une pépinière d’auteurs existe, et bien de chez nous ! C’est un auteur un peu spécial, de nom de plume Johan Heliot. Prof de français et d’histoire, il s’est fait remarquer au début des années 2000 par un roman incroyable et décalé « La Lune seule le sait », gagnant carrément le prix Rosny. Il signera plus tard deux autres livres formant pour le moment une trilogie. Une histoire mêlant tellement de choses qu’elle est difficile à qualifier. C’est sans conteste uneuchronie, mélangeant du neo-rétro steampunk. Non je vous rassure j’ai rien fumé, j’ai juste mangé des lasagnes à midi. Comment expliquer cela ? Par vous expliquer l’histoire sans trop vous spoiler, car c’est une série qui mérite largement d’être découverte ! Uchronie keskimdi ? Il s’agit d'un genre littéraire assez simple à comprendre : on réécrit l’Histoire à partir d’un fait précis et on invente ce qui pourrait se passer ensuite. Étymologiquement, cela veut dire « non temps ». Que se serait-il passé en Gaule si César n’avait pas foutu le boxon ? Que se se- - 54 (42lemag.fr) -
BD/COMICS de leur côté sur la face cachée de la Lune. Bref la collaboration apporte beaucoup d’avancées technologiques, mais un régime encore plus totalitaire. Ça semble mal parti non ? Notre histoire commence 10 ans plus tard en 1899. Un bateau venant de l’île de Guernesey arrive à Brest. Le vieux barbu Jules Verne descend. L’homme de tous les rêves est revenu de son exil en mission secrète pour Barbirossa, surnom de Victor Hugo. Son but : retrouver Louise Michel (grande figure des communards) et espionner ce qui se trame sur la base Cyrano, là-haut sur la Lune. Pour les besoins de sa couverture, Jules reprend son métier de journaliste et prétend faire un reportage sur la base pour relater la gloire de la France. Se dirigeant vers la capitale, il prendra la nef Paris- Lune qui part depuis la tour Eiffel vers un voyage incroyable … mais terriblement dangereux. LITTÉRATURE rait-il passé si Darwin avait fermé sa gueule ? Que se serait-il passé à 42 si Draxx aimait l’emo R’nB à l’harmonica ? L’idée de base de notre série est simple : 1889 durant l’expo universelle à Paris (où est présentée la tour Eiffel) débarquent les Ishkiss, race extraterrestre ectoplasmique. Ce sont des maîtres de la compréhension biologique et du vivant, mais de grosses quiches en métallurgie. Les humains, eux, savent manipuler le métal. Tout semble donc mener à une complémentarité et ces « fantômes » scellent une alliance alors avec Napoléon III (surnommé Badinguet, clin d’œil à son évasion sous Louis Philippe) et la France devient alors la première puissance mondiale sur tous les plans (et surtout militaire) ! Despote tyrannique, Napoléon III augmente son armée et sa police avec de nouvelles armes et des insectoïdes renforcés de métal. Il écrase le peuple par la répression, la censure et broie les contestataires. Le bagne de Cayenne est transféré sur la Lune dans la base Cyrano. En gros tous les communards de 1871 se retrouvent encore plus réprouvés… sur la Lune, à construire la base militaire du despote (car quitte à être un tyran sur Terre, autant l’être dans les étoiles). Les Ishkiss ne se mêlent pas à la population sur Terre, préférant rester ENFIN une histoire que ne se base pas sur la révolution industrielle à l’époque victorienne de ces chiens d’anglais ! Ça change et ça fait plaisir surtout, car on se libère pour une fois de cette époque tellement utilisée dans les livres et le ciné ! L’idée de l’uchronie c’est de s’inspirer de l’Histoire de France. Heliot étant prof, les faits repris et la description sont très précis, et surtout utiliser de vraies personnes comme héros est tout à fait génial ! Qui de mieux que Jules Verne pour faire un voyage vers la Lune, alors qu’il l’a lui-même rêvé ? Le style est très facile à comprendre et on ne s’ennuie jamais. Il y a des interludes entre les chapitres qui vous narrent ce que complotent les félons dans l’ombre (car sinon il n’y aurait pas d’histoire). Heureusement il n’y a pas beaucoup de scènes d’action à la Star Wars avec des échanges de coups de feu dans tous les sens. C’est bien structuré et on sent parfaitement le côté « infiltration ». En tout cas tout à fait passionnant et une très belle innovation car ce n’est pas exactement du steampunk. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, il s’agit d’imaginer un monde qui ne connaît pas la révolution électrique, et reste cantonné à la révolution de la vapeur (steam). Le film Wild Wide West est un bon exemple avec la chaise roulante du méchant ou sa machine araignée. L’idée de mode et graphique du steampunk reste souvent dans le genre far west justement, mais ce n’est pas une obligation. Eh bien pour la Lune, ce n’est pas tout à - 55 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :