42 n°22 mars 2011
42 n°22 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : comment ne pas devenir riche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
IRL tout et je vais faire de ce pas une réclamation. Je reviens. PSYCHOLOGEEK Cinq minutes plus tard, une marque de pied sur les fesses Hum. Bon. Les gamins, donc, sont violents. Mais les gamines ? Eh bien on assiste à un phénomène inversé. Elles sont amoureuses de leur père et considèrent leur mère comme une rivale. Elles essaient donc un certain temps de minauder pour bien faire comprendre à leur géniteur que la vieille peau aux seins qui commencent à tomber et à la beauté qui commence à se faner, et qui pourtant leur prépare leur petit dej'tous les matins, les empêche de vivre leur amour platonique avec leur papounet. Par extension, elles voient les autres petites filles comme des rivales, à qui il convient de tirer les cheveux, de crever les yeux et de voler leurs petits poneys, car sinon elles pourraient être trop jolies et attirer l’attention de John Kevin qui est vraiment trop beau. D’autant plus qu’on l’a vu une fois avec des sixièmes, ce qui explique bien à quel point c’est déjà un homme. plus jeune/habillée de manière plus sexy qu’elles. Les hommes tentent de rouler des mécaniques dès qu’un connard chevelu équipé d’une guitare commence à plaquer trois accords pourris sur son instrument de chiotte pour séduire la gueuse. contredire ce qu’on vient de citer plus haut. Parce que même un chercheur a besoin de prouver qu’il cherche mieux que son voisin. Et que donc il est plus à même de draguer de l’étudiante tout en bouffant des canapés truite-nutella au buffet qui suit son exposé. Nous avons donc d’un côté de futurs psychopathes prêts à en découdre sous n’importe quel prétexte car sinon ils se sentent menacés dans leurs capacités physiques. De l’autre de futures divas qui ne supportent pas celles qui sont plus jolies, plus blondes ou ont plus de copines qu’elles. Ça promet pour l’avenir. Et ce qui est marrant, c’est que quand on prend les mêmes plus tard, ils n’ont pas vraiment changé… Nos épouses ou compagnes traitent de prostipute toute fille Mais alors, on est foutus ? Dans l’absolu, ça nous ramène à une question à la con, à peu près aussi profonde que celle de l’œuf et de la poule. L’homme est-il bon par nature et apprend-il à mal se comporter, ou est-il au contraire mauvais et apprend-il à se civiliser ? Sur ce sujet, les théories, les chercheurs et les expériences se contredisent. En même temps, s’ils étaient tous d’accord, ils viendraient Les plus culturistes d’entre vous auront forcément entendu parler de la fameuse expérience de Stanford. Ils peuvent alors passer au paragraphe suivant. Oui c’est un article aussi interactif qu’un Livre dont vous êtes le héros. Trop fort. Pour les autres, c’est une expérience menée en 1971 dans l’université du même nom par un mec nommé Zimbardo. En gros, il s'agissait de mettre 18 gus dans un entrepôt relooké en prison. La moitié jouant les détenus, l'autre moitié les matons, chacun ayant un rôle tiré au hasard. Prévue pour deux semaines, l'expérience fut arrêtée au bout de 6 jours, 1/3 des matons ayant développé un comportement sadique, et des prisonniers ayant développé des réactions psychotiques. D'ailleurs deux films se sont penchés sur le sujet, un boche un ricain, et sont assez faciles à se procurer (même si je vous conseille plutôt l'allemand, plus sobre et efficace). Le résultat est sans équivoque : monsieur tout le monde est tout à fait capable, lorsque la situation le lui permet, et surtout s'il est en position de supériorité, de développer un comportement agressif vis-à-vis de ses congénères. Et ce, quelle que soit sa classe sociale, son origine, sa race, ou la longueur de la troisième phalange de l'index de son pied droit (oui, c'est très précis car scienti- - 46 (42lemag.fr) -
IRL fique, cette étude). Ce qui pose une question : quand est-ce qu'on mange ? Et une deuxième plus intéressante : ce comportement agressif n'est-il pas finalement inné, ou a-t-il été acquis par la mise en situation ? A priori, vu la durée très courte de celleci on ne peut que penser une chose : le comportement sadique et violent était inné. Diantre. Ça voudrait dire que chacun d'entre nous est capable d'aller soudainement égorger son voisin parce qu'il nous a volé notre boîte de Chocapic ? Et que donc, si on en revient à nos chères têtes blondes, que tout vol de Pokémon non autorisé pourrait se solder par un massacre de l'indigent ainsi que de celui de sa famille sur trois générations ? Ce qui viendrait en plus étayer l'hypothèse énoncée plus haut selon laquelle l'homme est par essence mauvais. tout plein d'animaux avec des dents pointues et/ou des griffes. Et que certains d'entre eux sont de féroces prédateurs. On sait de plus qu'une partie de notre cerveau, dite cerveau reptilien, est censée être le centre névralgique de nos besoins primaires (ou ceux de la case du bas dans la pyramide de Maslow, ouais j'aime bien citer plein de trucs, ça donne vaguement l'impression que je suis cultivé alors qu'en fait, la seule chose que je cultive c'est les champignons entre mes doigts de pieds). Nos besoins primaires étant manger, dormir, se reproduire. Si chez les petits gnenfants le dernier besoin n'existe pas encore, ils n'en ressentent pas moins un besoin de faire taire la concurrence. Car ainsi, en plus de tout un tas d'autres choses, ils se construisent comme êtres humains à part entière. Ce qui amène à penser que la violence pourrait être une part inhérente du développement de chacun. Donc chercher à s'en prémunir totalement, comme font certains parents qui censurent la mort de Bambi, l'histoire de Barbe-Bleue ou tout ce qui leur semble négatif font quelque chose d'inutile. Pour en finir définitivement avec les enfants (parce qu'il y en a quand même marre de ces petits cons) Donc, si l'on en revient au début, nos enfants sont violents, mais ils le font afin de mieux s'insérer dans notre société, parce que c'est dû à l'évolution et parce qu'ils aiment leur père ou leur mère. Ce qui est sûr, c'est qu'on comprend mieux qu'ils soient aussi casse-bonbons quand on voit le foutoir que c'est dans leur tête. Alors que nous autres, adultes civilisés et éduqués, ne fonctionnons pas ainsi. Haha. D'ailleurs faut que je vous laisse, j'ai vu ma mère passer et du coup il faut que j'aille tuer deux trois personnes en les appelant papa, et je dirai que c'est la faute au reptile qui vit dans mon crâne. Vous croyez que ca suffira, comme défense ? Bebealien PSYCHOLOGEEK Et le singe dans tout ça ? Sauf que, encore une fois, on peut accoler à ce modèle un autre, qui permet de relativiser la découverte que nous venons de faire. De toute manière on sait bien que ce modèle est un peu faux, sinon je ne serai pas en train d'écrire cet article, mais en train de prendre sauvagement des poneyz tout en démembrant des bébés. Ce qui est faux uniquement pour la deuxième partie. Hum... Enfin bref. L'homme est peut-être mauvais par nature, mais la majeure partie de la population ne cherche pas systématiquement à rayer son prochain de la carte, et ce même s'il suit un certain nombre de règles et de contraintes. C'est là que notre pote Darwin, qui n'a pas créé que des Awards fort cocasses fait son entrée. Car oui, si on en revient à des notions anatomiques, on sait que l'homme descend du singe et est cousin germain de - 47 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :