42 n°22 mars 2011
42 n°22 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : comment ne pas devenir riche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
IRL LITTÉRATURE semblant vouloir offrir ses orifices au premier clochard venu. Avec les minijupes, on peut établir le grain et la qualité des cuisses. Mais avec un jean, on distingue bien mieux les formes. Elle se déhanche d'un air provocateur et lascif. Je suppose qu'une légère brise, passant entre les fenêtres, est venue caresser le bout de ses seins gonflés et tendus vers l'avant, car un petit sourire de plaisir sexuel s'est fugitivement dessiné sur sa bouche ouverte. Je la regarde bien attentivement, enregistrant chacune des images de son corps dans ma mémoire, pour utilisation ultérieure. Je m'imagine l'agrippant par les cheveux, la faisant se pencher sur une table, et claquant son dos à grand coups de livre scolaire pour attendrir sa viande, puis je la forcerai à réciter des poèmes de Baudelaire tout en filmant son entrejambe avec une caméra super 8. Le reste du cours se déroule de manière assez ennuyeuse et habituelle. Je profite de quelques courts instants de liberté mentale pour écrire de petits poèmes sur mes feuilles. On sort. C'est la fin de la journée. Cyril Barabant l'australopithèque discute avec Géraldine. Bon c'était assez prévisible. Je leur donne 15 jours pour qu'ils se retrouvent dans les toilettes des vestiaires du gymnase, et qu'ils se souillent mutuellement et sauvagement. La question fondamentale Ce que je veux dire, c'est que, le sexe, c'est sûrement quelque chose de fabuleux. Et quand je vois tous les gens autour de moi s'agiter pour en avoir, ça doit forcément valoir le coup. Mais bon, ça tient un quart d'heure. Est-ce que ça mérite de lutter pendant 75 ans pour ça ? Avant, il y avait bien la religion. La promesse d'un paradis ou quelque chose du genre. Mais ça s'est effrité depuis les derniers siècles. En attendant, je rentre chez moi. J'aurais pas perdu ma journée, j'ai récupéré plein d'images de Géraldine dans ma tête. En les mélangeant avec celles de Madame Galvez, je tiens là un cocktail plutôt agréable pour une, voire deux masturbations, dans les toilettes de l'internat. Et après je pourrai écrire. Si le monde peut être sauvé, je crois qu'écrire serait l'une des façons de s'en sortir. Ceci étant, ça ne répond pas à la question fondamentale qu'on me pose depuis le début que je suis né : "Où est le bec ? " Réchèr - 44 (42lemag.fr) -
IRL T’vas voir ta gueule à la récré Pourquoi sont-ils si méchants ? Une question me taraude. Pourquoi depuis tout petit, l’homme est plus ou moins conditionné pour se mettre sur la gueule avec son voisin ? Et dans quelle mesure, les bastons pour savoir qui aura le droit de jouer dans le coin du fond à droite à la récré préfigurent celles concernant un bout de territoire à coup de tanks et de missiles dans ta face ? Jouons à notre Françoise Dolto du pauvre. PSYCHOLOGEEK Mais pourquoi sont-ils aussi méchants ? Sigmund Freud, ce sacré déconneur. ALors de sa conception de la théorie de la psychanalyse, Freud s’est intéressé aux pulsions, qui d’après lui sont un des moteurs de l’individu. Et il distingue entre autres une pulsion de vie (Eros) qui nous transforme en bisounours gays et une pulsion de mort (Thanatos) qui nous pousse à détruire et à être agressifs (un peu comme moi si on m’enlève mon stock de poneyz). Et ces pulsions, les enfants les connaissent dès leur plus jeune âge. En grand chantre de la théorie de la conscience, Freud déclare que la pulsion de mort, c'est-à-dire l’envie d’aller faire la bite au cirage à ses petits camarades, viendrait d’une partie inconsciente de notre psychisme, et est donc refoulée en permanence par les règles, la société, etc, etc… Donc si je résume bien, chacun est finalement plus ou moins quelque part programmé pour aller faire chier son voisin, et c’est seulement l’éducation, les règles de société ou tout simplement la peur de se prendre un pain parce que John Kevin est en CM2 et est quand même vachement plus grand, en plus il a embrassé Jennifer sur la bouche, qui nous freine. Donc si on part de ce principe, tous les gamins sont des violents par nature qui se feraient un plaisir de se charcler la gueule à coups de corde à sauter si on les laissait faire. D’autant plus que lorsqu’ils sont encore très jeunes, Freud rajoute la problématique de la résolution du complexe d’Œdipe. En gros, les petits garçons sont amoureux de leur mère et sont jaloux de leur père. Par extension, ils se sentent le devoir d’éliminer tout ce qui présenterait une menace pour leur virilité encore inexistante et ont souvent un désir de castration. Ce qui fait qu’ils aiment bien viser les couilles lors des bagarres. Enfin c’est ce que dit Freud, et je simplifie, hein… On ne va pas non plus faire un article de 1434 pages sur le sujet. Surtout que je ne suis pas payé à la page. D’ailleurs je ne suis pas payé du - 45 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :