42 n°22 mars 2011
42 n°22 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : comment ne pas devenir riche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
CINEMA CRITICAGE DE FILM premier acteur au monde qui se parle à lui-même, je veux dire avec son double plus jeune et quasi criant de vérité (en observant de près certaines scènes en gros plan, on voit que c’est une modélisation). Dommage qu’il s’engueule pas car là on aurait pu avoir une belle tranche de rigolade et une reconstitution de la schizophrénie. Bref notre acteur incarne deux rôles, Flynnet Clu qui lui est resté jeune car ce n’est qu’un programme. Disney a développé ses propres outils avec des capteurs faciaux. Vous allez me dire que pour Avatar ils ont fait pareil, mais n’oublions pas que ce film est sorti fin 2009 … et qu'on a eu le footage Tr2n 2008 avec Clu/Bridges déjà jeune (là où j’ai cru que c’était Dillinger). En gros ils ont développé la même idée en même temps. Mais bon espérons que cela n’amène pas au délire paranoïde de Lucas de faire revivre des acteurs morts à l’écran. Toujours est-il qu'une question s'amène : Quel est l'intérêt ? Et bien, rien ! ! A part la performance numérique (et le mérite de se parler à soit même sans miroir), cet outil numérique n'amène rien ! Bridges aurait pu tout faire avec du maquillage rajeunissant sur la gueule et sauter à la corde-élastique sur fond vert. On peut également citer des scènes débiles totalement téléphonées, comme par exemple Clu qui harangue ses troupes. Il les a reprogrammé et sont à sa botte, alors pourquoi il leur fait un discours de deux heures ? A part faire référence à Hitler, je vois pas ! Et encore Image de synthèse inutile FTW ! c'est pas la première fois que Disney utilise cette idée : regardez le roi lion et le défilé des hyènes avec le méchant lion en fureur hargneux ! Scénario : Techno avatar 0.1 Tron Legacy est un bon film d’aventure dans son sens visuel, mais pas sur son scénario car le film roule sur une histoire assez plate somme toute. Avec peu de détails subtiles sur l’histoire, des rebondissements assez prévisible (OMG Rinzler arrive pour botter le cul à Sam !) etc. Disons que j’aurai souhaité plus de choses car mine de rien son prédécesseur avait quand même bien plus de nuance et de recherche scénaristique. Bon il est vrai également qu’à cette époque il avait l’avantage d’être novateur, et il est terriblement compliqué de faire une suite 30 ans plus tard. De plus et comme je l’ai dit au dessus, production Disney oblige, c’est quand même calibré de manière à ce que les enfants puissent comprendre (où serait-ce eux qui ont mis leur grain de sel dans le scénario ?). Adieux donc la profondeur qu’il y avait avant. Oh ne vous en faîtes pas, je n’avais pas mit autant d’espoir que cela dans ce film, sinon j’aurai été terriblement déçu. Ce qui me désole en fait est que le potentiel de faire une histoire très travaillée basé sur l’univers informatique a été effacé au profit d’un truc plus simplet à grands coups d’effet spéciaux numérique et réel. L’histoire : Sam va à la salle d’arcade. Samentre sur la grille. Sam combat au chakram. Sam fait une course de light cycle. Sam s’enfuit et trouve son père. Sam repart vers le portail. Sam sort de la grille … Il y aurait pu y avoir bien plus de scène intéressante à développer comme le passé de la grille et plus de détail sur les raisons de la digression de Clu envers Flynn. Evidement il y en a un peu, mais c’est quand même montré succinctement. Je crains que pour ces explications il ne faille acheter les comics (et hop du pognon tombe dans la caisse), ce qui est un peu énervant car on pourrait voir une - 26 (42lemag.fr) -
CINEMA sorte de DLC filmographique, papier et JV. 3D TRONQUÉ Tron premier du nom avait quand même plus de variété. Après les light cycles, Flynnest séparé de Tron, celui-ci fait ce qu’il peut pour aller à la tour I/O, pendant ce temps là Flynnchoppe un appareil, puis il y a la partie infiltration, le solar sailor et le combat final dantesque… beaucoup de choses quoi ! Et Tron dans tout cela ? Comme dit avant, il a été récupérer par Clu pour devenir Rinzler. En fait il a été contaminé par Clu et ses idées. On pourrait voir une sorte de hack. Il prend alors petit à petit la couleur rouge. Cela rappelle la scène d’infiltration de Flynnquand il change de couleur, mais sur d’autres fonctions. Je n’entre pas dans le détail, mais celui-ci un moment va retrouver sa foi en Flynnet les utilisateurs et se retourner contre le vilain pas beau. Cette idée est très téléphonée mais ce n’est pas un gros spoil car après tout ce deus ex machina est un classique du cinéma (exemple : un certain darth vader a fait pareil en 1983). En fait Tron va permettre à Sam de ramener quelque chose dans le monde réel. Son héritage en quelque sorte (OMG le titre ! lulz). Pour ceux qui veulent débattre de tout cela, je les invite sur le forum de 42. C’est d’autant plus intéressant à en parler car la fin du film est une fin ouverte. Chais pas pourquoi mais c’est la mode de faire que des fins ouvertes pour les blocbuster en ce moment... En revanche je me tais pour préserver les lecteurs qui souhaitent garder la surprise. Comment résumer ? On peut se dire que c'est comme Avatar : tout dans la 3D, rien dans le scénar' ! C’est un film d’aventure plaisant mais sans surprise qui a perdu quand même de sa saveur au profit de plus d’effets spéciaux. Mais est-ce que cela vaut une suite, sachant que ce film est « bien » mais pas « bon » ? Là je ne sais pas et il n’y a que la loi de la rentabilité qui pourra nous le dire. Eh bien voila mesdame'z'et messieurs, ceci marque donc la fin de mon dossier, de mon cycle Tron (mouhahaha megalol je fais des jeux de mot pourrave jusqu’à la fin). @ bientôt pour de nouveaux cycles d’aventure ! Bobcat Draxx mon ami, tu as un collègue de plus dans ta lutte pour sauver l’humanité contre la 3D relief. (n°19 – nov 2010). Inutile de refaire l’historique du cinéma 3D (fait dans les années 30 avec des lunettes bicolores puis polarisées blabla, ça scintille trop blabla). Je rappelle juste qu’à cette époque les gens ont boudé ce gadget et les boites ont oublié cette « chose ». Hélas pour notre plus grand malheur, les huiles ont décidé qu’il fallait faire encore plus de pognon et ils nous ont remit cela depuis quelques années. Franchement juste avec le Futuroscope, ça suffisait ! Histoire de faire raquer encore plus, les salles de ciné font payer 2 ou 3 € EN PLUS du billet (déjà fort cher). Pour quoi ? Pour porter des lunettes électroniques qui par écrans à cristaux liquide obstruent très rapidement un œil puis un autre... laissant le cerveau croire que c'est du relief. C'est la meilleure technique qui soit pour faire du ciné relief car c'est pas fatiguant pour les yeux... MAIS ces lunettes sont hyper lourde pour le nez ! (bobo à l'os) De plus comme c'est de l'électronique embarqué synchronisé par radio à une balise avec le projecteur, ça fait encore plus de coût en machine, électricité'z'et tout le toutim. Pour enfoncer la concurrence, UGC a décidé un truc génial pour fidéliser la clientèle : elle ne paie qu’une fois 1 € ses lunettes et elle les garde ! En gros, ouais, elles sont à toi ! Mais ‘tendez, ce ne sont pas des lunettes électronique relié à balise radio, ce ne sont que de bêtes machins en plastoque à verre teinté polarisé. OuuUUuuhh !!! Tout ça pour baisser les coûts et tenter de se différencier des adversaires, on revient à l’âge de pierre de la 3D relief ! Il y a deux petits plus et surtout un GROS moins dans cette affaire. Les petit plus est que comparé à des lunettes électronique, les verres sont moins teinté donc on y voit plus clair. Bref on voit mieux les couleurs et les détails, et elles sont plus légères donc plus confortable d’un point de vue physique. Mais le gros moins est que la polarisation fatigue TERRIBLEMENT les yeux ! Et qui plus est, quand ça bouge trop vite à l’écran les yeux perdent la « focale 3D » et il faut se reconcentrer pour la ressaisir, ce qui à la longue fatigue encore plus !!! 11eleven Vous ajoutez à cela un film d’action-aventure, qui par définition n’est pas Derricko-platonique, et vous obtenez des yeux explosés et un cerveau patraque en fin de séance. J’ai eu une migraine terrible qui a mit une heure à se calmer. Tron Legacy dans ces conditions est une épreuve, car comme le monde numérique est très sombre avec que des effets néon étincelants tout partout … bobo les neunoeils ! Franchement j’aurai préféré le voir en classique et je pense alors que mon texte aurait été plus nuancé. Mais de nos jours, il faut maintenant CHERCHER une salle qui diffuse en normal ! CRITICAGE DE FILM - 27 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :