42 n°22 mars 2011
42 n°22 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : comment ne pas devenir riche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
PORTNAWAK Réseaux Sociaux ARTICLE INVITÉ sur le Net Quand Panurge rencontre Big Brother Par définition, un réseau social est un ensemble d’individus reliés entre eux par des interactions sociales. En 12 000 av. J-C, on peut facilement imaginer le genre de liens sociaux tissés par les hommes entre eux (taper sur la gueule et/ou copuler, selon le sexe des protagonistes). Bien entendu, en gens bien civilisés que nous sommes devenus, l’humanité a apprivoisé le langage – et, à ce qu’il paraîtrait, la politesse – puis la lettre, le téléphone, le minitel et surtout ze freakin’Internet. A chaque innovation, Homo Sapiens en a profité pour modifier sa conception du réseau social. Et aujourd’hui, les réseaux sociaux existent sur Internet, pour le meilleur, et – surtout – pour le pire. Car comme le dit bien la formule consacrée, mettez des hommes, des femmes, secouez le tout et *paf ! *, ça fait des Chocapics. Un réseau social sur Internet ça donne quoi ? En gros, il s’agit d’utilisateurs qui peuvent interagir entre eux librement par le biais d’un site, tout en permettant l’accès à une page personnelle « censée » les représenter (c’est donc plus qu’un forum). Du coup, pas besoin de contact direct, physique ou vocal, avec Jean-Mouloud qui vous casse le cul avec ses théories du complot sur la hausse des prix des arachides en Colombie*. On peut aisément distinguer 3 grands types de réseaux : Recherche contact social Recherche partenaire sayssouel Déballe ta vie Toi lecteur, qui passe ta vie enfermé dans une cave/grenier/salle avec un ordi à fapfap, lis cet article, et tu apprendras à utiliser ces réseaux et à partir à la rencontre de la société\o/*D’autant plus qu’il a été prouvé que cette théorie du complot est un hoax monté par Nestlé avec l’aide de la CIA afin de faire couler l’agriculture des arachides en Amérique du Sud, dans le but d’écouler leurs propres produits nourris aux OGM. Mais tout cela est bien entendu confidentiel. Les réseaux généraux L’archétype du réseau social « générique » probablement le plus connu est Facebook (traduction : « trombinoscope »). Mais si, vous savez bien, ce truc créé par un étudiant aussi mal fringué que SteveJobs qui rassemble 500 millions de personnes dans le monde. Oui, c’est ça, ce même site dont la politique de confidentialité est aussi transparente que du granit ! Bien, vous voyez de quoi je veux parler ? Et bien ce site est un réseau social, au sens le plus terre à terre du terme. Il permet aux usagers inscrits de - 76 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK créer leur profil – leur mur « personnel » - et d’interagir avec leurs amis, terme sur lequel nous reviendrons. Mais soyons sérieux, quand je dis « interagir », cela dépasse le vulgaire « chat » ou l’envoi de blagues. Non ! Vous pouvez faire plein de choses avec Facebook ! Par exemple, vous pouvez faire le test psycho d’une importance capitale, comme découvrir votre pourcentage de karma hippie selon la couleur de vos poils sous les bras, puis partager ce résultat avec tous vos amis.\o/Bien entendu, vous autorisez aussi par la même occasion l’auteur de l’application à accéder à vos données ainsi que l’application à publier sur votre mur sans votre consentement. Mais ce n’est pas grave, comme disait Eric Schmidt, pourquoi se cacher si on n’a rien à se reprocher ? Petit Beurre, c’en est un croyez-moi !), on se rend bien compte qu’au final, Facebook permet ce que permettait Skyblog en son temps : permettre à tout un tas de gens de faire « partager » à leurs connaissances l’intégralité des passages les plus inintéressants de leur vie. Rends toi compte lecteur, tes amis ne quitteront te plus, et ils te feront eux aussi partager leurs grands moments d’émotion, comme quand Louise-Rose a publié « Louise-Rose é fol Dmossion kar el a retrouV sa broce a chevE BaRbi 2 kan el été petite !!! ». Et oui, c’est aussi (et surtout) ça Facebook. Mais n’oublions pas que Facebook vous permet de rester en contact avec vos « amis ». J’aimerais revenir quelques instants sur ce terme. De tout temps, les réseaux dits « sociaux » ont voulu donner un côté convivial à leur utilisation et cela passait essentiellement par le fait de « rapprocher » les gens. Ainsi, sur MySpace, Skyblog, et Facebook, vous avez des « amis ». Terme trompeur s’il en est, puisque ces amis auront alors accès à toutes vos données. Je doute que tout le monde considère ses collègues de bureau comme des amis, tout comme Tante Thérèse qui a découvert Facebook grâce à votre cousin qui a eu la merveilleuse idée de lui montrer votre compte. C’est alors à vous d’organiser vos contacts de la bonne façon et de leur donner différents droits d’accès, sinon Mamie Martine et votre boss pourront à leur guise regarder les photos de votre dernière cuite sur lesquelles votre nom à été apposé par vos « supers potes qui ont tout posté sur Facebook ». D’ailleurs, cher lecteur, tu voudras certainement effacer ces preuves terribles de ta décadence morale, mais tu ne pourras point ! Tout ce que tu pourras faire, c’est effacer ton nom de la terrible photographie qui pointe son doigt libidineux (et accusateur) vers toi. Bien entendu, seul celui qui a posté la photo peut la supprimer. Par ailleurs, Facebook a évidemment tous les droits sur le contenu qui est hébergé sur ses serveurs. Mais après tout, soyons confiants, Monsieur Zuckerberg a sûrement lu Orwell et sait très bien comment s’y prendre pour que la transition soit invisible, et (presque) indolore. Et puis après tout, même Dark Vador est sur Facebook ! ARTICLE INVITÉ L’autre phénomène sur Facebook, ce sont les groupes et les pages de « fan ». Vous pouvez rejoindre ces groupes et montrer au monde que vous êtes fan de tel fabricant de processeur – pour les geek –ou alors rejoindre le groupe « Pour ceux qui pissent dans la douche », ou encore celui des « Fans du pr0n de poneyz hardcore ». Bref, il y en a pour tous les goûts, et tous vos amis peuvent vous suivre dans vos péripéties. Mais le top, c’est bien de partager votre statut, pour que vos amis soient au courant de votre vie palpitante. Hop, on publie « Jean-Kévin est content car il a mangé un petit beurre », et tout de suite « Rachid-Bob aime ça », car oui Jean- Kévin et Rachid-Bob aiment bien manger des petits beurres ! A travers cet éblouissant moment d’émotion (pour un membre de la secte des Adorateurs du - 77 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :