42 n°22 mars 2011
42 n°22 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : comment ne pas devenir riche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
PORTNAWAK « Coucou, tu veux voir ma bite ? » ARTICLE INVITÉ Outre les réseaux « génériques », il y a les réseaux de « rencontre ». Meetic par exemple, te permet à toi, lecteur bulgare acnéique et sans emploi, de rencontrer Rachèle, 20 ans, mannequin international qui gagne 12 000 € /mois, et de lancer une grande histoire d’amour entre vous (bon en vérité, Rachèle est probablement un éboueur transsexuel brésilien prénommé Jean-Robert, mais l’amour est aveugle, n’est-ce pas ? Sans vouloir dénigrer ce genre de plate-forme (qui ont parfois du succès), il y a une certaine tendance au « Slt, asv lol, tu béz ? ». Et mesdemoiselles (ne vous cachez pas, je sais que 42 a au moins … 2 lectrices !), si vous n’aimez pas être abordée par ces gros tas mal élevés qui, plus tard, feront des époux plus que parfaits, Adopte Un Mec vous ouvre ses portes ! Repoussant les barrières plus facilement qu’un chariot à l’entrée du Carrefour du coin, AUM vous propose de faire vos courses dans un supermarché. Ajoutez les « produits » (hommes) qui vous intéressent à votre panier, et n’engagez la conversation que s’ils vous paraissent convenables. Plus fort que le Roquefort … heu pardon, que les agences matrimoniales ! (Je me décharge de toute responsabilité en cas de retour négatif si vous essayez de faire la même chose en mettant le vendeur de Carrefour dans votre caddie, non mais sans blague !) J’ai déjà évoqué tout à l’heure Skyblog, qui est la plate-forme bien connue de blogs aux couleurs si éclatantes que même Gilbert Montagnier parvient à les distinguer. Et bien, il existe aussi une espèce de réseau associé, Skyrock, qui permet aux apprentis Balzac (comprenez, les skybloggeurs) de rencontrer d’autres ados pré pubères/émos dans la joie et la bonne humeur. L’idée même de voir une discussion entre deux kikoolol vous dégoûte ? Passez votre chemin. Maintenant, dirigeons-nous vers une activité bien plus saine. Si tu fais partie de la classe des gens plus âgées, alors cher lecteur, que diraistu de retrouver tous tes anciens camarades de classe ? Oui, les anciens potes que tu pensais avoir perdus de vue. D’ailleurs, il y a aussi le gros boutonneux, la bimbo, le matheux, le type qui fait tout le temps « Ha Ha ! », le fils du chef de la police, le correspondant bavarois, les jumelles chiantes ; tu sais, tous ces gens que tu pensais – et aurais préféré – avoir oublié. Et bien tu peux tous les retrouver sur le réseau social « Copains d’avant » qui te mettra en relation avec tous tes gentils tortionnaires qui te tabassaient à la récré ou avec tes supers anciens potes qui ont vachement mieux réussi que toi dans leur vie. Ensuite, tu pourras déprimer, éventuellement être harcelé, ou encore même subir la vengeance de certains anciens camarades qui n’ont pas apprécié ta dernière farce. Oh, et tant que j’y suis, j’aimerais vous faire partager le trailer du prochain blockbuster français : Le Réseau Social (http://www.dailymotion.com/video/xfh 33d_ba-le-reseau-social-m-boublil-gouioui-k-razy-lefred_fun), qui s’inspire évidemment du succès retentissant du film « The Social Network » sur Facebook. Vous l’aurez compris, je reste sceptique sur l’utilité de tels réseaux (bien qu’étant utilisateur de Facebook), qui, malgré un but plutôt honorable consistant à rassembler les gens, tendent finalement à créer plus de situations embarrassantes que de bonnes surprises, surtout qu’elles aspirent plus à créer une ambiance de flicage plus ou moins difficile à contrôler. Sur Facebook, le contrôle des paramètres de confidentialité n’est pas évident, et il est impossible de l’affiner correctement. Ainsi, le mur ne peut pas être masqué partiellement. Ce qui permettrait par exemple d’éviter que les posts de Mamie Suzette, qui vous surnomme « Roudoudouchou », sur votre Mur, soient visibles par vos collègues/potes. Pourtant, une lumière est apparue récemment, avec l’apparition du projet open-source Diaspora. Le concept ? Un clone libre de Facebook, avec un contrôle total de l’utilisateur sur ses données. Comment est-ce possible ? Diaspora n’est pas un site web, mais un logiciel. Les données que l’utilisateur veut partager sont stockées sur son ordinateur. Pas de données hébergées sur - 78 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK D’ailleurs bizarrement tous ces gens s’appellent Stranger, à croire que c’est un prénom extrêmement répandu hors de France. Si les conversations étaient sûrement normales pendant les dix minutes qui ont suivi l’ouverture du site au public, aujourd’hui, c’est surtout la foire à un grand n’importe quoi, donnant parfois des perles inestimables. Mais plus puissant encore est apparu Chatroulette. Reprenons l’idée d’Omegle : Mettre un internaute sur un chat Ajouter un deuxième internaute ? ? ? PROFIT !!! Et bien un jeune Russe (imbibé de vodka, sûrement, c’est un pléonasme, je sais) a eu la brillantissime idée de faire pire. ARTICLE INVITÉ un serveur donc. Par ailleurs, l’opensource évite de mauvaises surprises de fuite de données. Encore en alpha actuellement (seuls les développeurs peuvent utiliser le réseau), une release beta publique est prévue pour la fin de l’année et, selon les développeurs, le projet avance très bien, fort d’un solide investissement de la part des contributeurs, de nombreux bugs ayant été corrigés. Décidément, Mr. Zuckerberg va peutêtre devoir se rallier à l’avis de SteveBallmer : le libre est un cancer qui atteint tous les domaines de l’informatique. A côté de ces réseaux sociaux génériques, il existe des réseaux plus spécifiques, sans toutefois en devenir de simples forums. La vogue est aux réseaux à vocation artistique, qui mettent en relation des artistes (amateurs ou non) avec les internautes. Par exemple, FlickR permet de partager de nombreuses photos à travers des albums et de les publier sur le Web (soit des photos personnelles, soit pour exposer son travail de photographe), alors que MySpace, en plus de son rôle communautaire classique – similaire à Skyrock & Co – est maintenant bien plus utilisé par des musiciens pour faire découvrir leur groupe ou leur style. Similaire, DeviantArt qui est une galerie d’exposition pour les travaux graphiques, quels qu’ils soient (thèmes pour logiciels, dessins, infographie …), permet de les partager avec le monde. Random : quand le hasard s’en mêle Mais le Web 2.0 ne serait que le Web 1.5 si l’on n’avait pas poussé l’interactivité encore plus loin et élargit le champ d’interactions des internautes à cette foule mondiale d’inconnus qui nous sont (admettons-le) parfaitement indifférents. Pourtant, rien de mieux que de parler du beau temps (ou de cul, parce que le cul, c’est bien aussi) en toute anonymat avec un autre internaute tout aussi anonyme. Par exemple, la messagerie instantanée en ligne Omegle te permet à toi lecteur de rencontrer et de discuter avec un inconnu choisi au hasard parmi tous ceux connectés en même temps que toi. - 79 (42lemag.fr) - Le concept de Omegle, c’est-à-dire : deux internautes pris au hasard qui discutent, a été repris mais … avec webcam. L’idée aurait pu paraître géniale si l’imbécilité humaine n’avait pas été gravement sous-estimée (après tout, c’est dur de se représenter l’infini mentalement, alors l’estimer, vous imaginez bien ma brave dame !). Ainsi donc, de nombreux utilisateurs de ce service ont une pathologie mentale assez grave, la génitalodanspantalocaméraphobie qui les empêche de porter un pantalon et des sous-vêtements lorsqu’ils sont face à une webcam. Malgré tout, entre deux exhibitions de parties, vous pourrez peut-être avoir la chance de croiser … qui a dit des tits ? è_é Namého, bande de Pères Noël pré-Coca Cola ! (vous savez, alors qu’il était en vert) … Non, vous pourrez peut-être croiser Merton, le pianiste qui vous improvisera une petite chansonnette ! (http://www.youtube.com/watch ? v=JTw Jetox_tU) Ainsi donc s’achève notre délicate croisière au pays des réseaux sociaux. Mais après tout mes petits geek, nous savons tous qu’en tant qu’êtres associables, nous ne risquons presque rien. La vie du petit geek n’est-elle pas aussi paisible que le trajet d’un paquet le long du câble RJ45 qui traverse nos logements ? Alors, si un jour l’envie de vous inscrire à sur un réseau social vous vient : asseyezvous, et attendez que ça passe … ou cédez au côté obscur de la Force et rejoignez Diaspora ! Altay



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :