42 n°22 mars 2011
42 n°22 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : comment ne pas devenir riche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
PORTNAWAK HISTOIRE DONT VOUS ÊTES LE HÉROS ambiant. Interprétant votre inaction comme une autorisation, vos élèves passent au cran supérieur. Le bruit de la classe atteint des niveaux de turbines d’avion remplies de verre pilé et lancées à plein régime dans un champs de gravier, c’est insupportable mais vous tenez bon… …pendant quelques secondes car, lorsque les élèves commencent à jeter chaises et tables à travers la classe, vos nerfs lâchent. Toute la rage accumulée, toute votre haine enfouie sous des monceaux de zénitude resurgit en flots incontrôlables tel un ras-de-marée de pure violence. Vos sens et votre force sont exacerbés par cet afflux de rage. Vous voyez le monde comme si celui-ci tournait au ralenti. Vous vous sentez invincible, vous êtes invincible ! Tout en esquivant avec facilité les petits projectiles que l’on vous jette au visage, vous repérez un élève en train de balancer sa table dans votre direction. Vous poussez un hurlement rauque de possédé. En prenant appui sur votre bureau, vous vous propulsez dans les airs pour intercepter le mobilier-projectile. Vous parvenez à agripper un des pieds avec votre main et, profitant de son inertie, vous faites un tour sur vous-même pour retourner l’objet à l’envoyeur avec une puissance décuplée ! L’impact est dévastateur, des élèves sont projetés de toute part et certains, blessés, commencent à gémir "il faut que j’aille à l’infirmerie monsieur, mdr ! ". Vous n’entendez pas leurs plaintes, la pulsation du sang dans vos tempes est assourdissante et vous cherchez déjà une autre cible sur laquelle déverser votre hargne. Vous ressentez une vive douleur dans votre dos. Vous faites volte-face, bien décidé à punir dans le sang le mécréant qui a osé s’en prendre à vous. Votre agresseur est un homme en blouse blanche armé d’un étrange fusil. Vous vous apprêtez à lui foncer dessus quand vos jambes se dérobent sous vos pas. Vous vous effondrez de tout votre long, incapable de bouger. L’homme à la blouse s’approche et murmure à votre oreille : "Voilà, tout doux. C’est fini maintenant, tout va bien se passer. Un gentil monsieur en blouse blanche comme moi va vous mettre un joli gilet avec les manches qui s’attachent dans le dos. Ensuite on vous amènera dans une chambre rigolote avec des coussins tout partout, même au plafond." Incapable de résister plus longtemps au somnifère que l’on vous a injecté, vous plongez dans les abîmes du sommeil. GAME OVER. - 13 - Vous ne voyez aucune raison de faire dans la surenchère pour votre premier contact avec votre classe. Après tout, première impression ou pas, ils finiront bien par connaître votre vraie personnalité pendant l’année, alors à quoi bon ? C’est donc, aussi serein que possible que vous ouvrez. Sans le filtre de la porte, le bruit à l’intérieur de la pièce est assourdissant "ils ont bouffé une rave party ou quoi ? ? ! ! ". Ce n’est pas le moment de vous laisser démonter et vous allez, toujours aussi calmement, vous installer à votre bureau. Une fois assis vous tentez un "Bonjour tout le monde, je suis votre nouveau professeur de mathématiques". Faire un signe de la main à Gilbert Montagné aurait été plus efficace. Personne ne fait mine de remarquer votre présence. Il faut vous rendre à l’évidence, pour cette classe de mongolo il va falloir faire plus qu’être décontracté pour obtenir des résultats. Vous ressortez de la classe sans qu’un seul élève ne se retourne vers vous, bien trop occupés qu’ils sont à ne rien faire. Vous refermez délicatement la porte et prenez une longue inspiration. On refait la même mais en pas pareil. Si vous décidez d’y retourner en mode - 62 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK bourrin, rendez-vous au 9. Si vous voulez jouer la carte de l’humour, rendez-vous au 6. Si vous préférez rentrer chez vous faire des trucs plus intéressants comme jouer à des jeux vidéos ou brosser un poney, vous avez ma bénédiction mais ce sera GAME OVER quand même ! - 14 - Excédé, vous empoignez le téléphone et appuyez nerveusement sur le bouton pour décrocher. Prenant un grand coup votre respiration, vous lâchez d’une traite : "Vous savez l’heure qu’il est ? 8h20 ! A cette heure-là n’importe quel gosse qui va à l’école est justement DANS l’école alors vous allez arrêter d’insister avec votre appel à deux balles ! En plus vous faites partie de ces relous qui laissez sonner un téléphone 500 fois ! Bah oui, sait-on jamais, des fois qu’on ne l’ait pas entendu les 499 fois précédentes !!! ! 1" - 15 - Assez ri, vous ne pouvez pas laisser votre autorité être sapée de la sorte. Vous vous approchez du bureau de l’élève insultant, bien décidé à utiliser sur lui la technique ninja ancestrale dite du "chacal faisandé des plaines". Vous pointez du doigt un point aléatoire de son bureau et dites, l’air menaçant, "Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? " (par souci de politesse il est possible de dire "Qu’est donc cette maison de passe ? "). Comme prévu, le mécréant ne peut s’empêcher de regarder votre doigt. Profitant de la diversion, vous saisissez l’arrière de son crâne et vous projetez sa tête d’un grand coup sec sur le bureau. L’élève, assommé et le pif en sang, gigote spasmodiquement au sol. Pour faire bonne figure, vous lui donnez deux trois petits coups de pied dans le bide selon une autre technique ninja dite de "la grosse pute du désert". Votre besogne terminée, vous parcourez la classe du regard "Le prochain qui bronche, c’est Bagdad dans ses fesses ! ". Le silence terrifié des élèves n’est troublé que par une quinte de toux. Une quinte de toux ? Pris d’un terrible doute, vous faites volte-face pour vous retrouver face à face avec le proviseur du Lycée ! Son regard désapprobateur ne laisse pas de place au doute, il a assisté à toute la scène. Dommage, une fois en prison pour "agression sur mineur", c’est dans vos fesses qu’il y aura Bagdad ! GAME OVER. - 16 - Vous sentez un afflux de rage monter en vous. De quel droit le recteur se permetil de vous parler ainsi ? Le fait d’avoir un poste important lui donne-t-il l’autorisation de perturber votre cours sans que vous ayez votre mot à dire ? Ici, vous êtes le seul maître à bord et ce n’est pas un rond de cuir le cul vissé au chaud dans un fauteuil loin du front qui va vous apprendre la vie ! ! "Écoutez-moi bien espèce de nase ! ! Vous avez confondu recteur avec rectal pour essayer de me la mettre profond comme ça ? ? Ici c’est mon cours et votre fils n’a pas plus de droits simplement parce que vous ne vous sentez plus péter avec votre minable pouvoir ! " hur- HISTOIRE DONT VOUS ÊTES LE HÉROS Un blanc de quelques secondes répond à votre cri du cœur puis, une voix rauque se fait entendre à l’autre bout du fil. "Je suis Jean-Raoul Du Krikidéssoule, recteur d’académie ! Passez-moi mon fils immédiatement et croyez-moi, vous allez entendre parler de moi". Si vous voulez expliquer votre façon de penser à ce recteur qui se croit tout permis, rendez-vous au 16. Si vous préférez faire profil bas et transmettre l’appel, rendez-vous au 18. - 63 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :