42 n°22 mars 2011
42 n°22 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : comment ne pas devenir riche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
PORTNAWAK HISTOIRE DONT VOUS ÊTES LE HÉROS turbable, vous reprenez la rédaction de votre cours "1.1 - Le Logarithme Népérien de 1930 à nos jours" sauf que, cette fois-ci, vous prenez grand soin d’appuyer fortement sur la pointe de la craie. Le bruit strident produit est atroce mais vous vous en fichez, vous vous êtes entrainé de longs mois en écoutant en boucle l’intégrale d’Hélène Ségara. Miracle, le bruit dans la classe se calme, les élèves sont bien trop occupés à se boucher les oreilles. Vous poursuivez en écrivant normalement "1.2 – Le Logarithme et son implication dans la révolte du Pérou oriental.", et, presque automatiquement, le bruit recommence dans la classe. Qu’à cela ne tienne, vous reprenez l’écriture stridulante pour calmer leurs ardeurs "1.3 – La thermodynamique du Logarithme". L’idée est de leur faire associer leur boucan à la douleur, pour que, par réflexe, ils aient peur de souffrir dès qu’ils ouvrent la bouche. Après quelques minutes à ce régime, l’association semble s’être faite dans la tête de vos élèves et le calme règne. Vous poursuivez tranquillement votre leçon, rendez-vous au 11. - 5 - Pour asseoir encore plus votre avantage psychologique sur la classe, vous commencez à arpenter de long en large les rangées de tables sous le regard terrifié des élèves. "Vous n’êtes que des merdes ! Vous êtes même tous tellement merdiques que vous avez dû être chiés par une merde ! De chien ! Malade ! De l’anus ! Dans ma grande bonté, j’ai accepté de supporter votre pestilence pour vous apprendre l’art merveilleux des chiffres et comment vous me remerciez ? En beuglant comme des truies dès que j’ai le dos tourné ! Vous n’êtes rien et je vous offre tout, je vais faire de vous des calculatrices vivantes, plus aucune multiplication n’aura de secret pour vous et vous passerez ainsi du rang de chiasse humaine à sous-hommes, je ne peux pas faire de miracles non plus ! ". Vous vous approchez d’un élève qui sourit à votre discours. Vous le chopez à deux mains par le cou et approchez votre visage à quelques millimètres du sien. En postillonnant autant que possible vous beuglez : "Alors tu fais le mariole espèce de petite déjection de fennec ? ? Tu te crois plus malin ? ! ! Mais tu es une diarrhée comme les autres ! Répète après moi : je suis une merde mais j’aime les maths ! " "Veu fui une merde mais vaime les mafs" répète l’élève à moitié en train de se noyer dans vos crachats "Plus fort ! ! " Emporté dans votre élan, vous n’avez pas remarqué une présence qui vous observe depuis quelques minutes dans l’encadrement de la porte. Le proviseur, alerté par votre explosion de porte, est venu voir ce qui se passait ! "Lâchez tout de suite cet élève ! ! ". Visiblement, il n’est pas très satisfait de vos méthodes d’enseignement révolutionnaires. Encore une chochotte, pensez-vous. "Nous ne sommes pas à l’armée ici ! Venez dans mon bureau tout de suite ! ! ". Ces mots résonnent comme une révélation et vous répondez : "Vous avez parfaitement raison ! Ma place n’est pas ici ! Je vais m’engager dans l’armée et votre bureau vous pouvez vous le mettre dans l’anus même si c’est anatomiquement impossible espèce de lavette ! ! ". A ces mots, vous sortez de la classe sous les vivats des élèves ! Vous avez le cœur serein car vous avez enfin trouvé votre véritable destin ! GAME OVER quand même parce que c’est un "cours dont vous êtes - 58 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK le héros", pas "le service militaire dont vous êtes le héros". Faut suivre un peu namého ! ! 1 - 6 - Vous n’êtes pas adepte de la violence, vous préférez tenter de bâtir une relation décontractée avec vos futurs élèves et pour cela, quoi de mieux qu’un brin d’humour ? Bien sûr, être drôle n’est pas donné à tout le monde, vous en êtes bien conscient, malgré tout, vous restez très confiant. Votre petit neveu de 5 ans vous trouve hilarant donc il n’y a aucune raison pour que votre humour décapant ne fonctionne pas parfaitement sur une classe pleine d’individus ayant un âge mental à un chiffre. Le public est difficile mais vous n’êtes pas du genre à vous décourager facilement ! Vous vous précipitez derrière votre bureau pour le clou du spectacle. Vous lancez à la cantonade "ça alors, il y a une cave sous le bureau ! " et vous avancez latéralement derrière en vous accroupissant progressivement à chaque pas. Là encore, l’illusion d’être face à un véritable escalier est parfaite ! Malheureusement, votre prestation laisse tout le public dans un profond état d’hébétement. Tout le public ? Non, au premier rang un élève lance : " Qui est cet enfant illégitime ? Va donc faire l’amour à ton groupe ethnique ! " (Traduction en bon Français pour le confort des lecteurs de "Vazy c’est qui ce bâtard ? Va niquer ta race ! "). A ces mots, la classe éclate de rire. Si vous voulez exercer de la violence physique à l’encontre de l’élève moqueur, rendez-vous au 15. Si vous voulez exercer de la violence morale à l’encontre de l’élève moqueur, rendez-vous au 20. Si vous préférez l’ignorer totalement et enchaîner avec votre cours maintenant que vous avez capté l’attention de la classe, rendez-vous au 17. - 7 - Vous devez agir vite pour bien montrer à tous ces morveux que l’humour n’est pas un sujet de plaisanterie ! Vous hélez le comique troupier de la classe. "Ah ah ah, Logarithme népérien pour attendre, hilarant, vraiment ! Tu sais qui aimait ce genre de blagues pourries ? " "Euh, non, lol" répond l’élève quelque peu surpris par le ton glacé de votre voix "Les Nazis !!! ! ! 1 Alors tu vas me faire plaisir d’arrêter tout de suite l’humour de merde ! ! 1 Tu as la moindre idée du nombre d’hommes et de femmes qui ont donné leur vie pour que le Logarithme soit pris au sérieux ? " HISTOIRE DONT VOUS ÊTES LE HÉROS Prenant votre courage à une main et votre sacoche dans l’autre, vous ouvrez grand la porte. Histoire de faire une entrée en fanfare, vous vous jetez en glissade sur les genoux jusqu’au milieu de la pièce en criant "Whiiiiiiiiiiiz". C’est bon, vous avez réussi à capter l’attention de votre public, il faut enchaîner pour ne pas laisser retomber l’émerveillement. Vous vous approchez d’un élève et vous agrippez son nez entre votre index et votre majeur. Vous retirez votre main en tirant légèrement sur le nez de l’élève avant de placer votre pouce entre vos doigts. Grâce à cet habile stratagème, l’illusion d’avoir volé son nez est parfait. "Il est où le neznez ? ? Il est où ? ". Étrangement, votre "victime" ne réagit absolument pas comme votre neveu. Il y a bien quelques gloussements au fond de la salle mais à part ça, rien. - 59 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :